20 octobre 2019

Toujours plus “gros” pour le DMH.

Le “boulot” effectué, la semaine dernière avec la victoire sur Grenoble, le Dijon Métropole handball reprend ses travaux d’hercule du moment avec un second déplacement périlleux, après celui bien négocié à Limoges. En effet les hommes d’Ulrich Chaduteaud se déplacent ce soir à Créteil pour un gros choc de Proligue avec pour enjeu la seconde place du classement.

Attention à l’efficacité de Boiba Sissoko © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Créteil, du très solide

Une seconde place actuellement occupé par la solide formation cristolienne. Le club de banlieue parisienne qui a connu son heure de gloire en 1989 avec un doublé (champion de France et vainqueur de la coupe de France) reste une place très solide du handball hexagonal même s’il fait un peu le yoyo ces dernières années avec deux titres en proligue (2011 et 2014) et deux descentes (2013 et 2017). L’US Créteil se verrait bien remonter une nouvelle fois dans l’élite. Son bilan est pour le moment semblable à celui des Dijonnais avec 15 victoires, 3 nuls, dont celui face à Dijon au match aller et 3 défaites. Tout comme son hôte du soir l’équipe coaché par Pierre Montorier reste sur une grosse série de victoires, 7 soit une de moins que Dijon, on devrait donc assister à un gros choc. L’effectif cristolien est impressionnant et compte quelques noms comme l’ancien portier international montpelliérain, vainqueur de nombreux titre, Mickael Robin ou encore le pivot international tunisien, lui aussi ex montpelliérain Issam Tej. Il faudra aussi se méfier de la redoutable efficacité de Boiba Sissoko (6,4 buts par matchs), véritable machine à contre-attaque. Créteil comme Dijon s’appuie sur une grosse défense, la meilleure de Proligue après 21 rencontre, sérieux combat en perspective.

Difficile de trouver la faille dans la défense cristolienne © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Croire en ses forces

Côté dijonnais on arrive avec quelques garanties également. Lors des 8 victoires acquises depuis la reprise, on a pu mesurer les forces dijonnaises dans de nombreux domaines. Tout d’abord le collectif bourguignon peut s’appuyer sur une paire de gardiens performants, capable d’élever son niveau de jeu dans les moments clefs et de faire basculer un match à elle seule. La défense n’a donné que très peu de signes de faiblesses ces derniers temps. Dijon a aussi su monter des ressources mentales dans des moments difficiles, on pense par exemple à la fin de match à Limoges. Les jeunes pousses dijonnaises ont pris de l’assurance ces derniers temps et comme on l’a déjà dit, elles se “tirent” la bourre avec les cadres, tirant ainsi tout le groupe vers le haut. S’il reste un secteur ou Dijon peut encore progresser même si cela a déjà été le cas c’est celui des pertes de balle. Les Bourguignons pêchent parfois par précipitation et peuvent avoir du mal à gérer handballistiquement les temps faible devant ainsi puiser dans leur ressources mentales. En tout état de cause il faudra être au top dans le eu, dans l’attitude, dans l’engagement pour aller ravir la seconde palace à l’adversaire du soir. Cela signifierait une 9ème victoire de rang, du jamais vu pour le DMH à ce niveau là.

Boris Bécirovic et Dijon devront se montrer efficaces © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.