8 décembre 2021

C Maréchal : “Je ne crois pas en la malchance”

Le Cercle Dijon Bourgogne est poursuivi par les pépins d’effectif en ce début de saison. Avec une kyrielle de blessées dont la dernière en date, Audrey Deroin lors de la dernière rencontre face à Nantes et des joueuses non qualifiés, Dijon a entamé la saison par deux défaites sans véritablement disposer des armes pour  pouvoir lutter. DIJON-SPORTnews s’est longuement entretenu avec le coach dijonnais Christophe Maréchal au soir de la défaite face à Nantes.

 

Christophe Maréchal n’est pas aidé par les événements en ce début de saison © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

DSN : Christophe le sort semble s’acharner sur le CDB en ce début de saison ?

Christophe Maréchal : Cela fait déjà quelques semaines que l’on sait que le sort s’acharne sur nous. C’est vrai que tout se mélange, mais tout est lié; le fait d’avoir peu de joueuses et en match et à l’entraînement fait que tu tires sur celles qui sont présentes et comme psychologiquement, on est pas très serein, le risque de blessure se trouve multiplié. L’objectif est de s’arrêter là car après on va être en gros danger tant par la qualité que par la quantité des joueuses. On va réfléchir avec Pierre Terzi (ndlr le préparateur physique); c’est compliqué car il faut s’entraîner un minimum pour avoir une qualité de jeu et pour être en forme physiquement. Mais comme on joue sur les mêmes joueuses, il faut qu’elles puissent se reposer également. C’est donc une alchimie très compliquée à réaliser. Cela fait partie du métier et m’est déjà arrivée de devoir composer avec un effectif réduit. Je ne crois pas en la malchance, mon métier exige de s’adapter aux circonstances et on va le faire.

 

Christophe veut parler à ses jeunes joueuses pour leur apprendre à mieux se gérer sur un match © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Difficile donc d’analyser ce dernier match face à Nantes dans ces conditions ?

On a beaucoup de courage, maintenant il faut que l’on mette un peu de qualité. Je pense que l’on peut faire mieux en attaque placées sur les pertes de balles qui sont dû à la jeunesse. Je pense à Djenaba Sylla qui perd un ou deux ballons après avoir fait deux actions de très haut niveau mais qui sont épuisantes. Derrière elle doit gagner en lucidité pour ne pas jouer à fond la suivante et ainsi se mettre à la faute. Cela ne s’apprend pas à l’entraînement mais sur la répétition des matchs. La semaine prochaine, on va se reposer, je vais faire beaucoup de vidéo individuelles, voir 4-5-6 joueuses sur des petites séquences; pas forcément sur la qualité de jeu produite, mais sur la façon de jouer, la façon de se gérer, de mettre des temps forts, de mettre des temps faibles…. Vu qu’on a un effectif réduit, il y a des moments où il faut savoir souffler sans être forcément sur le banc, et ça les jeunes joueuses ne savent pas faire. elles vont à fond tout le temps et le ballon qu’elles perdent pour elles ce n’est pas important, alors que c’est hyper important pour l’équipe. Les 4-5 ballons que l’on perd entre la 20ème et la 24ème minute en seconde période où l’on est à -4 et que l’on sent qu’on a encore une petite chance de gagner, là on perd trop de ballons faciles, il aurait fallu être plus lucides à ce moment là.

 

Le coach pense qu’un budget d’un million est nécessaire pour donner des moyens nécessaires au CDB © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dans ces conditions, et même s’il va être urgent de prendre des points, allez vous faire le dos ronds sur de prochaines rencontres en attendant des jours meilleurs ? C’est une équation difficile ?

Oui oui, en même temps il y a des éléments que je ne maîtrise pas, notamment la qualification des joueuses. Mais c’est vrai qu’il y a urgence. Barbara Moretto a le feu vert du chirurgien et dans 15 jours, elle devrait être sur le terrain, j’espère même pour la coupe d’Europe les 16-17 sept mais il faudrait qu’elle puisse jouer, être qualifiée. De même Eloïse Dewez nous manque énormément car je n’ai qu’un pivot, elle est une excellente rotation en défense. Là j’ai fait jouer Léa Terzi qui a été très courageuse car elle était sur une jambe avec un mollet très abîmé. Il faut absolument que l’on puisse récupérer ses deux joueuses rapidement, en attendant Joanna Lathoud fin septembre et Déborah Kpodar qui arrivera un peu plus tard. Plus tôt les joueuses seront qualifiées, plus vite on pourra protéger les joueuses et éviter les blessures. Certaines ont déjà eu beaucoup de temps de jeu et ça se paye derrière. A partir du 15 septembre on joue deux matchs de coupe d’Europe le samedi dimanche et puis on enchaîne à Nice le mercredi et on joue le Havre , un match très important pour nous le samedi. Je ferai peut être des choix mais j’aimerai avoir toutes les billes en main avec un nombre potentiel de joueuses supérieur pour avoir des choix. Après il faut continuer à travailler à tous les niveaux pour arriver à un budget qui nous permettent d’avoir un peu plus de confort. Un million d’euros me semble nécessaire et raisonnablement atteignable pour une ville comme Dijon et on n’y est pas encore tout à fait. On est obligé de faire des coups de recrutements et de s’appuyer sur le bon travail d’Anthony Favier avec le centre de formation, ce qui me plait, mais on doit encore progresser pour avoir un peu plus de marge de manoeuvre.

 

Christophe est satisfait par ses deux recrus de l’été © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un mot sur les “coups” de recrutement de cette année, comment juges tu les début de Sarah Paulsen et d’Héléna Rysankova ?

Héléna est très régulière; ce soir elle s’est blessée rapidement ce qui est dommage. Sur ces deux premiers matchs et les matchs amicaux d’avant saison, je suis très content d’elle. C’est une joueuse qui est propre, qui joue juste et qui apporte exactement ce que je comptais. Sarah, c’est un peu un joker, c’est une très jeune joueuse qui vient de fêter ses 20 ans, je l’ai fait signer comme joueuse pro sur un petit salaire certes et c’est clairement un pari. Elle a des qualités que je trouve très intéressantes; on a vu sa vitesse contre Nantes, elle va très très vite. On sent qu’elle est un petit peu légère. Sur les duels, elle se fait souvent attraper, mais elle a une grosse marge de progression. Elle va avoir beaucoup de temps de jeu chez nous. Face aux Nantaises j’ai trouvé qu’elle allait au charbon, je l’ai trouvé “guerrière” ce qu’on avait pas trop vu sur les matchs amicaux, cela me rassure un peu. Elle a beaucoup à apprendre en défense mais je le savais avant. Je pense pouvoir en faire une bonne demi-centre, maintenant il faut que l’on gagne quelques matchs pour qu’elle soit en confiance. Gagner contre Toulon nous ferait un bien énorme pour pouvoir justement faire progresser les joueuses. Pour l’instant sur ces deux recrues, je pense que l’on a pas à se plaindre.

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.