29 septembre 2020

ESB – CDB : une étincelle pour le Derby ?

Alors qu’on approche rapidement de la mi championnat et de la trêve hivernale (ce sera mercredi soir avec CDB – Brest), le Cercle Dijon Bourgogne se rend ce soir à Besançon, pour y affronter l’entente sportive dans ce qui est un classique de la LFH. Auteur d’une première partie de saison compliqué et ayant annoncé de surcroît la démission de son président (qui couvait depuis un moment) cette semaine, c’est un CDB en proie aux questionnements qui peut profiter de l’effet derby pour rallumer la flamme.

 

Logiquement battu par l’incontestable leader messin au palais de sports mercredi, le CDB ne compte toujours q’une seule victoire au compteur et occupe la dernière place à égalité avec Bourg de péage au moment d’aborder cette 10ème journée et le court déplacement chez le voisin franc comtois.

 

Le CDB et Joanna Lathoud voudront profiter du derby pour repartir de l’avant © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Une saine rivalité

l’histoire des derby Besançon Dijon est émaillée de nombreux épisodes fameux plus ou moins dramatiques. Des confrontations aux couteaux pour éviter la relégation se jouant dans les dernières secondes, des batailles farouches, souvent engagées, indécises et haletantes. Si Besançon a retrouvé depuis quelques saisons de belles couleurs et a plutôt l’avantage sur les dernières confrontations (l’an dernier par ex match nul à Dijon et victoire bisontine à la maison), ces rencontres sont la plupart du temps très disputés. Dans sa situation Dijon a évidemment besoin de points et doit se servir de la motivation  inhérente à la particularité d’un derby avec la volonté d’affirmer une domination régionale pour aller les chercher. De son côté Besançon voudra stopper la série de défaites (battu par Bourg de péage puis à domicile par Fleury) et la venue du voisin dijonnais, pas spécialement en forme, peut aussi être vu comme l’occasion idéale pour repartir de l’avant, avant un dernier déplacement délicat à Chambray avant la pause. 

 

Besançon des valeurs pour avancer

A l’instar de Dijon, l’Entente Sportive Bisontine ne dispose pas de moyens pharaoniques pour bâtir son équipe. Le collectif bisontin n’a ainsi pas défrayer la chronique sur le “marché des transferts” de l’intersaison, s’appuyant sur une certaine continuité avec pour seule arrivée, la gardienne de but croate, l’immense (1m84) Zeljana Stojak en provenance de Gyor , une référence. Depuis quelques année, Raphaelle tervel, figure historique de l’ESB qui a repris les rennes de l’équipe première, s’applique à installer un collectif solide et homogène ou la star est avant tout le collectif et l’envie de se battre les une pour et avec les autres. Une recette qui a plutôt bien réussi ces dernières année avec la 4ème place l’an dernier , la 5ème il y a deux ans.

Raphaelle Tervel a insuflé une belle dynamique depuis son arrivée à la tête de l’ESB © Nicolas GOISQUE/archives

Autour des expérimentées Alice Lévèque, Laurence Brame ou Maria Nunez (le pivot international espagnol) On retrouve une floppée de joueuses de moins de 25 ans dont Alicia Kolczynski que l’on a vu sous les couleurs de l’équipe de France ces derniers temps. Besançon c’est du caractère et aussi une certaine philosophie de jeu basée sur la vitesse dans le jeu de contre et de transition. Un handball plutôt agréable à regarder.

On devrait donc une nouvelle fois assister à une belle opposition avec un enjeu de taille pour les deux équipes. Notons que Dijon enregistre un nouveau coup du avec le forfait d’Eloïse Dewez, touchée lors de la dernière rencontre contre Metz, Manon Brochot sera, elle,  une nouvelle fois présente dans le groupe de Christophe Maréchal.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.