30 octobre 2020

Deux buts, et des regrets pour la JDA Dijon Handball

Après une victoire et un match nul lors de ses deux derniers matchs, la JDA Dijon Handball se déplaçait à Paris 92 pour le compte de la septième journée de championnat LFH, avec l’ambition de frapper un coup au classement. Malheureusement, les joueuses de Christophe Maréchal ne sont pas parvenues à faire la différence, face à un adversaire qui, sur cette rencontre, semblait à leur portée… Dans une partie accrochée et tendue, où les défenses ont largement pris le pas sur les attaques (23-21) les Dijonnaises ont d’abord longtemps mené à la marque en première période avant un mano à mano d’une dizaine de minutes en seconde, qui a finalement tourné à l’avantage des Parisiennes… En un mot : rageant.

 

 

Sylla au tir – © Nicolas GOISQUE / NikoPhot

Dijon rentre bien dans le match

Lassées d’entendre parler de la course au maintien, Joanna Lathoud et ses partenaires comptaient bien faire mentir les observateurs mercredi dernier en entrant sur le parquet du Palais des Sports Robert Charpentier. Et cette détermination se fait sentir dès les premiers instants du match, avec une défense très agressive, qui contient fermement les assauts parisiens, jusqu’à ce que l’ex-Dijonnaise, Sonja Frey ne délivre une passe décisive pour la jeune Fofana (1-0, 2’30). Beaucoup d’imprécisions de part et d’autre du terrain figent le score, et c’est Moretto qui va débloquer le compteur bourguignon, après seulement 6 minutes de jeu (1-1). L’arrière droite côte d’orienne va ensuite manquer un pénalty puis heurter le poteau, le chemin qui mène aux filets parisiens est complètement verrouillé par le dernier rempart, Lucie Satrapova (2-1, 8’).

 

Moretto en force © Nicolas GOISQUE / NikoPhot

Mais la JDA n’abdique pas et redouble d’efforts défensifs, ce qui permet à Kpodar, Bouchard, Lathoud puis Dazet de passer un 4-0 à leurs hôtes en l’espace de cinq minutes (2-5, 13’). Paris reste tant bien que mal dans le match grâce à Fofana à nouveau et Horacek, mais Julie Dazet redonne deux longueurs d’avance aux siennes (4-6, 17’). Ben Slama réalise une belle parade à la suite d’une perte de balle de Moretto, qui va parfaitement se rattraper sur l’action suivante, en provoquant l’exclusion de l’arrière gauche Soralie Moore pour deux minutes. Les Artistes parviennent à creuser l’écart par l’intermédiaire de Sylla, le match est alors plutôt bien géré (4-7, 20’). Seulement, une perte de balle de Dyénaba Sylla, couplée à un contre de Pintea et d’un nouvel arrêt de Satrapova, voient Paris reprendre les commandes de la partie, infligeant un 4-0 presque fatal aux filles de Maréchal qui pose son premier temps mort pour stopper l’hémorragie (9-8, 24’30).

Les deux équipes se neutraliseront jusqu’à la pause et regagneront finalement les vestiaires sur un score de parité, 11 buts partout.

 

 

Bouchard à l’aile © Nicolas GOISQUE / NikoPhot

Manque de fraîcheur en fin de match

L’entame de seconde période est très fermée, les deux camps peinent à marquer, on assiste à un véritable festival d’arrêts de la part des gardiennes Satrapova et Le Borgne. Les portières se répondent l’une à l’autre, si bien qu’après 10 minutes de jeu, seuls 4 buts ont été inscrits (13-13, 40’). Le temps mort posé par Gandais va alors changer la donne : dans la foulée, Lassource score et est imitée par une Sonja Frey qui monte en puissance au fur et à mesure du match, c’est un premier break pour Paris (15-13, 43’). Dijon recolle deux fois à une unité grâce à ses arrières droites Gravelle puis Moretto, mais rien n’y fait.

 

Dazet a inscrit 7 buts ce mercredi © Nicolas GOISQUE / NikoPhot

Pertes de balles, fautes offensives et tirs arrêtés sont des offrandes que les Franciliennes exploitent pleinement, prenant ainsi 3 buts d’avance (18-15, 50’). Le match n’est pas terminé pour autant et Maréchal sent qu’il est encore possible d’aller chercher les trois points arrête le jeu pour donner ses consignes. (20-17, 53’). Le Borgne réalise une double parade extraordinaire sur Frey puis Pintea, Kpodar ramène les visiteuses à deux buts, on est proche d’un retournement de situation dans ce money time (20-18, 55’). Il reste trois minutes à jouer, et Sylla convertie la balle de -1, la tension est palpable de part et d’autre. Mais Paris 92 gère sereinement sa fin de match, et bénéficie peut-être d’un petit manque d’expérience, voire de lucidité de la part de la jeune pivot dijonnaise Fehri qui rate un shoot puis se fait sortir pour deux minutes en l’espace de trente secondes… Le pénalty transformé par Pintea, auteure de six buts, est presque anecdotique, Paris l’importe 23-21.

C’est le quatrième revers pour Dijon, qui occupe la 8e place désormais, mais qui reste néanmoins au contact des Nantaises, qu’elles affronteront ce mercredi.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.