3 décembre 2020

CSP Limoges – JDA Dijon : Pour faire un coup

Après une nouvelle sortie globalement intéressante à Jérusalem mardi soir en BCL (malgré une fin de match frustrante et la défaite), la JDA est de nouveau en déplacement. Certes moins loin, mais qui semble tout aussi compliqué sur le parquet du mythique CSP Limoges. Mais le début de saison des Limogeauds est loin d’être à l’image de leur glorieux passé ou même des saisons 2014 et 2015 qui les avaient vus glaner le titre de champion de France. De quoi peut-être réaliser un coup pour les joueurs de Legname.     

 

La JDA a des arguments…

Pearson, devra rééditer ses dernières sorties © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Râler après la dernière défaite en championnat à domicile face à Gravelines ou regretter la fin de la rencontre à Jérusalem n’y changera rien. A Limoges, Dijon doit surtout se concentrer sur un match qui est à sa portée et dans un championnat qui réserve toujours des surprises. Sans se préoccuper de l’adversaire, la JDA sait déjà qu’elle devrait être globalement au complet. Si Holston ne sera probablement pas remis à 100% il est fort possible de la voir fouler le parquet de Beaublanc ce soir, puisqu’il était proche de le faire mardi soir. Un retour qui serait salutaire : déjà pour l’apport individuel du joueur dont le dernier match disputé, à Chalon, avait pris des airs de récital, au shoot, en défense et en animation du jeu (plus globalement 7 passes décisives de moyenne par match et 14 d’évaluation), pour la rotation ensuite. Le retour espéré d’Holston donnerait la possibilité à Julien de souffler un peu. Après 38 mins contre Gravelines, il en a enchainé 36 à Jérusalem ! En se répartissant un peu plus le temps de jeu, les deux meneurs dijonnais peuvent faire mal. Au-delà des faits de jeu, Ware et Pearson sont au top en ce moment et peuvent faire éclater la 6ème plus mauvaise défense du championnat (83 point encaissés de moyenne). Les dernières sorties de Chassang et Loum (à Jérusalem), prouvent qu’ils peuvent largement apporter en sortie de banc. Si tout se passe bien, la Jeanne devrait ainsi être enfin au complet, ce qu’elle n’a plus connu depuis un certain derby qui fut le match le plus abouti de la saison jusque-là. Enfin, les dijonnais ont déjà prouvé en BCL une vraie capacité de résilience à l’extérieur. Elle l’a encore prouvé mardi soir dans une salle remplie de 7000 spectateurs. Elle sait ainsi aborder ce type de match dans des ambiances hostiles et aura la capacité de faire face au 5300 personnes qui garniront Beaublanc.      

    

Le capitaine Axel Julien devra encore sortir un gros match tout en espérant qu’il soit épaulé par Holston © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

…face à un adversaire dans la tourmente à tous les étages de la fusée, mais de qualité

Il se passe toujours quelque chose à Limoges ! Cette saison ne fait que le confirmer, le club justifiant au passage sa réputation d’OM du Basket. Alors que le club avait affiché une stratégie claire avec une équipe très orientée JFL (Bouteille, Howard, Rousselle, Inglis, Jaithey, Doumbouya…) et la venue de gros CV (Perrantes, Samuels), l’alchimie ne semble pas avoir pris. Après 3 journées et deux défaites, Beaublanc grondait déjà. Malgré une grosse victoire sur Bourg en Bresse début octobre, le CSP prenait deux claques à l’ASVEL et la SIG puis enchaînait avec deux nouveaux revers à Monaco et Levallois. Mais s’il n’y avait que les mauvais résultats…L’un des meilleurs joueurs limougeauds, Samardo Samuels est écarté du groupe dès début octobre pour avoir insulté son entraîneur lors du match au Portel. La direction veut se montrer ferme et entame une procédure de licenciement à l’encontre du joueur, alors que dans le même temps les supporters veulent la tête de leurs dirigeants…La rupture semble consommée, l’entraîneur Kyle Milling très contesté. Au point de s’en séparer ? C’est ce que croit savoir début novembre Fred Weiss. L’ancien idolde de Beaublanc affirme le jour du match à Levallois que la direction de Limoges a rencontré JD Jackson afin qu’il prenne la suite sur le banc. Le jour même Manuel Diaz, de la direction du CSP, démentait l’info sur le plateau de l’émission Buzzer sur RMC Sport. La suite ? Kyle Milling est toujours en place, Samardo Samuels a réintégré le groupe et Limoges s’est rassuré en Eurocup ainsi qu’en championnat avec une victoire probante face à Nanterre (80-62). A noter quand-même que le CSP a sorti son meneur Perrantes il y a deux semaines pour le remplacer par Jordan Taylor. Oui, il se passe toujours quelque chose à Limoges. Cela a toujours été vrai, mais l’est peut-être encore plus depuis la disparition tragique du très regretté Fred Forte qui savait provoquer mais aussi canaliser les critiques et la pression.

