21 août 2019

Sale temps à Mâcon pour le Stade Dijonnais

Après son succès intéressant sur l’ASVEL il y a quinze jours, le Stade Dijonnais se déplaçait ce dimanche à Mâcon avec l’ambition d’enfin exister chez un gros de la poule. Au terme d’une rencontre disputée de bout en bout sous des conditions météo exécrables, force est de constater que ce palier reste à franchir. Le stade a en effet subit la loi mâconnaise sans jamais pouvoir inquiéter une formation qui sans être géniale a parfaitement exploité ses forces pour s’imposer (29-6).

 

L’album photo de la rencontre ici

 

Dans son discours d’avant match, le coach Renaud Gourdon avait insisté sur la nécessité pour ses troupes d’être convaincues dans les têtes de pouvoir rivaliser avec les meilleurs chez eux. Si la motivation et l’envie du groupe n’est pas à discuter le stade n’a pu contenir, l’adversaire surtout durant une seconde période où il a petit à petit sombré.

 

les offensives dijonnaises se sont fracassées sur la bonne défense mâconnaise © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LMP

Dans le coup à la pause

Attaquant la rencontre avec un vent glacial et soutenu dans le dos, les dijonnais se font cueillir d’entrée, manquant cruellement de concentration sur le coup. Il faut moins d’une minute en effet aux locaux pour planter une première banderille assassine. Sur le coup d’envoi, la balle est captée par les avants mâconnais qui chargent pour la première fois de l’après midi avant d’envoyer leur cavalerie légère. Des trois quarts qui concluent parfaitement l’affaire avec un essai en coin de l’ailier Maxime Leclerc que Grégory Paquelet ne transforme pas (5-0, 1′). Touchés mais pas coulés, les dijonnais tentent de repartir de l’avant, mais aucun des coups tentés ne déstabilisera une défense saône et loirienne parfaitement en place avec une troisième ligne omniprésente bloquant tout ce qui se présente. Jules Soulan passe cependant une première pénalité (5-3, 6′). 

 

Deuxième essai mâconnais suite à une charge des avants © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LMP

L’impact physique des Mâconnais est bien présent, comme avait prévenu le staff dijonnais. Mâcon s’appuie sur ces points forts pour faire reculer l’adversaire et suite à plusieurs avancées du pack, local, Kevin Amiot prend un carton blanc pour être rentrée sur le côté dans un regroupement. La sanction est immédiate : pénaltouche et cocotte mâconnaise qui passe la ligne pour un second essai aplati par le deuxième ligne Jérôme Dufour. Pragmatisme efficacité réalisme, en jouant sur ses forces Mâcon annihile les velléités dijonnaises et prend les points à prendre (12-3, 25′). Dijon ne parvient toujours pas à prendre en défaut l’impeccable défense locale et ne doit qu’à la botte de Soulan de pouvoir croire encore à ses chances à la pause (12-6, 40′)

 

 

 

l’impact physique était mâconnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LMP

Mâcon à sa main.

De retour sur le terrain et avec l’appui du vent, les troupes de Roger Ripol et Julien Lestang douchent une nouvelle fois d’entrée les éventuels espoirs stadistes. Nouvelle touche , nouvelle cocotte mâconnaise et nouvel essai du talonneur Sunia Vuli koto. Paquelet transformant, le score enfle “gentiment” (19-6, 43′). Dès lors Dijon sombre petit à petit, tentant des coups quasi suicidaires avec des relances improbables dans son propre camps, toujours contenues sans soucis par Aguilar et compagnie. Mâcon supérieur dans l’impact physique, n’a aucune peine à gérer son avantage et rajoutera une nouvelle pénalité par Paquelet (22-6, 49′) puis  un nouvel essai, le demi de mêlée Kevin Perrier se créant sans soucis un intervalle dans la défense dijonnaise (29-6, 71′). Renaud Gourdon avait également présenté cette rencontre comme un test; le stade a bel et bien été recalé ce dimanche. 

 

La réaction du capitaine dijonnais Otilo Kafotamaki

“On n’arrive pas à passer cet échelon, après la grosse défaite à Vienne, on n’arrive pas à se rattraper à Mâcon aujourd’hui. C’est ce qui nous manque encore, marquer des points chez des gros chez eux, j’espère que cela va venir sur les matchs retours. En première période, comme d’habitude malheureusement on prend des points dès l’entame avec cet essai, après on est bien dans le jeu mais on n’arrive pas à marquer.

Otilo Kafotamaki reconnait la supériorité mâconnaise © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LMP

En seconde période, ils nous ont bien pris devant, notamment sur les mauls et on n’a pas su répondre dans le jeu. On savait qu’ils allaient faire du jeu direct, venir dans des mauls avec les gros dans du jeu à une passe, ils se sont nourris de nos fautes en s’appuyant sur leurs point forts, ils ont bien joué leur jeu. Ils nous reste donc des points de travail pour arriver et à ramener des points de chez les gros, à tuer nos matchs quand on doit le faire comme face à l’ASVEL par exemple et aussi à faire de meilleures entames”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.