27 février 2020

BCL 7ème journée : A Jérusalem pour éviter de se lamenter

Après la désillusion de vendredi soir en championnat face à Gravelines (défaite de 2 points à domicile), la JDA va tenter de profiter de la BCL et de son déplacement à l’Hapoël Jérusalem pour se relancer. Plus précisément, face à l’un des gros morceaux de la poule, l’enjeu pour les hommes de Legname sera déjà de passer à autre chose et d’aller de l’avant.

 

Un très gros match dans une BCL peut-être déjà pliée

Pearson et Legname à l’assaut du gratin européen pour oublier vendredi soir © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les dijonnais après 6 journées de BCL sont malheureusement déjà derniers du groupe C. Alors qu’ils avaient parfaitement débuté la compétition face à Nymburk, la suite fut beaucoup plus compliquée, bien que ponctuée de coups d’éclats comme la première mi-temps face à Athènes, la folle remontée contre Fuenlabrada ou la première mi-temps à Bamberg. Avec une seule victoire au compteur, la JDA compte d’ores et déjà 2 succès de retard sur le quatrième et premier qualifié Bamberg. Sachant que le match à Jérusalem sera le dernier de la phase aller et qu’il ne restera donc ensuite que 7 matchs à disputer, la qualification semble être déjà quasi-impossible.
Alors, quel intérêt est-ce que la Jeanne doit accorder à ce match ? En réalité il est très fort. En premier lieu, évacuer toute la frustration de vendredi soir et ce scénario catastrophe qui a crucifié le staff et les joueurs. Le fait que les dijonnais jouent 72h après un tel revers va permettre à la bande d’Axel Julien d’oublier Gravelines et de répéter ses gammes. Ensuite, en l’absence probable d’Holston pas tout à fait remis de sa blessure, Weber devrait profiter de ce match pour continuer à prendre des minutes de jeu et s’aguerrir pour le championnat. Compte tenu de la fatigue et des possibles suspensions à venir (Pearson, Ware ?) son apport deviendrait encore plus nécessaire qu’à l’accoutumé. Enfin, ce doit être un match plaisir. Au-delà d’oublier Gravelines, ce sera un nouveau match de prestige et une nouvelle récompense pour le staff et les joueurs dijonnais qui vont se frotter à une référence européenne. C’est exactement ce que plusieurs joueurs, restés cette saison sont venus chercher (Julien, Holston, Pearson) et ce qui a attiré plusieurs recrues (Ware, Emegano notamment).
Si la tâche sera nécessairement immense, à l’extérieur et face au leader de la poule, il ne sera pas uniquement question de prendre du plaisir mais aussi de tenter un coup. En sport, rien n’est jamais joué d’avance et si ce groupe dijonnais retrouvait sa défense et son attaque de Chalon le temps de ce match, alors tout serait possible. Certains joueurs doivent par ailleurs se racheter (Arnold, Loum) et ce déplacement peut en être une formidable occasion.

 

Après sa triste disqualification de vendredi, Ware aura surement à cœur de se racheter en BCL © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

L’adversaire de la JDA :

C’est l’une des meilleures équipes de la BCL, aujourd’hui leader du groupe avec 6 victoires en 7 matches dont deux victoires à Bamberg et sur le parquet de l’AEK, deux équipes qui ont triomphé de Dijon…
Championne d’Israël en 2017, l’équipe de Jérusalem avait déjà un glané un titre national en 2015, 4 coupes nationales ainsi qu’une coupe ULEB en 2004.
C’est une équipe qui peut faire mal à 3 points avec 37% de réussite à longue distance en BCL (contre 32% à la JDA). Le point « faible » est les shoots à 2 points : 47,7% de réussite contre 52,2% pour la JDA. C’est une équipe dominante aux rebonds : elle en capte en moyenne en BCL 45 par match contre 30 à la JDA. Enfin, elle peut compter sur un groupe étendu et un un banc qui apporte un peu plus de 32 points par match contre un peu moins de 26 à la JDA.
Le joueur à surveiller : Feldeine est l’atout numéro un de Jérusalem avec 18 points marqués en moyenne en BCL dont un 44% à 3 points auxquels il faut ajouter un peu plus de 4 passes décisives de moyenne par match.

 

Les clés du match pour la JDA : 

Comme face à Anvers, l’espoir Louis Weber devra seconder au mieux un Axel Julien forcément fatigué après 38 mins jouées vendredi © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Prendre du plaisir. La JDA n’a (presque) rien à perdre…L’occasion de jouer le coup à fond et de ne surtout pas aborder le matchs en future victime. C’est à cette condition que les dijonnais pourraient faire douter Jérusalem et sa salle de 11 000 places.

Imposer un pressing haut pour faire déjouer les israéliens à 3 points et éviter qu’ils ne s’enflamment à longue distance.

L’impact de Louis Weber : si le jeune espoir ne pourra pas tenir les premiers rôles, sa capacité à bien seconder Axel Julien sera déterminant afin d’éviter un trop grand temps de jeu à l’international français qui aura déjà passé 38 mins sur le parquet vendredi soir dernier. C’est à cette condition qu’Axel Julien pourra s’exprimer au mieux et guider ses coéquipiers.

Entre-deux à 20h00 à la Jerusalem Payis Arena!

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.