27 octobre 2020

Le Stade Dijonnais reçu mention assez bien

Les Rugbymen dijonnais retrouvaient ce dimanche les joies des joutes de fédérale 1 en recevant Mâcon au stade Bourillot, une formation de Saône et Loire qui les avait battu par deux fois la saison passée. On était impatient de voir à l’oeuvre la mouture 2018-2019 du Stade Dijonnais, tant l’effectif avait connu de nombreux changement à l’intersaison. Globalement le public venu en nombre a du être satisfait de la victoire 24-13 des hommes du trio Gourdon Kohler Paterson, même s’il reste de nombreux secteurs d’amélioration possibles.

 

LES PHOTOS DU MATCH ICI

 

Ne boudons pas notre plaisir, entamer la saison par une victoire sur Mâcon qui reste une formation extrêmement solide et particulièrement positif. Cela va notamment donner confiance à un groupe qui apprend à se connaître depuis 2 mois et qui devra donc hausser encore le ton pour la réception de Chambéry dès dimanche prochain.

 

Alexandre Frelin inscrit le second essai dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Une bonne entame

A l’entrée sur le terrain, ce sont 8 nouveaux visages dans le XV de départ concocté par le staff dijonnais que les supporteurs découvrent sur le terrain. Dijon entame la partie vent dans le dos et en profite pour s’installer dans la partie de terrain adverse. Les intentions sont palpables et quelques jolis mouvements réjouissent les inconditionnels du stade, rien de décisif pour autant. Pire le demi de mêlée Thibault Dufau récolte rapidement un carton jaune (15′) et l’arrière visiteur Paquelet ouvre la marque 0-3 . Mais cela ne stoppe pas l’élan du stade et suite à une série de temps de jeu dans le camps mâconnais, l’arrière Quentin Pilet s’engouffre dans l’intervalle pour planter le premier essai dijonnais de la saison. Jules Soulan commence son oeuvre de métronome en transformant sans sourciller (7-3, 21′). Dijon enfonce le clou 10 minutes plus tard. Suite à une belle relance Thomas Guigon perce sur trente mettre et est repris à quelques mètres de l’en-but mâconnais. Il parvient tout de même à transmettre l’ovale à Alexandre Frelin, nouveau 3/4 centre du stade qui inscrit lui aussi ses premiers points à Bourillot et Soulan encore pour passer le score à 14-3 (32′). Du bel ouvrage. A la pause, les sourires sont là dans les travées de Bourillot.

 

Les approximations dijonnaises ont remis Mâcon dans le match © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dijon joue à se faire peur.

Oui mais voilà, la belle mécanique va s’enrayer au retour des vestiaire. Contre le vent cette fois, les jeunes stadistes manquent de lucidité et prennent des risques en tentant de remonter les ballons à la main plutôt que de renvoyer les visiteurs chez eux à grand coup de bottes. Mâcon qui n’avait pas montré grand chose jusque là va alors se nourrir des erreurs locales et s’appuyer sur ses points forts, notamment les mauls portés. Bécasseau coupable d’avoir écroulé l’un d’eux à proximité de sa ligne voit jaune à son tour. Aubaine pour les visiteurs qui alignet les pénal touche et finissent par trouver la faille face à une courageuse défense dijonnaise, par l’intermédiaire d’André Hough, Paquelet transforme (10-14, 59′). Malgré l’avertissement, Dijon continue à déjouer, provoquant la colère de Renaud Gourdon sur la touche “vous vous imaginez que vous allez marquer des essais de 80 m !!! …. Les esprits s’échauffe quelque peu et alors que le stade obtient une pénalité salvatrice dans ses 22m celle ci est retourné à cause d’une échauffourée dont Jean  Paul serait à l’origine selon l’arbitre. A peine entré en jeu, le jeune deuxième ligne prend le troisième carton jaune du jour pour Dijon en compagnie de son homologue Alexander Nowicki. Paquelet ne rate pas l’offrande et ramène M^con à un point (13-14, 69′).

 

Un essai salvateur

On se met à craindre le pire, mais Soulan et cie ont enfin compris qu’il fallait éloigner l’adversaire des zones dangereuses et ils renvoient donc systématiquement les visiteurs chez eux par un jeu au pied efficace.

Lucas Liabot file inscrire l’essai salvateur pour Dijon © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Mieux sur un ballon cafouillé par les Saône-et-Loiriens, Quentin Pilet flaire le bon coup et amorce une relance saignante un raffut plus loin, il fixe ensuite l’ailier visiteur et transmet à Lucas Liabot qui poursuit le jeu au pied et récupère l’ovale avec un peu de réussite, l’arrière mâconnais n’ayant pu s’en saisir, pour foncer en terre promise pour l’essai de la délivrance puisqu’avec la transformation de Soulan, le Stade reprend 8 longueurs d’avance (21-13,71′). Le ressort est cassé dans la camps d’en face et Soulan clôt le score d’une dernière pénalité (24-13, 78′). Guigon a même failli donner le bonus offensif sur le gong mais un en avant ne permettra pas à l’essai d’être validé. Dommage même si l’essentiel est assuré avec cette victoire. Le stade aura montré deux visages et devra faire preuve de plus de justesse dans la gestion de ses matchs. Nouveau gros test dès dimanche prochain avec la réception de Chambéry.

 

RETROUVEZ LES REACTIONS D’OTILO KAFOTAMAKI ET DE THOMAS KOHLER DANS NOTRE DEBRIEF WEEKEND VIDEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.