26 octobre 2020

Jeep Elite (J17): Une JDA H.S mais belle!

Alors qu’elle avait l’occasion de frapper un grand coup en s’imposant sur le parquet du Mans, la JDA est passée complètement à côté. Une JDA qui semble H.S, dans tous les sens du terme: fatiguée, on peut le comprendre mais aussi souvent hors-sujet. Mais cette désillusion n’entachera pas une très belle première partie de saison, magnifiquement sanctionnée par une participation à la Leaders Cup.

Oublier ce match…

La JDA n’aura fait illusion que sur les premières minutes dans cette rencontre. Dès le 1er quart-temps, tous les signes de la sale soirée se sont mis à clignoter: Le Mans montre beaucoup plus d’envie, est insolent de réussite à l’image de ce 3 points inscrit par Eito dans le corner alors qu’il tire en déséquilibre et quasiment masqué, des dijonnais pas assez agressifs, des rebonds qui arrivent systématiquement dans les mains mancelles et surtout une attaque en berne…rien ne rentre et personne ne semble y croire. La volonté de Chassang encore très intéressant dans la lignée de ses précédentes sorties n’y fait rien. Le jeu de passe est lent et tout le monde joue à l’envers: de manière récurrente, les dijonnais font la passe de trop au lieu de shooter et shootent quand il aurait fallu faire la passe…La Jeanne n’y est pas et la colère légitime de Legname dès le début de rencontre ne changera malheureusement rien à l’affaire. Seule la défense a montré par moment des choses intéressantes. Toute la rencontre va être sur le même rythme et les dijonnais dépassés, vont s’éteindre au fil des minutes. Alors qu’il y avait 41-26 à la mi-temps soit 15 points d’écart, la révolte n’aura pas lieue et les dijonnais s’inclineront sur un très vilain -24 (81-57)! Dans cette soirée cauchemardesque, seuls Holston (14 points) et Chassang (8 points / 10 d’évaluation) ont sorti la tête de l’eau. Avec son 11 d’évaluation mais seulement 6 points Emegano n’est pas le plus à blâmer non plus. Les autres piliers habituels de l’équipe, Ware, Julien et Leloup sont passés à côté avec respectivement 3, 0 et 6 d’évaluation. Pearson dont on attendait la révolte a malheureusement une nouvelle fois déçu. Il faut absolument que le staff, ses coéquipiers trouvent les solutions pour l’aider. S’il a scoré 8 points (pour 3 d’évaluation), il a très souvent déjoué, s’embarquant dans des tentatives individuelles près du cercle assez périlleuses et ratant ses 5 tentatives à 3 points dont un affreux air ball. Le kiné avait beau lui parler à son retour sur le banc pour le réconforter, la série noire continue pour lui…

…et garder en tête le positif

Tomber sur plus fort (Le Mans ayant fait une grosse partie), passer à côté, rater son match, ça arrive et ça s’appelle la loi du sport. L’ASVEL battue chez elle hier soir par la lanterne rouge, Monaco défait au Portel ou encore Chalon qui s’incline sur le fil à Nanterre, concédant au passage sa 8ème défaite en 9 matches en savent quelques chose…Surtout, si la soirée a été très compliquée à vivre dans la Sarthe, elle ne doit pas faire oublier la très bonne première partie de saison qui voit la JDA terminer dans le top 8 synonyme de participation à la prochaine Leaders Cup. Le Mans qui à l’inverse n’est pas qualifié aurait probablement aimé inverser les rôles…Mieux, le point average permet à la JDA d’être dans le chapeau 1 et d’éviter en 1/4 de finales de Leaders Cup des équipes comme l’ASVEL, Pau et Nanterre…A l’issue de cette phase aller, il faut aussi retenir que la Jeanne joue depuis des mois à un rythme effréné, enchaînant les matches tous les 3 jours entre le Championnat et la BCL et avec un effectif limité sur le plan numérique. A plusieurs reprises, entre blessures et suspension elle n’a pu compter sur l’ensemble de son groupe. Hier encore, Kinsey, blessé, est resté en survêtement laissant bien malgré lui ses coéquipiers jouer à 8. La JDA est aussi allé chercher un importantissime derby chez le voisin chalonnais et n’aura pas été ridicule en BCL. Lors de ses 17 premiers matchs de championnat elle a aussi vu des joueurs s’affirmer comme Loum et Chassang et là aussi cela va compter pour la suite.

Hier soir, les dijonnais auraient aimé un autre résultat et spectacle. Mais au moment de dresser un bilan intermédiaire, c’est le positif qui doit prédominer. 3 ans après, la JDA retrouve la Leaders Cup et a su encore une fois bousculer la hiérarchie malgré l’un des plus petits budgets. Ce groupe qui vit bien est allé chercher des succès au courage, a fait vibrer les supporters et s’est d’ores et déjà positionné pour arracher les play-off. Il n’y a que cela qui compte à fin janvier.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.