1 décembre 2020

JDA – BCM : La Jeanne se fait siffler la victoire

Beaucoup de choses seront à retenir de ce match entre la JDA et Gravelines comptant pour la 10ème journée de Jeep Elite : la seconde défaite des dijonnais à domicile (82-84), l’importance d’Holston mais aussi une succession de faits de jeu, dont celui qui a amené le corps arbitral à exclure Gavin Ware en début de seconde mi-temps. Il est impossible de dire si les arbitres se sont réellement trompés. Mais la décision, très contestée par le camp dijonnais et le Palais aura constitué un énième tournant dans la rencontre.

Des dijonnais rapidement contestés…

Scott wood aura fait mal à 3 point à la JDA © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les joueurs de Laurent Legname démarrent plutôt bien le match sous l’impulsion de Pearson, Julien, Leloup et Ware les amenant à un +7 après un peu plus de 3 minutes de jeu (12-5). Mais rapidement, avec Wood, Anderson et Hesson (ancien dijonnais), les joueurs de Gravelines pilonnent à 3 points et finissent devant à la fin du premier quart temps (24-25). Le BCM mène alors que l’on sentait les dijonnais tenir leur rencontre. Ce n’est malheureusement que le début d’un long calvaire pour des dijonnais incapables de défendre et d’empêcher les joueurs nordistes de shooter à 3 points. Dès l’entame du second quart temps, le BCM inflige un 5-0 à la JDA, obligeant déjà Legname à prendre un temps mort. Si Chassang plante un 2 points, Wood, encore à 3 points ne permet pas à la JDA de respirer. Les nordistes vont continuer d’user de tirs longue distance avec une réussite insolente (10/27 à la pause). Le jeu déployé par le BCM n’est pas des plus beaux mais face à des dijonnais trop légers en défense, l’écart se creuse (+12 à 4’28 de la mi-temps). Le Palais, médusé, ne reconnait pas son équipe et commence à s’agacer, tout comme le staff de la JDA. Toutefois, grâce à un grand Gavin Ware, un Pearson dans les bons coups et un Julien qui réussit un 3 points en fin de période, la JDA n’est qu’à 6 longueurs des visiteurs à la pause (46-53). Rien d’insurmontable, mais le gros bémol est les 53 points encaissés en 20 minutes. Quasiment du jamais vu pour l’une des meilleures défenses du championnat, en particulier au Palais.

Axel Julien aura tout tenté après l’expulsion de Ware se comportant en capitaine modèle © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

