9 mars 2021

Le Stade Dijonnais regale face à Bédarrides

Le Stade Dijonnais a poursuivi son parcours sans faute ce dimanche à Bourillot en engrangeant un 7ème succès en autant de rencontre. Large vainqueur des Vauclusiens de Bédarrides (44-24), les hommes de Gourdon/Kohler/Paterson ont enchanté leur public en inscrivant la bagatelle de 6 essais. Les visiteurs ne manquant pas d’atout offensif ont pour leur part franchi la ligne d’embut stadiste à trois reprises. Florilège offensif et rugby champagne donc avec des Dijonnais qui empochant le bonus offensif relègue maintenant leur dauphin Bourgoin à 5 longueurs.

 

300 PHOTOS DU MATCH ICI  LES REACTONS D’OTILO KAFOTAMAKI, DE JULES SOULAN ET DE THOMAS KOHLER DANS NOTRE DEBRIEF VIDEO WEEKEND

 

7/7 ce n’est plus une émission de télévision célèbre mais bel et bien le score obtenu par le Stade Dijonnais en ce début de saison de fédérale 1 2018/2019. Pour autant vous ne trouverez personne chez les Dijonnais pour s’enflammer. De la satisfaction, bien sur mais l’intime conviction que rien n’est acquis et qu’il faut continuer à travailler encore et encore pour aller chercher dans un premier temps l’objectif, à savoir les phases finales.

 

Jules Soulan a souvent mis le feu aux poudres © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Départ en trombe

Les retardataires à Bourilot auront eu tord ce dimanche, puis qu’il faut à peine 20 secondes à Maxime planté pour inaugurer les festival offensif local. Sur le regroupement à proximité de la ligne de Bédarrides, qui suit le coup d’envoi du match, l’ailier dijonnais contre en effet le coup de pied de dégagement visiteurs et aplatit. Jules Soulan ratant (assez rare pour le souligner) la transformation, Dijon mène d’entrée (5-0, 1′). D’emblée les avants locaux prennent les choses en main en même temps que l’ascendant sur leurs homologues. Soulan ouvre son score personnel suite à l’écroulement d’un maul prometteur (8-0, 6′). Mais le centre vauclusien Thierry Brana rappelle vite à l’ordre ce qui voudraient s’enflammer, tranchant il prend un intervalle grand ouvert dans la ligne de 3/4 stadiste pour ramener les siens (8-7, 7′).

Bédarrides a montré de belles dispositions en attaque © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Pas le temps de gamberger pour les partenaires de Kafotamaki. nouvelle faute vauclusiennes et Soulan punit, dans la foulées quasiment, l’ouvreur dijonnais prend la clef des champs sur une trentaine de mètres avant de décaler parfaitement Max Planté qui fixe le dernier défenseur avant de remettre sur Harris Anouallah qui clôt ce magnifique mouvement avec le second essai dijonnais. Soulan sur la ligne de touche manque une nouvelle fois la cible (16-7, 17′). 

 

20 points d’avance à la pause.

L’ouvreur bédarridais Frédéric Roche ajoutera bien une nouvelle pénalité, mais ce sont bien les dijonnais qui ont la main sur le match. Le pack met au supplice son vis à vis et remet une fois de plus la marche en avant. Rampe de lancement pour la cavalerie des lignes arrières bien orchestré par la charnière Escuder/Soulan. Encore un beau mouvement avec pour finir, pour finir le troisième ligne aile Frédéric Gendre bien servi dans l’intervalle par le centre Lucas Liabot (23-10, 28′).

Maxime Planté inscrit son second essai personnel, l5ème du stade © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Pas rassasié, le 8 de devant fait reculer l’adversaire. Ce dernier en est réduit à se mettre à la faute. Ce qui devait arriver, arriva. Un nouveau maul écroulé à quelques mètres de la ligne vauclusienne et M Carbonnel, l’arbitre de la rencontre accordait l’essai de pénalité qui s’imposait. A la pause, les Dijonnais avaient déjà quelques certitude (30-10, 40′). 

 

Bonus offensif

A cet instant de la rencontre, le point de bonus offensif était dans la musette dijonnaise. Planté allait se charger dès la reprise de le mettre au chaud, venant sur son aile en conclusion d’une nouvelle cavalcade des arrières stadiste initiée par l’inévitable Jules Soulan très inspiré par ce beau soleil dominical d’octobre. Sauf que Brana , lui aussi à la conclusion d’un eua mouvement des lignes arrières visiteuses, plantait en coin son deuxième essai personnel, rappelant s’il le fallait que rien ne tomberait du ciel pour Dijon (37-17,45′). Thibault Dufau venu au relais d’Ugo Escuder à la mêlée signe son entrée perçant plein centre après un beau renversement de jeu pour signer le 6ème et dernier essai dijonnais du jour (44-17, 55′).La suite allait être un tout petit peu plus compliquée.

Le pack dijonnais a vite pris l’ascendant dans ce match © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

L’ouvreur remplaçant de Bédarrides, Adrien Fantozzi trouvait la faille une troisième fois dans la défense dijonnaise, prouvant que son équipe ne manquait pas d’atout offensif (44-24, 67′). A défaut de pouvoir espérer le moindre point, les visiteurs allaient tout de même tenter de priver leurs hôtes du bonus offensif. Et il n’étaient pas loin d’y parvenir à 15 contre 14 suite au carton blanc pris par Jean Paul. La dernière mêlée du match, sur la ligne dijonnaise, verra le 8 stadiste (renforcée par le centre Alexandre Frelin, palliant l’absence de Paul) décidément dominateur, obtenir une dernière pénalité salvatrice. 5 points de plus donc pour Dijon qui recevra le 3ème nice le 4 novembre.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.