30 novembre 2020

Face à Strasbourg, la JDA rate sa reprise

Hors du coup défensivement et en panne totale d’adresse durant quasiment toute la première période, la Jeanne d’Arc de Dijon a bien tenté de revenir durant le troisième quart temps notamment, mais sans succès. Dominé de la tête et des épaules par Strasbourg, Dijon s’incline largement et logiquement (65-77) disant adieu à ses derniers espoirs de Leader’s Cup.

 

Le Palais des sports était comme à son habitude copieusement rempli pour ce match de reprise attendu entre une JDA plutôt maître de son sujet à la maison jusqu’alors et une SIG strasbourg ambitieuse et désireuse de faire oublier sa défaite à Madrid en Ligue des Champions. La soiré débute par un poignant hommage à Frédéric Forté lors d’une intense minute d’applaudissement suivant un court instant de recueillement

 

Le staff dijonnais recueilli à la mémoire de Frédéric Forté © Nicolas GOISQUE/NikoPhot /LMP

Gros retard à l’allumage

“Je suis déçu. Pas tant par la défaite car Strasbourg devait réagir. Dans les attitudes, on n’était pas prêt, notamment défensivement. Il est incroyable que les joueurs ne se mettent pas minable. C’est peut-être lié au manque de rythme. On ne peut pas arriver en retard, comme deux joueurs l’ont fait. On s’est mal entraîné depuis la reprise.” (Le Bien Public)Fidèle à ses habitudes, Laurent Legname ne mâchait donc pas ses mots à l’issue de la rencontre; le coach n’a clairement pas apprécié la prestation de ses joueurs. Face à une équipe revancharde après sa défaite européenne de mardi à Madrid, la JDA pourtant prévenue, ne s’est pas donné les moyens de rivaliser. Dépassé durant le premier quart, notamment par la vitesse de David Logan (10 points dans ce quart) ou par la présence dans la peinture de Louis Labeyrie (MVP hier soir avec déjà 7 points durant ces dix minutes initiales.). 7 rebonds à 78% pour la SIG contre 2 à 22% donc pour la JDA, le mal est récurrent. Pour couronner le tout l’adresse est aux abonnés absents avec notamment un 0/4 à trois points. Seul Ryan Pearson semble être rentrée de vacances et porte à lui tout seul les locaux (12 des 16 malheureux points dijonnais après 10 minutes). La sanction est là sans appel (16-26, 10′) avec déjà 26 points encaissés. 

David Logan a réussi une grosse première période côté Strasbourg © Nicolas GOISQUE/NikoPhot /LMP

Le problème c’est que cela ne s’arrange guère durant le second tiers. Si Logan souffle un peu Labeyrie poursuit lui son festival. Côté Dijon Brown se réveille quelques peu (6 points) mais Sulaimon par ou Alingué par exemple sont totalement absents offensivement  ne prenant que peu de tirs et les….ratant tous (0/3 pour l’américain, 0/2 pour le grand Jacques). Le capitaine Axel Julien est à peine mieux (1/4). Le total d’évaluation de l’équipe dijonnaise est à 17 à la pause contre 64 à l’adversaire, cela ressemble à un désastre. 38% de réussite aux tirs avec un piteux 1/9 à trois points et toujours un gros déficit aux rebonds dont 65% sont cueillis par les Alsaciens. A la pause Vincent Collet doit respirer (26-43, 20′).

 

Ryan Pearson a été un des rares dijonnais dans le coup © Nicolas GOISQUE/NikoPhot /LMP

Un sursaut vain

On imagine aisément les oreilles dijonnaises siffler dans les vestiaires. De fait le début de seconde période laisse augurer d’un éventuel retour. Sulaimon trouve enfin le chemin du panier et le combat des rebonds s’équilibre, les hommes de Legname ayant resserré les boulons défensivement. Le palais rugit même de plaisir et se prend à y croire quand Sulaimon (11 points durant ce 3ème quart) fait repasser le scoring sous la barre des 10 points (44-53, 28′). Un temps mort judicieusement posé par Vincent Collet, permet alors à ses  joueurs de se reprendre et Dijon gâche quelque peu ses chances de retour en finissant très mal ce troisième quart avec 3 pertes de balle de rang, qui offre un 9-2 final et un gros bol d’oxygène à la SIG soutenue par une bonne cinquantaine de supporteurs (46-62, 30′), la Jeanne a laissé passer sa chance de retourner la situation. 

En effet le coeur n’y est plus et le dernier quart débute timidement (50-66, 35′). Le match est plié et les 5 dernières minutes permettront juste de voir le premier panier de la partie pour Jacques Alingué et quelques beaux mouvement du dernier arrivé dans les rangs strasbourgois, Damien Inglis qui passe 8 points en 6 minutes. Dijon s’incline donc sans discussion.

MVP Louis Labeyrie a inscrit 21 points © Nicolas GOISQUE/NikoPhot /LMP

Strasbourg était simplement trop fort porté par un excellent Louis Labeyrie (21 points, 8 rebonds,2 passes décisives et 25 d’évaluation), bien secondé par Zack Wright auteur de 10 passes décisives et de David Logan notamment en début de rencontre. Côté Dijon on retiendra la hargne de Ryan Pearson , la volonté de Valentin Bigote (13 pts 4 rebonds), bien peu au sein d’un collectif qui a clairement failli ce soir et raté sa “rentrée”. On les a pris à la gorge et notre emprise défensive était forte. En première mi-temps, Dijon manquait de rythme, contrairement à nous. (Le Bien Public) commentait Vincent Collet 

 

 

 

 

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.