20 octobre 2019

Au coeur du gaming : rencontre avec Gardoum

Suite de notre série d’articles sur le monde de l’e-sport. Nous avons rencontré Christian “Gardoum” Defortescu, caster chez O’gaming (principale chaîne de diffusion de matchs d’e-sport française.), qui était présent à Dijon pour animer l’anniversaire du Meltdown. N’oubliez pas de consulter le glossaire si besoin.

 

 

Dijon-SPORTnews : Parles nous de ton parcours, comment en es-tu arrivé là ?

Gardoum : J’ai toujours été un grand de fan de jeux-vidéos, j’ai su très tôt ce que je voulais faire : character designer (personne chargée de créer la représentation graphique d’un personnage animé dans les jeux-vidéos, dessins-animés, etc). Pourtant j’était très mauvais en dessin!

Gardoum était présent le 12 mai pour animer l’anniversaire du Meltdown aux côtés de Pandaren ©Meltdown Dijon

Mais à partir du moment où je suis nul dans un domaine, il m’intéresse encore plus. Après avoir fait un bac s, ce qui m’avait été recommandé,  je devais donc soit faire une école privée, pour laquelle je n’avais pas les moyens, soit une Manaa (mise à niveau en arts appliqués). Malheureusement la filière S n’étant pas prioritaire, j’ai dû attendre une année supplémentaire, durant laquelle j’ai fait une prepa PTSI pour ettayer mon CV, mais à l’issue de cette année j’ai de nouveau été refusé en Manaa où l’on m’a dit que mon profil n’avait rien à faire chez eux. N’ayant guère de choix devant moi j’ai tenté de m’orienter vers une fac d’arts plastiques, ce qui s’est révélé être un échec puisque je n’y ai pas appris ce que j’espérais, à savoir le dessin.

 

Après cela j’ai enchaîné les petites expériences sur le web en ayant un boulot à côté, j’ai commencé à streamer sur League of Legends, jeu sur lequel j’avais un très bon niveau puisque je me plaçais aux alentours du top 200/300 de la région Europe de l’Ouest, mes streams étaient pédagogiques et mes spectateurs m’ont poussé à faire des vidéos sur YouTube. Ma chaîne YouTube a mis 6 mois pour passer de 0 à 6 000 abonnés puis en 10 mois elle est passée de 10 000 à 15 000, j’ai malheureusement dû arrêté lorsqu’elle a commencé à monter en flèche car je n’a plus la possibilité d’assurer ces vidéos/streams. J’ai tout de même continué d’écrire des articles sur LoL sur le site gardoum,com (très mégalo d’après lui nous dit-il en riant). Un jour O’Gaming a lancé un recrutement de casters, armé de mon expérience de streamer j’ai alors postulé, et ai été retenu.

 

Pendant tout ce temps tu as pu développer pas mal de compétences?

Gardoum aux côtés de Nono pour le cast des European Masters © O’GamingTV

Oui, j’ai pu développer de bonnes compétences de rédaction web, de référencement, j’ai aussi formé plusieurs personnes à ces compétences. Il faut aussi savoir qu’à l’époque je travaillais en parallèle pour une petite entreprise dans laquelle je touchais à tout, marketing, community management, etc. L’entreprise a fini par ne plus avoir besoin de moi. J’ai alors été confronté à un choix, me consacrer totalement au cast, ou continuer d’alterner avec des petits boulots. J’ai toujours aimé les paris, j’ai donc choisi de me consacrer totalement au cast. Depuis j’ai engrangé beaucoup d’expériences, en particulier avec le LoL Open Tour qui a débuté cette année. 

 

Comment décrirais-tu le plus simplement possible ton métier à une personne complètement étrangère au milieu?

Il y a une compétition, mon rôle est de la faire vivre aux gens. Je compare parfois mon métier à une pièce de théâtre, chaque partie est différente, qu’elle soit stratégique et lente ou spectaculaire, mon rôle est de le faire vivre aux gens le plus intensément possible.

 

Comment s’organisent les matchs ? Vous choisissez les matchs que vous commentez et vos binômes ? (il faut savoir que les matchs sont commentés par une dizaine de casters différents et que les binômes, parfois trinôme, tournent)

À moins d’une demande spécifique, nous avons des plannings de cast déjà établi à l’avance, pour les matchs récurrents (tournois régionaux LCS, LCK, etc) l’organisation est assez tranquille, alors que pour les très gros événements comme les MSI ou les Worlds, tout est imposé, parfois selon les demandes de RIOT. 

 

© O’GamingTV

 

En terme d’ambiance, tu te sens à l’aise dans la structure d’O’Gaming ?

Carrément bien ! La structure et l’équipe sont excellentes, il y a une très bonne ambiance, chacun est intéressant à sa manière et a quelque chose à apporter, que ce soit par les passions respectives, les manières d’analyser ou les façons de penser.

 

 

 

Le cast a beaucoup évolué ces dernières années, passant d’amateur à plus pro, comment vois-tu ce changement ?

C’est clair qu’il y a eu une grosse évolution ! On est passé de la chambre de Chips et Noi (deux des fondateurs d’O’Gaming) à un plateau professionnel, avec un dresscode imposé lors des gros événements. On doit toujours faire attention à ce que l’on dit ou ce que l’on ne dit pas. Par exemple sur un cast de Starcraft 2 le ton est beaucoup plus relâché que sur un cast LoL, où l’ambiance est sympathique mais il faut faire attention à ne pas déborder. Les événements étant cadrés par Riot, il est possible de se faire retirer les droits. LoL étant le jeu le plus populaire sur la scène e-sport, Riot tient logiquement à protéger son image.

 

D’après toi, quels seraient les changements majeurs à venir ? Des améliorations dans le cast qui le rendrait plus accessible aux néophytes ?

© O’GamingTV

Un gros changement qui pourrait survenir serait de traduire tous les termes propres au jeu en français. Aujourd’hui beaucoup d’efforts sont déjà faits mais de nombreux anglicismes subsistent, cela peut changer assez vite si Riot France décide d’imposer d’utiliser uniquement des termes français. Un autre changement important serait pour moi d’améliorer les compétences vocales et de diction des casters, cela permettrait de rendre les casts encore plus compréhensibles et d’en améliorer “l’esthétique”.

 

 

Gardoum était présent au Zénith de Paris les 18 et 19 Mai pour commenter en direct les phases finales des MSI.
Vous pouvez le retrouver sur Facebook et Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.