29 novembre 2021

Une entrée champagne pour la JDA

Pour ses débuts en Pro A saison 2017-2018, La Jeanne D’arc de Dijon recevait ce vendredi au Palais des sports Jean-Michel Geoffroy le Champagne Chalons Reims Basket. Dominateurs de bout en bout, les jeunes Dijonnais n’ont pas laissé planer le doute sur le sort de la rencontre. Ils finissent sur le score sans appel de 86-61 sous les vivats d’un public debout durant la dernière minutes et conquis par cette entrée en matière.

 

Le pétillant était dijonnais ce vendredi, et le cru 2017/2018 de la JDA s’est montré prometteur pour cette entame de saison. Même si c’est la saison il n’a pas vendangé grand-chose lors de ce premier match et l’assemblage de toutes les nouveautés est déjà très intéressant, on attend évidemment confirmation mais on a été mis en appétit

.

La Jeanne a vite pris les commandes de la rencontre © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dijon prend les devants

Deux rebonds offensifs autoritaires de l’emblématique Jacques Alingué donne d’entrée le ton de la rencontre. Si Chalons Reims prend un temps les devants suite à un tir primé d’Ulmer (4-6,3′) il n’aura pas le temps d’en profiter bien longtemps. Rasheed Sulaimon est chaud dans ce premier quart et que dire d’Alingue qui ramasse toutes les balles sous le panier adverses. Le collectif dijonnais est bien en place, frazier y va de son interception, Sulaimon est encore là pour un 3 pts qui claque. Le banc apporte son plus, Loum notamment se mets en évidence avec trois dunk d’affilée claqué au nez et à “la barbe” de l’immense Duport. Taylor Junior impose son physique dans la peinture pour clore un premier quart très propre des locaux (23-16, 10′).

 

Abdoulaye Loum a passer sa soirée à dunker © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Et enfonce le clou

La Jeanne ne se relâche pas et d’entrée Sulaimon donne le ton de ce second quart avec un nouveau tir primé pour mettre les siens à + 10 (26-16). Chacun apporte sa pierre à l’image d’un taylor JR qui règne en maître dans la raquette adverse, d’un Loum qui continue à s’aggripper au panier champenois ou d’un Valentin Bigote qui récite parfaitement sa partition. Chalons Reims sauve ce qui peut l’être mais a du mal à exister bien contenu par une défense dijonnaise agressive à souhaits qui repousse loin de son panier les gachettes adverses. L’ écart se creuse inéluctablement pour atteindre bientôt 20 points suite à un nouveau 3 pts de Rasheed Sulaimon. A la pause la Jeanne semble innarrêtable  (48-29).

 

 

JJ Frazier semle réconforter son hommologue Martin ermansson © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Pour finir en roue libre

Va t’on assister à un sursaut rémois en seconde période? Cédric Heitz le technicien champenois qui redoutait ce premier match et regrettait surtout les blessures qui avaietn handicapé la préparation de son collectif l’espère évidemment. On peut le croire un instant car Dijon rentre plus tranquillement dans ce troisième quart et Gédéon Pitard en profite pour aligner trois paniers de rang et ramener les visiteurs à 14 longueurs. Mais une faute antisportive sur l’intenable Jacques Alingué stoppe ce semblant de rébellion et c’est bien le pivot dijonnais qui se remet à faire le show. Chalons Reims remporte néanmoins petitement ce troisième quart (15-18) qui a vu un léger ralentissement de rythme des locaux.

 

Jacques Alingué a fait le spectacle hier soir © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Qu’à cela ne tienne, Dijon repart de plus belle dans l’ultime round. Bien aidé par une nouvelle antisportive, la jeanne reprend vite ses 20 unités d’avance (68-47, 21′). Un coup d’oeil au tableau de scoring montre bien la complémentarité dijonnaise. Pas moins de 6 joueurs avoisinent les dix points et si Alingué récite une belle partition individuelle, le collectif semble bien être l’atout n°1 de cette première prestation officielle de la Jeanne tant le danger semble être présent à tous les coins du terrain. Déboussolés les visiteurs ajoutent une troisième antisportive, vraiment inutile. Dijon termine en régalant son public, un dunk par ci un alley-oop dantesque de Brown et un alingué pas avare en terme de show. Le bouquet final à une entrée en matière définitivement aboutie (86-1-61,40′).

 

 

 

 

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.