20 octobre 2020

S Perrin et ses coéquipiers vainqueurs “moraux” à Dubaï

La trêve des confiseurs à peine terminée que déjà la saison d’endurance 2019 était lancée à l’occasion des 24H DE DUBAI de Touring Car Endurance. Ce rendez-vous est le plus important du championnat 24H séries avec pas moins de 80 équipages répartis entre GT et voitures de tourisme. A cette occasion, Stéphane PERRIN , le pilote dijonnais avait réussi à constituer un solide équipage autour de lui avec Vincent RADERMECKER, Gilles MAGNUS et l’ex Champion cycliste Tom BOONEN. Les ambitions étaient clairement affichées, nos compères arrivaient à Dubai avec la victoire comme objectif. Et ce n’est vraiment pas passé loin…..

_

© SP Consulting

Seconde pôle consécutive aux 24H de Dubai

La seule inconnue était la capacité d’adaptation de toute l’équipe à la nouvelle boite DSG. En 2 séances d’essais libres l’Audi RS3 flanquée du numéro 188 lève les doutes et se hisse en haut de la hiérarchie des voitures de tourisme. La séance de qualification allait confirmer ce niveau de performance  et permettre à Vincent Radermecker de signer la pole position de la catégorie TCR, la seconde consécutive à Dubai.

_

La course parfaite jusqu’à …

C’est à 15h que le départ était donné sous un soleil voilé. Vincent RADERMECKER prenait le départ et conservait le commandement devant un peloton de concurrents très compact. Gérant parfaitement les premières neutralisations, Stéphane PERRIN creusait l’écart au coucher du soleil. En début de soirée, Tom BOONEN puis Gilles MAGNUS enchainaient les tours rapides avec une régularité de métronome au milieu du trafic dubaillotte réputé pour être dangereux. Coup de théâtre à 22h, la 188 est annoncée à l’arrêt. Aussi incroyable qu’incompréhensible, la voiture était en panne d’essence. La raison, une erreur de lecture par les commissaires à la pompe à essence. La voiture était ramenée à la ficelle et pouvait repartir en 6ème position après avoir perdu 3 tours.

_

©SP Consulting

La folle remontée

Tout était à refaire mais il en fallait plus pour décourager notre solide équipage au moral d’acier. Gilles MAGNUS (3 relais de nuit), était mis à rude contribution avec ses équipiers pour entamer la remontée, reprenant 2 à 3 secondes au tour à la concurrence. A ce rythme et grâce à la superbe stratégie de l’équipe, la 188 retrouvait le leadership sur le coup de 4h30. A l’aurore, Vincent RADERMECKER accentuait l’écart puis Stéphane PERRIN permettait de prendre plus d’1 tour d’avance sur les seconds. Les pilotes de la 188 étaient déjà passés en mode “gestion” à moins de 6h de l’arrivée mais c’est alors que Tom entendit un bruit sourd au niveau de la roue arrière droite, c’était le porte moyeux qui venait de lâcher.

_

La poisse

La roue frottait et mettait alors le feu à la voiture. La fumée envahissait l’habitacle mais Tom réussissait l’exploit de ramener la voiture au stand en passant la tête par la fenêtre ou en roulant avec la porte ouverte. Grâce à l’intervention rapide des mécanos, le feu était circonscrit mais les dégâts importants. Les mécanos de l’équipe parvenaient à l’exploit en remettant la voiture en piste en 30 minutes. C’est Gilles Magnus qui repris le volant mais s’arrêtait immédiatement, la poudre d’extincteur, très volatile, restée dans l’habitacle asphyxiait le pilote.Après un second nettoyage complet, Gilles pouvait repartir en 5ème position. Il restait 3h30 mais la 188 avait perdu plus de 12 tours dans l’aventure et tout rêve de podium s’était envolé. L’Audi RS3 LMS franchissait finalement la ligne en 5ème position, franchement pas la place qu’elle méritait!

_

© SP Consulting

La réaction de Stéphane PERRIN “On est passé tout près de notre première victoire en 24h. Même si on a l’expérience de ces courses d’endurance, on commençait à y croire au petit matin. On a tous, pilotes, mécanos, ingénieurs, team manager, réalisé le weekend parfait, zéro faute en piste, la stratégie, les pit stop… On a clairement encore franchi une étape, on capitalise l’expérience à chaque sortie et nous avons déjà une longue liste d’améliorations pour la prochaine course.Enfin, rouler dans une telle voiture et avec des gars comme ça, quel pied, on a tous eu la banane durant cette semaine et c’est ce sentiment de partage, de professionnalisme et de franche camaraderie que je retiendrai. On va bien finir par en claquer une cette saison!”

_

© SP Consulting



0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.