17 août 2019

Battu à Mâcon Stade Dijonnais rate sa “St Sylvestre”

“Mâcon avait plus envie que nous de gagner ce match, on s’est fait rouler dessus de la première à la dernière minute, on n’a pas reconnu le Stade Dijonnais, mis à part deux ou trois , on a sombré”. Les mots sont ceux de Renaud Gourdon à froid au lendemain de la rencontre. Pas grand chose à rajouter; en effet si l’on excepte les 5 premières minutes, Dijon a passé son temps à reculer, sans jamais parvenir à réagir (37-13 au final). Un avertissement certain en ce début de phase retour qui ne sera évidemment pas une promenade de santé.

 

l’essai en trompe l’oeil de Lucas Liabot © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Le Stade Dijonnais s’est-il cru en vacances quelques jours trop tôt? En tous les cas, le RC Mâcon est venu lui rappeler qu’il convenait de rester humble et de respecter les fondamentaux du jeu. “le rugby c’est simple” disait Thomas Kohler à la fin de la rencontre, “quand tu avances tu peux faire quelque chose, si tu n’avances pas c’est plus difficile” (CQFD !!)

 

la lumière s’éteint après 5 minutes

Les Dijonnais ont ils trop bien entamé le match et se sont ils vus trop beaux ? On ne le saura sans doute jamais. Toujours est-il que le début est encourageant, une première mêlée intéressante dans le camps mâconnais, puis une seconde propre, bien tenue, sur laquelle le ballon gicle vers les lignes arrières, les courses sont tranchantes, les passes dans le bon tempo et Lucas Liabot termine le travail sous les perches locales. Soulan transforme sans broncher (0-7, 5′). On se dit que c’est bien parti.

Mâcon a survolé la conquête © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Que nenni, la conquête s’enraye complètement, Dijon ne voie plus un ballon, Mâcon cueille tout se qui passe et les stadistes se mettent à la faute. Prévénus pourtant et par l’arbitre et par leur coach, ils prennent 10 mètres pour discussion. La cocotte mâconnnaise qui s’ensuit enfoce tout sur son passage sur 30 mètres pour un essai annonciateur de la suite.

 

Pas génial mais diablement efficace.

Car cette sérieuse piqure de rappel n’entraîne malheureusement pas de réaction d’orgueil. Les locaux continuent à mettre la main sur le ballon et font ce qu’ils savent faire de mieux : conquête, jeu au près, chandelle offensive, grosse pression. Dijon n’est pas au rendez-vous sur les points de chute, ne va pas chercher l’avancée adverse et est encore logiquement sanctionné. Deux pénalités permettent à Mâcon de prendre le score (13-7). Sur deux quasi malentendus, Dijon revient à hauteur par la botte de Soulan.

Mâcon a joué sur ses forces d’autant plus qu’elles n’ont pas été bousculées © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

On est à une demi-heure de jeu et comptablement Dijon est à égalité. Mais l’on sent bien que c’est du trompe l’oeil tant la dynamique est du côté saône et loirien. Sur une énième chandelle offensive personne n’est à la réception de l’ovale côté Dijon, ce dernier rebondit capricieusement (c’est bien connu) et s’offre à des mains mâconnaises plutôt que stadistes (la chance sourit aux audacieux), pour le deuxième essai local. A la pause le déficit n’est que de 10 points, un moindre mal (23-13,40′).

 

Sans réaction

Dans le vestiaire, Renaud Gourdon tente bien de rameuter les troupes, de piquer l’amour propre. Mais le ver s’est installé dans le fruit et compte bien y rester.

l’ouvreur local s’en va inscrire le troisième essai mâconnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

On reprend sur le même scénario. Les rares tentatives stadistes sont punies par les montées défensives pleines d’envie et de conviction côté Mâcon. Tout ce qui manque cruellement à Dijon. L’ovale est de nouveau confisqué. Sans leur jouet, les Dijonnais reculent à nouveau sur plusieurs dizaines de mètres, face à une  nouvelle cocotte maison et bing troisième essai par le demi d’ouverture placé dans un fauteuil par ses gros. On va s’arrêter là; enfin pas vraiment; une relance désespérée de Jules Soulan en fin de match est contrée par un Mâcon qui vient ainsi chercher le bonus offensif; les troupes dijonnaises auront bu le calice jusqu’à la lie. (37-13, 80′). 

 

RETROUVEZ LA REACTION DE THOMAS KOHLER DANS NOTRE DEBRIEF VIDEO

 

DECOUVREZ PROCHAINEMENT SUR NOTRE SITE NOTRE REPORTAGE VIDEO SUR LA JOURNEE DU STADE DIJONNAIS EN DEPLACEMENT A MÂCON ” AU COEUR DU STADE”

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.