16 octobre 2019

Créteil, Nancy, deux de chute pour le DMH

Auteur d’un début 2019 remarquable, ponctué par une série de 8 victoires de rang, record du club égale, le Dijon Métropole Handball subissait ces derniers jours (vendredi dernier puis mercredi) deux gros tests avec des déplacements compliqués chez des concurrents directs aux play-offs. Au bilan deux courtes défaites à la saveur cependant différentes.

Le DMH un peu juste à Créteil

Premier acte, vendredi dernier donc en banlieue parisienne avec un déplacement chez l’un des noms du handball hexagonal, l’US Créteil. Habitué à faire le yoyo entre la lidl star ligue et la Proligue ces dernières années, le club aspire à retrouver l’élite dès cette saison et s’appuie pour cela sur un effectif solide et une défense de fer (la meilleure de cette Proligue).

Le DMH n’était pas si loin à Créteil © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

L’enjeu pour Dijon au moment de se rendre à Créteil était de récupérer la seconde place au classement. Le coup n’est pas passé si loin, même si Dijon n’aura été devant au score que durant 3 minutes entre la 19ème et 22ème. Tout le reste du temps le DMH est resté à portée de fusil avec un écart oscillant entre -1 et -4 pour finir à -2 (25-27). Les hommes d’Ulrich Chaduteaud sont juste tombés sur un peu plus forts qu’eux ce vendredi. Ils ont eu le mérite de s’accrocher et de recoller maintes fois au score y compris en toute fin de match (26-25, 58′). La rencontre était une excellente répétition de ce qui risque d’attendre Naudin et compagnie lors des play-offs et a montré que les Bourguignons avaient les armes pour entretenir de belles ambitions en fin de saison.

Marc Poletti restait positif après cette défaite
© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Réaction Marc Poletti résumait ainsi la confrontation au sortir du match ” On savait avant de commencer le match que ça allait être dur …Créteil est une belle équipe qui est fort en défense et qui produit du beau jeu offensivement. En 1 ère mi-temps on subit un écart de 4 buts mais malgré tout on ne se démoralise pas, on ne panique pas et on arrive à recoller au score, pour finir à -2 à la mi-temps. En seconde période c’est quasiment lle même scénario; on court après le score et on arrive encore à recoller . On a réussi à les faire douter mais çela n’a pas suffit pour repartir avec le match nul ou la victoire. Ce match se joue sur des détails et sur des erreurs qu’on ne faisait plus. Malgré la défaite, le groupe et le staff restent optimiste pour la suite de la compétition . Maintenant à nous d’aller gagner à Nancy

Dijon est passé à travers à Nancy
© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Décevante prestation en Lorraine

Nancy, justement, c’était la deuxième étape de cette doublette de match périlleuse. Si à Créteil, Dijon s’était incliné sans avoir rougir, le revers à Nancy laissera lui plus de regrets tant sur le niveau handball, Dijon avait les atouts pour s’imposer. Encre aurait-il fallu réciter une belle partition comme on en a vu beaucoup ces derniers temps. Malheureusement le DMH n’était pas dans un grand soir comme le reconnaissait le coach Ulrich Chaduteaud dans les colonnes du Bien Public ” “Il y avait clairement la place. Après, il n’y a pas besoin de réfléchir longtemps, il suffit de regarder les statistiques. On ne peut pas gagner un match en ratant cinq penalties sur sept. On a pas mal d’échecs aux tirs (21/42 à 50%) mais on a aussi pas mal d’arrêts (12/33, 36%). On a des tirs ouverts et on ne les met pas au fond. Encore une fois, la semaine dernière on a 13 pertes de balle mais on était dans la logique. Là on a des pertes de balle qui sont grossières (12 au total). Je pense que c’est de loin le plus mauvais match de 2019. On va se reposer un peu parce que je pense qu’on en a besoin et puis on va se re concentrer parce qu’il reste des matches à faire et on ne commence pas très bien la série des gros.”

le beau 7/16 à 44% de Maxime Diot n’aura pas suffit
© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Tourner la page et repartir de l’avant

Il convient donc de ne pas chercher midi à quatorze heures, les coéquipiers de Pierrick Naudin sont passés à côté de leur sujet. Dommageable car ils voient revenir Nancy à un point, alors que se profile à l’horizon de nouvelles grosses échéances, certes à domicile cette fois-ci, avec les réceptions de Massy puis de Chartres. Le plus rageant lors de ce revers en Lorraine, c’est que, même en déjouant sérieusement (cf les statistiques citées ci-avant par Ulrich Chaduteaud) le DMH était continuellement dans le coup au score. Pierrick Naudin, si performant depuis le début de saison, résumait à lui seul la défaillance collective de Dijon avec un vilain, et inhabituel pour lui, 44% seulement aux tirs, 2 pénaltys ratés sur 3 et un dernier tir au buzzer pour le match nul raté lui aussi. Il va falloir oublier et repartir de l’avant pour espérer consolider cette troisième place au classement. Il ne faut évidemment pas jeter le bébé avec l’eau du bain, n’oublions pas trop vite les garanties proposées depuis 2019 par le DMH. Les 10 jours de repos actuellement proposés par le calendrier pourraient permettre de recharger les batteries. C’est tout le mal qu’on souhaite à nos Dijonnais !

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.