23 octobre 2020

FCGB-DFCO : Défaite amère.

Hier soir, le Dijon Football Côte d’Or a montré un visage plutôt séduisant face à Bordeaux, malheureusement, cela n’aura pas suffit. Très tôt réduit à dix, Dijon aura tenu jusqu’en fin de match avant de craquer. Le DFCO s’incline donc sur la plus petite des marges (1-0), mais, s’il peut nourrir des regrets, il peut aussi se satisfaire d’avoir retrouvé une belle solidité défensive et un jeu parfois intéressant.

_

Un DFCO dominateur en première période.

Bobby Allain une nouvelle fois auteur d’une superbe performance à Bordeaux. © Nicolas GOISQUE / NikoPhot

Dijon rentre bien dans le match et ne permet pas à Bordeaux de s’approcher trop près de son but. Avec des attaques bien placées, le DFCO se montre même dangereux par moment, notamment par l’intermédiaire du maître à jouer Mehdi Abeid. Ce dernier, à l’entrée de la surface, arme une bonne frappe qui finira malheureusement loin des buts bordelais (16′). Bordeaux tente bien de répondre, mais la frappe de Kalu n’embêtera par Bobby Allain (18′). Bien en place, les Dijonnais, qui laissent peu à peu le ballon aux Girondins, réussissent à se projeter rapidement, notamment grâce à Kwon et Said. Ce dernier décalera d’ailleurs Tavares, qui, seul face à Costil, verra sa première frappe repoussée par le genou de l’international français. Sa seconde frappe, elle, sera détournée par une tête bordelaise (28′). Bordeaux a chaud. Karamoh répondre par un coup-franc qu’Allain boxera alors que Tavares loupera un nouveau face-à-face avec Costil cinq minutes après le premier (33′). Le Cap-verdien n’est pas verni et peine encore à retrouver le chemin du but en championnat. Les occasions de prendre l’avantage sont réelles, mais le réalisme manque une nouvelle fois à l’appel. Coup du sort pour Dijon, alors qu’elle était bien en place, l’équipe d’Antoine Kombouaré face perdre Romain Amalfitano. En retard sur Briand, le milieu dijonnais fauche ce dernier. La faute, bien qu’elle soit au milieu de terrain, est sanctionnée d’un carton rouge direct par M. Hamel. C’est assez sévère. Kwon aura beau s’essayer, il ne parviendra pas à faire craquer Costil avant la mi-temps. Les deux équipes rentrent donc aux vestiaires sur un score nul et vierge.

Dijon craque logiquement en deuxième période.

Tavares a toujours du mal devant le but, et cela s’est senti à Bordeaux hier soir. © Nicolas GOISQUE / NikoPhot

Au retour des vestiaires, ce sont logiquement les Bordelais qui se montrent les premiers. L’attaquant bordelais élimine haddadi, Yambéré et Lautoa avant d’enrouler, mais ce dernier sera bien gêné par Allain et Chafik (49′). Les Girondins, en supériorité numérique, prennent rapidement l’ascendant sur les Dijonnais et confisquent la balle. Le DFCO peine à ressortir la balle mais peut compter sur Bobby Allain, encore dans un grand soir. Il assure d’abord sur une frappe de Briand (52′), puis s’étend de tout son long suite à une déviation malheureuse de Yambéré pressé par Cornélius (66′). Un arrêt une nouvelle fois d’une grande classe qui confirme un peu plus sa place de numéro un dans les buts dijonnais. Quelques instants plus tard, on retrouvera l’attaquant danois dans une situation tendue. Après un premier duel avec Allain, Cornélius laisse traîner son genou dans le dos du portier franco-écossais lors d’un second. L’attaquant bordelais aurait sans doute dû écoper d’un deuxième carton jaune synonyme d’exclusion, mais M. Hamel jugera meilleur d’avertir Yambéré et Jovanovic au terme d’un échauffourée… Cornélius ne laissera pas passer sa seconde chance gracieusement offerte, et, sur un parfait service de Kalu, le Danois pousse la balle au fond des filets permettant à son équipe de prendre les commandes du match (1-0, 77′). Cher payé pour Dijon. Si le DFCO aurait pu et aurait dû ouvrir la marque en première période et qu’il peut s’en vouloir, il n’aura pas non plus été aidé par une ou deux erreurs d’appréciation de la part de l’arbitre de la soirée. Il n’empêche que les hommes d’Antoine Kombouaré devront se montrer plus tueurs devant le but à l’avenir pour s’éviter de telles situations. Avec une solidité et un goût de l’effort retrouvé, Dijon peut entrevoir un horizon peut-être plus dégagé et se prépare à affronter Saint-Étienne au Chaudron mercredi soir, puis à retrouver Monaco à Gaston-Gérard samedi prochain, pour un match de la plus haute importance dans la lutte pour le maintien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.