 

Laurent Legname connaît parfaitement Limoges et son entraîneur © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

L’adversaire de la JDA :

Le CSP a toujours su gagner le respect hexagonal. Non pas par son actualité digne de Dallas mais parce que le club est à ce jour le seul club français à avoir remporté l’Euroleague en 1993. Ce fut aussi, à l’époque, le premier club français à remporter le titre européen le plus prestigieux tout sport collectif confondu. Le CSP c’est également 11 titres de champions et 8 Coupes de France. Mais c’est aussi un club qui a su revenir au plus haut niveau après ses déboires financiers, son dépôt de bilan et la reprise en main du club par Forte qui finira par gagner deux titres de champions.

Budget : 4ème budget et masse salariale de la ligue, le CSP Limoges fait partie des très gros, loin, très loin devant la JDA.

L’effectif : Le CSP compte de nombreux talents et leur 14ème place actuelle ne reflète pas la qualité de leur effectif. Samuels qui tourne à près de 14 points de moyenne en championnat sera l’atout numéro un de l’équipe, bien épaulé par Howard et Bouteille. A noter que l’entraîneur de Limoges n’est autre que l’ancien adjoint d’un certain…Laurent Legname du temps de Hyères Toulon. Enfin, Limoges a fait revenir en France Miles, ex joueur US de Dijon. S’il ne tourne qu’à 9 points de moyenne, il peut s’enflammer à tout moment.   

Le jeu : A Limoges l’attaque prend le pas sur la défense cette saison. Ils disposent de gros shooters et un taux de réussite de 41,2% à 3 points. Ce sera leur arme principale.

 

Les clés du match pour la JDA :

Un retour d’Holston ferait le plus grand bien ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Attention à ne pas se laisser duper par un classement en trompe l’œil du CSP ! Oui, le CSP est loin derrière la JDA à la veille de leur affrontement. La JDA a remporté 6 de ses matchs pour 4 défaites et pointe à la 5ème place. Les statistiques de Limoges sont inversées (6 défaites pour 4 victoires) et sont 14ème. Mais attention, en 10 journées de championnat, les joueurs de la Vienne ont joué 4 fois à domicile pour 3 victoires. Beaublanc restent donc à ce jour une forteresse très compliquée à prendre. Par ailleurs, elle a plutôt joué des grosses équipes à l’extérieur comme l’ASVEL, Strasbourg et Levallois qui occupent à ce jour les 3 premières places…  

Ne pas laisser s’enflammer Beaublanc ! A Limoges, le public est un atout tout aussi (voire plus) important que les joueurs. Un Beaublanc qui prend feu est très compliqué à jouer. L’an passé en play-off, la JDA avait d’ailleurs perdu le match 1 à Limoges en ayant notamment longtemps couru après le score. A l’inverse, la sérénité n’étant pas encore totalement de mise au CSP, faire douter cette équipe peut climatiser la salle et favoriser un succès.   

Privilégier les deux points : Même s’il y a de la taille côté Limoges, il y a de la place dans une défense pas toujours bien en place. Leur match à Levallois en était un bon exemple. Holston et Julien auront de l’espace pour faire quelques numéros et/ou de distiller des passes décisives. Les deux points seront donc l’arme numéro une des dijonnais. La défense devra aussi être au top pour museler Samuels et empêcher au maximum les shoots ouverts de Bouteille ou Rousselle, adroits à 3 points notamment.

Rapidement comprendre le jeu du nouveau meneur Taylor, qui effectuera son premier match face à la JDA sans que le staff n’ait pu le voir évoluer jusqu’à présent. Mais il faudra aussi que ce dernier arrive à jouer avec ses nouveaux coéquipiers, un atout de plus pour la JDA ?

En résumé s’il y a bien un moment où il fallait jouer Limoges à Beaublanc c’est peut-être maintenant. Si le CSP va un peu mieux il est toujours convalescent. Enfin au complet, la JDA peut faire un coup à Limoges en respectant ce qui fait sa force : la défense et le collectif. Il faudra aussi garder ses nerfs dans un match qui risque d’être électrique.

Entre-deux à 20h00 à Beaublanc !   

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.