17 septembre 2019

JDA-Nanterre: Mais ils sont complètement dingues!

Dans un match d’une rare intensité la JDA sort victorieuse du choc de cette 20ème journée. Face à Nanterre, c’est une très grande équipe qui a tout raflé sur son passage: la victoire, le point average et la 3ème place. La Jeanne s’offre ainsi la possibilité de passer la trêve au chaud et de se concentrer sur une semaine prochaine bien remplie.

Une première mi-temps de haute volée et très serrée…

Dès la première action de la rencontre, les Dijonnais montrent qu’ils sont parfaitement rentrés dans le match, inscrivant deux premiers points sur un dunk énorme de Ware idéalement mis en orbite par Holston. Pearson sur un “and one” puis Ware de nouveau infligent un 7-0 d’entrée à Nanterre, poussant Pascal Donadieu à prendre un temps mort au bout de seulement 2 minutes de jeu. Mais voilà, comme nous l’avions annoncé, Nanterre possède une armada impressionnante de shooters. Sous l’impulsion notamment de Invernizzi, les franciliens vont débuter leur “concours à 3 points”. Si la pauvreté de ce basket est à souligner, son efficacité ne peut être que constatée. Impressionnants de réussite, les Nanterriens vont inscrire pas moins de 5 tirs longue distance dans les seules 10 premières minutes sur 10 tentatives. Le collectif dijonnais et l’omniprésence de Ware et Pearson permettent aux hommes de Laurent Legname de remporter le premier acte 24-22. Le second quart-temps se joue sur un ryhtme analogue. La grosse défense dijonnaise continue de repousser les visiteurs loin de la raquette, les amène à perdre plusieurs balles et les force à prendre des shoots compliqués à 3 points. Nanterre, un peu moins en réussite malgré 3 tirs longue distance convertis (3/7), permet à une JDA toujours aussi sérieuse et séduisante collectivement de faire un écart. Ware, énorme dans ces 20 premières minutes, bien aidé par Holston, Emegano, Pearson ou encore Chassang, continue de s’éclater dans la peinture nanterienne. A la pause, la Jeanne mène sur un score assez incroyable de 54-46. Incroyable, car avec 54 points, la Jeanne réalise une performance offensive assez rare. Incroyable car malgré ce score, elle ne mène “que” de 8 points. La faute à la réussite longue distance des visiteurs mais aussi à quelques shoots ouverts non convertis du côté de Dijon. Mais l’essentiel est là à la pause. Et en pariant sur une baisse de régime de Nanterre un boulevard peut s’ouvrir devant la JDA.

La JDA décolle à bord de “Air Holston”

Dès l’entame, le Palais des Sports monte en température. Ware d’entrée, continue sa balade dans la peinture et ajoute rapidement 2 points. 56-46. Holston, malheureux à 3 points se dit alors qu’il est temps de dégoupiller quelques grenades. Coup sur coup le génial lutin dijonnais va planter deux merveilles de tirs à 6,75m. Le ballon s’envole et le public exulte à sa retombée. 62-47! En une minute Holston a fait mettre un genou à terre à Nanterre. Dans son sillage, Pearson, malheureux à 3 points ces derniers temps, règle de nouveau la mire! Oui, il peut tirer la langue en regardant son banc! Avec un nouveau panier d’Holston et un autre de Julien, la JDA prend tout simplement 17 points d’avance après 26 minutes de jeu. Il y a le feu dans les tribunes et Nanterre va couler…enfin le croit-on…

