19 septembre 2019

Rugby: Victoire Dijonnaise lors du derby à Beaune

3 ème match de la phase retour pour le stade dijonnais sur le terrain du voisin beaunois et troisième déplacement consécutif. Des Dijonnais qui renouent  là avec la victoire (12-17) après leurs défaites à Mâcon et Chambéry. Voilà qui fait du bien

____

Un derby cela ne se joue pas , cela se gagne!

Le derby côte d’Orien entre Beaune et Dijon, ce dimanche aux pieds des vignes, dans le cadre de la 14ème journée de Féderale 1, s’est joué dans les dix dernières minutes de la partie. Longtemps indécis, la victoire ( 12/17) fut arrachée in extremis par le groupe de Renaud Gourdon et Thomas Kholer au terme d’un match âprement disputé. Et pourtant tout avant bien commencé pour le stade qui dès les premières minutes du match confisque le ballon, envoie du jeu au large et met le 8 de devant Beaunois sur le reculoir. Les maux des deux dernières journées semblent disparus…… Et pourtant malgré cette entame positive avec un jeu d’attaque assez séduisant , la mécanique dijonnaise se grippe quelque peu et la domination se fait de moins en moins grande. Beaune se reprend et conteste maintenant l’avancée dijonnaise. Dans cette ambiance de derby bien encré dorénavant, les seuls premiers points marqués seront beaunois à la 18 ème minute par le buteur local Kotze. A l’inverse, l’artilleur Dijonnais Soulan voit ses 3 tentatives échouées. La mi temps est sifflée dans un stade jean Guiral de gala avec une fréquentation des grands jours où les supporters dijonnais sont bien présents au côté des beaunois. Au retour des vestiaires, Beaune accélère, confisque le ballon, fait reculer le pack dijonnais et joue en avancant sans pour autant aller à dame. Un échange de pénalités, kotze 45ème, 55 ème et Soulan 59 ème, dans le cadre d’un jeu restrictif et défensif pour Dijon met l’équipe Beaunoise dans une configuration idéale pour la victoire finale avec une avance de 9 points à 3.

_

gros combat d’avants

Coaching gagnant, et banc décisif

A la faveur d’une mélée retrouvée suite aux remplacements et d’un ballon revenu aux mains des dijonnais, Quentin Pilet transperce la défense beaunoise à la 73 ème minute pour un essai transformé par Jules Soulan. Le Stade dijonnais passe devant pour la première fois de la partie. Les dijonnais reprennent le match à leur compte et joue en avançant cette fois et envoient Dufau, nouvellement entré, derrière la ligne (79ème). Son compère Soulan ne se fait pas prier pour transformer ( 9/17) . Quel renversement de situation! Les derniers efforts beaunois récompensés par une ultime pénalité à la 80 ème de Kotze adoucissent quelque peu la déception des rugbymens beaunois avec le point pris du bonus défensif.

jeu dans le petit périmètre

Une victoire attendue et longue à se dessiner

-A voir les visages réjouis et les oufs de soulagement des dijonnais et du staff après le match, la notion de derby venait de prendre tout son sens. Les minots dijonnais ( eu égard à la composition d’entrée de match Beaufils, Desbordes, Majeau, Fourie, Loison et consorts) ont su relever le défi d’un derby mal embarqué, avec l’aide des plus capés. Cette victoire dans l’adversité où le combat et une grosse défense au plus fort de la tempête, saura, n’en doutons, pas remettre en avant le stade dijonnais et son jeune capitaine du jour Mathieu Majeau ( au four et au moulin) dans l’avancée. Dijon, 2 ème ex equo avec Nice ( 52 points), et derrière Bourgoin ( 1er avec 53 points), démarre enfin sa deuxième partie de saison avant de devoir confirmer fin janvier en recevant Villeurbanne. ” La volonté ne se forge que dans l’adversité” raisonne encore dans le vestiaire dijonnais et nous montre que ce groupe se construit tous les dimanches.

_

Quentin Pilet marqueur à la 73ème


Retrouvez la réaction du capitaine Mathieu Majeau après la rencontre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.