…Avant de se révolter après l’expulsion de Ware

Les mots de Legname à la mi-temps ont semblé faire du bien. Sans être flamboyante, la JDA resserre la défense et voit le BCM beaucoup moins en réussite à 3 points. Elle recolle, s’accroche et voit Pearson mystifier Fofana pour placer la JDA à 3 petites longueurs à 4 minutes de la fin du 3ème quart temps (56-59). Oui mais voilà, dans la foulée, Fofana qui semble avoir poussé Pearson dans le dos s’est visiblement accroché avec Ware. On est tout proche de la bagarre générale. Les esprits à peu près calmés, le corps arbitrale stoppe la rencontre et prend plusieurs minutes pour visionner les images. Le public, comme le camp dijonnais est persuadé que Fofana dont la poussette était visible allait être le seul sanctionné. Mais sous la fureur de Legname, Ware, en plus de Fofana est exclu ! Le public gronde ! C’est l’incompréhension chez les supporters. Surtout, c’est un constat inquiétant qui est fait : quand le BCM perd un joueur de simple rotation et à 2 points jusque-là, c’est le meilleur dijonnais du soir (avec 17 points à ce moment-là) qui quitte le parquet. Il est trop tôt pour affirmer si cette décision était juste ou pas. Une chose est certaine, ce coup de sifflet amplifie le déséquilibre entre les deux formations, alors que la JDA était déjà privée de David Holston. Le public qui crie à l’injustice s’enflamme : chaque possession de Gravelines se fait sous les huées et chaque attaque dijonnaise plus que jamais encouragée. Gravelines prend la foudre et n’y arrive plus. Emegano ramène alors les siens à égalité à 2’30 de la fin du 3ème quart (59-59). Grâce notamment à Wood, encore à 3 points Gravelines parvient néanmoins à garder 4 longueurs d’avance avant les 10 dernières minutes (61-65). Mais tout le Palais y croit et est plus que jamais derrière son équipe. Le début du quatrième quart temps est accroché. La JDA est dans le coup et profite d’un nouveau panier de Julien pour rester à 1 point de leurs adversaires (66-67). Les nordistes semblent perdus et la JDA à l’occasion de basculer devant : à 3 reprises, ils auront les possessions pour le faire mais ni Arnold, Julien ou Emegano ne trouvent le cercle. Les Maritimes semblent avoir laissé passer l’orage et infligent un 9-2 pour prendre 10 points d’avance à 4 minutes de la fin. C’est terminé ? Non, car cette JDA fera, encore une fois preuve d’une combativité énorme ! Et un 6-0 plus tard les dijonnais sont de nouveau tout proche (-4 pts à 2 minutes de la fin). Hesson redonne 7 points d’avance (76-83 à 1’40). Mais Julien marque à 2 points d’un joli drive, avant que Leloup ne plante un 3 points qui fait exploser le Palais ! A 52’’ de la fin, le score est de 81-83 et tout est encore possible. Anderson rate son shoot dans la foulée pour le BCM. Julien part en contre mais est victime d’une faute. Deux lancers francs à suivre…mais le capitaine héroïque hier soir n’en met qu’un (82-83 à 10’’ de la fin). Les dijonnais font faute sur la possession nordiste. Wood n’en met qu’un ! Axel Julien a 8 secondes devant lui pour tenter soit l’égalisation soit le shoot de la gagne à 3 points. Il retient la première option mais voit son tir fuir le cercle…Le Palais reste figé par cette fin cruelle, trouvant néanmoins la force de siffler une dernière fois le camp nordiste et surtout le corps arbitrale dont les décisions, au-delà de l’expulsion de Ware auront été très souvent incomprises. 

Les enseignements du match : 

Rien qu’en faisant exclure Ware, Fofana aura réalisé un “grand” match © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Laurent Legname était avant tout déçu de la défaite en conférence de presse mais a souligné que « certains joueurs ont été héroïques » (Source Facebook JDA).
Oui c’est une défaite. Mais il faut malgré tout retenir la volonté de cette équipe à ne jamais lâcher et à se battre jusqu’à la dernière seconde. Axel Julien hier soir a démontré à quel point il incarnait parfaitement le capitaine modèle en se montrant techniquement très sûr et en galvanisant ses coéquipiers. Alors qu’il a joué 38 minutes pour pallier l’absence d’Holston, il n’a jamais compté ses efforts et termine avec 22 points et 28 d’évaluation. Ware, avant son expulsion, Leloup et Pearson auront porté également l’équipe.

Bien entendu, l’absence d’Holston (que nous redoutions avant la rencontre), joueur majeur du groupe et l’expulsion de Ware ont poussé les dijonnais à jouer à 7. On pourra malgré tout se demander si la JDA n’a pas plutôt joué à 6…Sans lui jeter la pierre Arnold est (encore) passé au travers. Il a raté plusieurs shoots ouverts dans des moments clefs de la rencontre et son 22% de réussite a de quoi inquiéter. Au point de pousser le club à le couper ?

L’addition de tous ces éléments rendait au final la tâche quasi-impossible. Quasi, car malgré tout, il s’en est fallu de peu pour que les hommes de Legname n’arrachent la victoire. Alors oui, on peut le voir ainsi. Oui, un sentiment d’incompréhension subsiste face aux différents faits de jeu. Oui, on peut en faire des cauchemars. Mais à ce stade de la saison, il semble plus juste de retenir que bien que très handicapée, l’équipe s’est accrochée et a prouvé tout au long de la rencontre qu’à défaut de réussite elle avait un cœur énorme.

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.