30 octobre 2020

Metz-CDB, quand le "très bien" ne suffit pas

C’est donc avec la tête très haute que le Cercle Dijon Bourgogne sort de sa double confrontation face au leader du championnat de France, Metz, en quart de finale des playoffs. Après avoir concédé une courte défaite de quatre buts lors du match aller au Palais des Sports (25-29), les Artistes sont allées décrocher un match nul, au bout d’une performance collective plus qu’aboutie (29-29). Les joueuses de Christophe Maréchal sont parvenues à faire douter les Messines, si bien qu’à la mi-temps, Dijon était virtuellement qualifié en demi-finale (11-17).

La saison n’est cependant pas terminée, il reste encore des matchs de classement à disputer, avec pour objectif, une cinquième place potentiellement qualificative pour jouer la coupe d’Europe…
 

Araujo et le CDB s’attendaient à un véritable combat ce samedi © Nicolas Goisque / NikoPhot – archives

Il fallait un exploit
Pas besoin d’être un grand analyste pour savoir que la marche était très haute pour le CDB ce samedi. Après avoir embêté l’Ogre messin durant le premier acte de ces playoffs, les partenaires de Léa Terzi arrivaient en Lorraine avec un retard de quatre buts. De prime abord, ces quatre unités peuvent paraître à la portée des Dijonnaises, seulement voilà, il ne s’agit pas de n’importe quel adversaire en face d’elles. Championnes de France en titre, quart de finalistes de Ligue des Champions (et éliminées par Györ, futur vainqueur de la compétition s’il vous plaît), n’ayant concédé qu’un seul revers cette saison en LFH, Joanna Lathoud pesait sans doute ses mots lorsqu’elle parlait d’un « bel adversaire » en évoquant Metz avant la rencontre.
 
C’est d’abord le CDB qui prendra les devants © Nicolas Goisque / NikoPhot – archives

Dijon fait la loi
Et malgré cette supposée supériorité des joueuses messines sur le papier, ce sont les Côte d’oriennes qui vont se montrer les plus séduisantes en ce début de partie. Jusqu’à la quinzième minute de jeu, les débats sont plutôt équilibrés et le bras de fer entre Dijon et Metz ne cède pas d’un côté ni de l’autre (7-7, 15e). C’est à la suite d’un temps mort du coach Dijonnais que les visiteuses vont commencer de prendre un écart conséquent. La défense 1-5 que propose le CDB gêne considérablement le jeu messin. Les pertes de balles et les choix hasardeux se succèdent tandis que derrière, Deborah Kpodar se régale face au but de son club formateur, portant l’avantage à deux buts en faveur de Dijon. Dans les dix dernières minutes de la première période, les Lorraines se heurtent littéralement à un mur défensif, à tel point qu’elles ne parviennent à marquer que trois petits buts, laissant Dijon s’échapper à la pause (11-17). À cet instant, le CDB est alors qualifié pour les demi-finales, en ayant refait son retard.
Est-ce que les joueuses d’Émmanuel Mayonnade étaient prises par l’enjeu, submergées par la pression du résultat face à son public ? Il est vrai qu’après une victoire avec quatre buts d’écart à l’extérieur en quart de finale aller des playoffs, il était inconcevable pour le club lorrain que le chemin s’arrête ici. Pour autant, au retour des vestiaires, les coéquipières de Béatrice Edwige sont les victimes de l’entrain et de la décomplexion dijonnaise.
 
Glauser aura été déterminante avec ses 8 parades © Nicolas Goisque / NikoPhot – archives

Metz réagi
Dos au mur, les Messines vont réagir dès l’entame de la seconde mi-temps. Portées par une Ana Gros de gala (9/11 au tir), ainsi que de l’exclusion rapide de Sonja Frey, Metz revient à deux buts de son adversaire en à peine dix minutes (17-19, 39e). Après ce début de mi-temps compliqué, Dijon ne parviendra plus à réimposer son impact défensif, et les joueuses se fatiguent progressivement, perdant peu à peu de la lucidité, qui permet à Laura Glauser de s’illustrer dans le but messin. Le temps mort de Maréchal n’y changera rien, les Dragonnes vont même passer devant, grâce en partie à l’efficacité retrouvée de ses arrières comme Pop-Lazic. En l’espace de cinq minutes, le CDB encaisse un 4-0 fatal (24-22, 50e).
 
Metz aura fait parler son vécu et son expérience © Nicolas GOISQUE/NikoPhot – archives

C’est finalement au courage que les filles du Cercle iront décrocher un match nul qui sur le plan comptable ne changera rien à la qualification, mais qui vient récompenser la très bonne performance des Dijonnaises (29-29, 60e).
Dijon aura cru à l’exploit durant trente minutes, et aura eu le mérite d’avoir fait trembler Metz grâce à un état d’esprit et des valeurs d’acharnement et de solidarité exemplaires. Pour l’heure, le CDB recevra Nantes ce weekend, dans un match ô combien important dans la course à la cinquième place, qui pourrait offrir une place européenne aux Artistes.
 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.