22 août 2019

Elle va participer au trail de 80 kms autour du Mont Blanc

Ils sont 5 Cote d’Oriens et Dijon-Sport News les suivra durant l’une des plus belles épreuves trail de France.

Du 22 au 25 juin 2017 aura lieu à Chamonix le « Marathon du Mont Blanc ».  Plusieurs épreuves auront lieu durant ces 3 jours dont un Marathon et le 80 Kms. Nous leur avons posé à tous les 5 les mêmes questions. Deux trailers vont participer au Marathon du Mont Blanc (Bertrand et Denis, nous vous les avons déjà présentés) les trois autres participeront au “80 kms autour du Mont Blanc” Nous vous avons déjà présenté Mathieu et Régis.

Découvrons ensemble aujourd’hui :  Cécile CLET

 

Cécile CLET

 

Cécile est la seule femme de nos trois trailers Côte d’Oriens qui vont courir le « 80 kilomètres autour du Mont Blanc ».

Le 80 kms du Mont Blanc débutera le 23/06 à 4 h 00 pour un parcours au dénivelé positif et négatif de 6000 m. Il est limité à 1000 coureurs.
Cécile, Matthieu et Régis ont eu la chance d’être tirés au sort pour participer à cette épreuve mythique, c’est l’un des trails les plus techniques de France. Certaines portions se déroulent exclusivement dans la neige entre 2000 et 2600 m. La météo sera également un facteur déterminant car à cette altitude tout peut changer rapidement. Une particularité essentielle, le parcours se fera en partie de nuit. 

Découvrez la vidéo de l’épreuve 2016
https://www.youtube.com/watch?v=BPb_82KuXZE

 

 

Cécile : 42 ans – En couple – 2 filles de 11 et 13 ans

Dijon-Sport News : Quelle est ta situation professionnelle :

Cécile : Je suis sapeur-pompier professionnel à Dijon de grade sergent-chef à la caserne du Transvaal. Mon rythme de travail est le suivant : 24h de garde/48h de récupération. Quand je suis de garde, je commence à 7h et je termine le lendemain matin à 7h

 

Cécile CLET

DSN : Depuis quand pratiques-tu le trail ou la course à pied ?

J’ai toujours couru mais dans un but de garder la forme et sans idée de performance. Je ne fais que du trail et je le pratique depuis 2010 (je m’entraînais mal et surtout de façon irrégulière !). Depuis 2015, année de ma rencontre avec mon coach, mes entraînements sont construits et beaucoup plus productifs.

 

DSN : Pratiques-tu au sein d’un club ou d’un team ?

Mes clubs sont le Team Costo et l’AC Talant (licence FFA). Je fais également partie du Team Running Conseil Dijon.

Patrick Renard me fait mes plans depuis 2015 et j’ai énormément progressé grâce à lui. Il me donne aussi des conseils sur ma foulée et sur mes sensations. C’est réellement un plus de l’avoir à mes côtés.

 

DSN : As-tu pratiqué ou pratiques tu d’autres sports ?

J’ai pratiqué le kayak de course en ligne en haut niveau pendant toute ma jeunesse jusqu’en 1995 environ. Ensuite j’ai pratiqué des sports pour le plaisir : le canyoning, l’escalade, le VTT. Sports que je pratique encore régulièrement. Je commence, depuis peu, le vélo de route en complément de l’entrainement de course à pied.

 

DSN : As-tu d’autres passe-temps en dehors du sport ?

Lecture, cinéma, milieu associatif (amicale sapeur-pompier de Dijon) et encourager mes filles et le fils de mon ami dans leur sport respectif.

 

DSN : Le Marathon et le 80 km du Mont Blanc sont 2 épreuves très difficiles, très technique qui demande une préparation spécifique.
Peux-tu nous expliquer ta préparation ?

La préparation a commencé depuis mi-février avec une moyenne de 5 entraînements par semaine comprenant minimum une séance de soutien, une séance type côte et une sortie longue (minimum 2h). Depuis que « les beaux jours » sont revenus, je remplace certaines sorties par du VTT ou du vélo de route. Dans ma planification annuelle j’ai placé une course par mois (depuis mars) supérieure ou égale à 40km (ceven’trail en mars 62km et 2500D+ – trail de la Sainte Victoire en avril 58 km et 2900D+ prévu initialement qui a été réduit à 38km et 1200D+ à cause de la météo – marathon race du lac d’annecy en mai 42km et 2700D+). Ce sont des courses d’entraînement sans préparation spécifique. Elles me permettent de faire le dénivelé qu’on ne trouve pas ici (les côtes, chez nous, ne font pas plus de 15 minutes d’effort cumulé). Je fais aussi un week-end choc en montagne avec des amis, placé en général 3 semaines/1 mois avant l’objectif de saison. C’est un enchaînement de 2 journées où l’on fait environ 30km avec minimum 2500D+. J’adore ces deux jours car c’est un véritable moment de partage, de franche rigolade et de découverte.