Puis se faire rejoindre et dépasser

Passé ce moment euphorique, la Jeanne va quelque peu caler dans ce même 3ème quart-temps. En face, les visiteurs, plus maladroits aux shoots, reprennent leurs bonnes vieilles habitudes à 3 points. Palsson notamment, va ainsi en planter deux nouveaux et permettre à son équipe de se rapprocher à 10 longueurs seulement (72-62). Si cette avance reste confortable avant la dernière ligne droite, c’est surtout le jeu des dernières minutes et la dynamique qui semble s’inverser qui inquiètent. Les joueurs de Nanterre qui de nouveau s’encouragent et serrent les points à chaque panier en est un signe supplémentaire. Et ce mauvais sentiment se confirme dès l’entame du dernier quart-temps. En un peu plus de 3 minutes, Nanterre va infliger un sévère 9-0 à une JDA qui n’y est plus du tout et ainsi revenir à un tout petit point (72-71). La Jeanne vacille, est dans les cordes mais Ware, encore lui, maintient en vie son équipe avec un panier à 2 points qui stoppe l’hémorragie et redonne un peu d’air aux siens (74-71). Mais le match a complètement changé de physionomie et sur un and one Nanterre égalise. Après un shoot raté de Leloup à 3 points, Palsson pour Nanterre ne manque pas le sien et permet à son équipe d’être devant pour la première fois de la rencontre (74-77).

Avant un sursaut d’anthologie pour porter l’estocade finale

74-77 et seulement 5 minutes à jouer. Les 4200 personnes du Palais n’en reviennent pas en regardant les écrans. La victoire tout acquise 10 minutes plus tôt est en train d’échapper à leurs protégés. Du gâchis, de la frustration, voilà ce que l’on devra retenir de ce match? Non, non ce n’est pas possible. Pas après cette débauche d’énergie en défense, pas après une telle rencontre, pas à la maison, pas après avoir encore bataillé avec seulement 8 joueurs…c’est probablement ce qu’à dû se dire le capitaine Axel Julien sur la possession suivante. Loin de paniquer, il prend ses responsabilités de capitaine et le relais des Holston, Ware ou autre Pearson en envoyant une merveille de 3 points!! Le Palais est debout, la Jeanne est encore vivante! Nanterre sur l’attaque qui suit est déboussolé, n’y arrive plus à son tour. Les 24 secondes sont presque écoulées quand Invernizzi encore lui sur un shoot désespéré à 10m score à 3 points…avec la planche. La JDA semble décidément faire face à bien de vents contraires. Mais le destin, Axel Julien décide à nouveau de le forcer. Dans la foulée de ce coup du sort, il score à nouveau à 3 points! C’est du délire dans la salle! La Jeanne décidément n’abandonnera jamais. Sur l’action qui suit pour Nanterre, Senglin victime de la faute, se voit offert deux lancers francs. La pression et la bronca du public l’amène à en rater un. Tout en équilibre, Pearson plante un deux points exceptionnel et fait de nouveau passer la Jeanne devant dans une salle qui va exploser (82-81). La même salle plonge ensuite dans une atmosphère irrespirable: pendant plus de 2 minutes 30, entre tirs ratés et balles perdues de part et d’autre, aucune des deux équipes n’arrive à marquer. Mais à 50 secondes de la fin, sur un service d’Holston, Pearson encore lui, envoie un 2 points qui fait trembler tout le Palais des Sports! 84-81, possession Nanterre et Senglin qui tente d’égaliser sur un 3 points…C’est raté! Holston prend le rebond et dans la foulée, Leloup seul dans le corner plante un 3 points qui scelle la rencontre et envoie tout le Palais dans une autre dimension! Leloup, qui avait raté tous ses shoots jusque là marque le plus important et prouve qu’il en a dans le short…87-81 score final! En prime, cet écart de 6 points permet à la JDA de récupérer le point average. Une soirée de rêve avec des joueurs fantastiques. Holston termine avec 19 points et 12 passes décisives! Ware et Pearson avec 21 et 17 points ont régné dans la peinture. Axel Julien, 10 points (dont 6 points énormes en fin de match) et 5 passes décisives. Leloup 3 points mais 5 passes décisives et un gros travail en défense (5 rebonds). Emegano, précieux y est allé de ses 11 points.

En ce samedi 9 février, la JDA a encore fait vivre une soirée de rêve à tous les supporters du Palais en faisant tomber Nanterre, alors 3ème du championnat. Tels des écrivains, les joueurs de la JDA ont réussit au cours de cette soirée à écrire un roman. Un roman où il se passe toujours quelque chose, un roman où les rebondissements et les ascenseurs émotionnels sont multiples, un roman où bien malin est celui qui peut prédire la fin. Mais ils ont avant tout écrit un roman ponctué de magnifiques pages et où l’histoire se termine bien tout en continuant d’écrire celle du club.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.