20 novembre 2019

Un sacré pari pour le CDB

Retour sur les parquets ce dimanche pour le Cercle Dijon Bourgogne qui après avoir officialisé ce vendredi l’arrivée à sa présidence de Thierry Degorce, se déplace dans la capitale (17h00) pour y affronter une solide formation d’Issy Paris qui voudra se rapprocher du podium qui lui échappe pour le moment. Le CDB toujours handicapé par des absences de marque tentera lui de rééditer l’exploit réalisé l’an dernier.

 

C’est clair que les temps ont changé depuis ce 22 avril dernier quand les Dijonnaises terminaient en trombe leur saison régulière pour s’offrir des play-offs qui les fuyaient depuis plusieurs années. Aujourd’hui le CDB cherchera à prendre de précieux points dans l’optique de se placer pour les play-downs à venir.

 

Toujours aussi rapide, Sonja Frey s’est bien intégrée à Paris © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Pas photo sur le papier

Sans surprise, le CDB n’a une fois de plus pas la faveur du pronostic. Emmenées par une certaine sonja Frey qui est monté en puissance tout au long de la saison, qui vient d’inscrire 8 buts au Havrfe et qui ne s’était pas privé de se rappeler au souvenirs dijonnais à l’aller, Issy Paris dispose d’atouts de choix à tous les postes. Outre les deux championnes du monde Tamara Horacek et Chloé Bulleux Paris peut compter sur de nombreuses internationales étrangères. La gardienne de but norvégienne Silje Solberg avait d’ailleurs fait des misères au match aller, la Roumaine Elena Pintéa, la néerlandaise Loïs Abbingh ou l’autre norvégienne Hannah Oftedal, soeur de Stine (qui longtemps leader de’Issy Paris a, elle quitté la capitale) sont des armes majeurs expérimentées aux joutes de très haut niveau.

 

Sans complexe

Face à ce qui ressemble à une armada, le CDB opposera ses forces habituelles. On comptera de nouveau sur l’expérience et la justesse d’une Martina Skolkova, sur l’agressivité défensive symbolisé par la capitaine Joanna Lathoud, sur des parades importantes de Noura Ben Slama.

Noura Ben Slama est énormément sollicité en l’absence de Léna Leborgne © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Il faudra de surcroît  les bras d’Héléna Rysankova, de Déborah Kpodar ou de Barbara Moretto,  la régularité des deux jeunes ailières Dyénaba Sylla et Kimberley Bouchard et  l’enthousiasme des jeunes joueuses Manon Gravelle, Marion Lahcene ou Eloïse Dewez. Dijon est toujours privé de Sarah Paulsen (doigt) et de Léna Leborgne. Deux absences importantes ajoutées à celle de longue dates d’Audrey Deroin et de Léa Terzi. Le dossier joker médical pour une gardienne (Sara Vucovac ayant toutes les peines du monde à exister au niveau LFH) traîne malheureusement en longueur. Cela fait quand même pas mal de handicap au moment d’affronter une opposition telle qu’Issy Paris maintenant si tout veut sourire…..

 

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.