Cécile CLET – Marathon Race Annecy

Depuis mi-février, il n’y a pas eu de « temps de repos ». Ce temps-là, je le réserve pour après le Mont Blanc ! Mon entraîneur planifie malgré tout quelques jours de repos obligatoires après une course (deux jours en général).

Je ne fais pas de reconnaissance de parcours. Je garde la surprise pour le jour J mais j’étudie le profil de la course 1 semaine avant celle-ci afin de la préparer au mieux (lieux des ravitos, nombres de grosses montées, etc…).

Préparer un ultra apporte quelques contraintes. La plus importante réside dans le fait qu’il faut nécessairement faire des sorties longues entre 3/4h en entraînement. Elles ne sont pas toujours évidentes à placer car c’est souvent au détriment de la famille. Heureusement, j’ai des grandes filles qui sont géniales et qui acceptent de rester seules pendant ce temps-là. Mon ami partage la même passion que moi, donc on se suit et on se motive. Nous faisons aussi des concessions vis-à-vis de notre vie « sociale ». On essaye de ne pas se coucher trop tard nos jours de repos afin de récupérer au mieux et d’avoir une hygiène de vie un peu près correcte. Donc c’est sûr que l’on ne fait pas souvent la fermeture des bars de Dijon !!! Mais est-ce réellement une contrainte ??? Nous nous accordons malgré tous des week-ends détente sans basket mais ça reste rare.

NDLR : Cécile a remporté le Marathon Race du Lac d’Annecy fin mai… La forme est donc là !!

 

DSN : Peux-tu nous dire quelles sont tes motivations ?

C’est un vaste sujet. Je crois que ma principale motivation réside dans le fait que quand je cours je me sens bien, je me sens libre. Et pour ressentir cet état, il faut passer par des étapes difficiles où le plaisir n’est pas toujours au rendez-vous mais quand on le tient, c’est TOP… De plus, j’ai toujours été une compétitrice dans l’âme donc chaque course représente un défi. J’aime le stress qu’elles procurent et toutes les interrogations qui les précédent.

La pratique du trail en compétition me permet de partir avec mon chéri, découvrir des petits coins de France. Il y a des paysages magnifiques à voir, avec les baskets aux pieds, on en voit plus en moins de temps 😉. Et quand on part entre potes, on vit des moments inoubliables, on apprend à connaître les gens.

 

DSN : Peux-tu nous faire part de tes craintes ?

Pour le 80 du Mont Blanc, ma plus grosse crainte comme tous traileurs (je pense), est de ne pas être finisher. On n’est jamais à l’abri d’une blessure qui nous empêchera de passer la ligne d’arrivée.

 

DSN : Quelle organisation matérielle as-tu mis en place pour cette épreuve ?

Pour l’instant je n’y ai absolument pas pensé. Mais j’ai du bon matériel que je teste sur chaque course préparatoire. Mon frère qui fera le marathon le dimanche sera sur certains ravitaillements stratégiques avec du matériel et de la nourriture au cas où, mais la mise en place se fera la dernière semaine. En général celle-ci est consacrée au repos donc j’en profite pour tout étudier. Ça m’occupe l’esprit !!!

 

DSN : Peux-tu nous dire quel est ton objectif en termes de résultat pour cette épreuve ?

Etre finisher… et si la forme est là : les jambes, la tête, l’envie alors je vise entre 17 et 20h. Et si c’est l’apothéose de la forme : moins de 16h… mais être juste finisher en étant contente de moi me suffira…

 

Cécile CLET

DSN : As-tu en tête un autre défi que tu souhaiterais réaliser ?

Pour cette année, un top 10 au scratch féminin sur le grand trail des Templiers en octobre. Pour les années à venir, prendre le départ et être finisher du Tor des Géants avec mon frère et mon ami.

 

DSN : As-tu un message à faire passer à ta famille, tes supporters, tes amis ?

MERCI

Merci à mes filles de me supporter, de m’encourager, d’accepter que je passe autant de temps avec mes baskets aux pieds. Merci à mon entraîneur de passer des heures à planifier mes entrainements. Merci à Running Conseil Dijon (Malik Assadi) d’être présent quand j’ai besoin d’un conseil ou de matériel. Merci à mes parents de m’avoir donné la passion du sport, de la nature et du grand air. Et merci à mon frère et surtout à mon chéri de partager cette passion avec moi. De se lever tous les matins qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige et rarement qu’il fasse soleil car sans lui faire tout ça n’aurait pas la même saveur, le même plaisir…

 

Réflexion :

Sortez, mettez des baskets aux pieds. Chacun à son niveau, allez respirer l’air frais de la forêt, écoutez le chant des oiseaux, entendre les ruisseaux coulés… vous verrez, vous vous sentirez vivre ! N’oubliez pas que la nature est belle, que notre terre vaut le coût qu’on la protège.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.