30 novembre 2020

DFCO féminin – Aurillac-Arpajon : le sprint final démarre

Fortes de leur succès dans le Forez le week-end dernier, les Dijonnaises débutent ce dimanche à 14h, face à Aurillac-Arpajon, une série de six matchs qui pourrait leur permettre d’accéder à l’élite. Mais les Aurillacoises viendront sans doute avec l’intention de faire douter le DFCO.

 

Des Aurillacoises capables de tout

Élodie Nakkach et le DFCO espèrent continuer leur série © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Sur le papier, voilà un match qui semble être des plus abordables pour le DFCO. Aurillac-Arpajon se présente effectivement avec la pire défense de D2, affichant la bagatelle de 59 buts (!) encaissés en 16 matchs seulement. La faute principalement à un début de saison catastrophique avec une série de 7 revers de suite, dont certains très lourd (0-9 contre Nancy ou encore 0-8 contre Vendenheim). Des résultats qui interrogeaient sur la capacité de cette équipe à se maintenir à ce niveau-là. Depuis, le FC Aurillac-Arpajon a pourtant plutôt bien redressé la barre, glanant trois victoires (face à Montauban, Ambilly et Nîmes qui sont des concurrents directs) mais aussi en obtenant des matchs nuls surprenants contre Yzeure et Nancy, deux formations du haut de tableau. En l’état, Aurillac-Arpajon pointe donc à une 8ème place plutôt encourageante, tout en tenant compte que certains de ses concurrents comptent des matchs en retard. Les résultats obtenus face à Yzeure et Nancy, tous deux obtenus durant cette deuxième partie de saison, font toutefois figure d’alerte pour le DFCO. Il s’agit d’une équipe capable du meilleur comme du pire, mais plutôt joueuse et vaillante, et il s’agit de la dernière à avoir inscrit deux buts contre le DFCO.

Les trois derniers matchs ont toutefois été plus compliqués avec trois grosses défaites (4-1 et deux 4-0). Le FC2A retomberait-il dans ses travers ? Prudence. On se souvient que la saison dernière, les Aurillacoises avaient fait tomber le leader Val d’Orge, relançant ainsi le suspens pour la montée. Les Dijonnaises seraient donc bien inspirées de s’éviter un faux pas de ce type. Celles-ci devront d’ailleurs composer sans Laura Bouillot (blessée). 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.