21 octobre 2020

Ligue 1. DFCO-SRFC : Une victoire sinon rien.

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Ce soir à 19h, le Dijon Football Côte d’Or accueille le Stade Rennais dans son antre. Pour cette deuxième réception en une semaine et malgré avoir dominé le dernier match face à Amiens sans pour autant parvenir à concrétiser, le DFCO aurait une merveilleuse idée que de s’imposer d’une manière ou d’une autre contre les Bretons, auteurs d’une belle saison notamment sur les coupes et en Europe. Dijon a encore la chance d’avoir son destin entre ses pieds, c’est donc aux Dijonnais de faire le boulot ce soir pour mettre la pression sur ses concurrents directs au maintien.

Beaucoup de talents individuels à Rennes.

Balmont pourrait bien apporter son expérience et sa hargne pour vaincre le Stade Rennais. Le milieu dijonnais n’a pas encore connu de descente durant sa longue carrière… © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Si Valentin Rosier et Mehdi Abeid sont toujours absents, Wesley Lautoa, le patron de la défense, sera suspendu ce soir. Une absence plutôt regrettable tant le défenseur central dijonnais est important dans l’effectif des Rouges. Costaud et dur sur l’homme, Lautoa manquera certainement au onze de Dijon, encore plus lorsque l’on sait que Rennes a des arguments offensifs importants. Si Antoine Kombouaré a confié ne pas vouloir se trouver d’excuses, il admet regretter cette absence, mais avoir tout de même travaillé avec ses joueurs pour pallier à celle-ci. D’ailleurs, en tant qu’observateurs du jeu dijonnais, nous pouvons aisément admettre que l’on peut déplorer le manque de joueurs de la trempe du défenseur kanak dans l’effectif du DFCO. Il faudra donc faire face à une belle armada offensive ce soir, sans doute l’une des meilleures de notre Ligue 1. En effet, les Bretons peuvent se targuer de pouvoir aligner Ben Arfa, Sarr, Niang ou encore Bourigeaud sur le front de l’attaque, de belles individualités qui n’ont pas laissé Antoine Kombouaré indifférent : “Rennes a un effectif hors norme, capable de mettre des buts exceptionnels, des individualités capables de faire des différences en attaque placée, en contre.” Mais si Rennes peut faire peur, Rennes n’a pas une défense imperméable et encaisse presqu’autant de buts que le DFCO (43 contre 48). Reste à savoir si les Rennais n’auront pas déjà la tête à la finale de Coupe de France qui les attend face au PSG dans une dizaine de jours, mais cela, nous allons pouvoir le vérifier dès ce soir sur le rectangle vert…

Jouer les matchs un vendredi, un vrai faux problème ?

Ce soir… MARQUEZ ! © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les plus pessimistes verront comme un avant-goût de Ligue 2… Mais est-ce que cela change réellement de jouer les vendredis soirs ? Dans un sens, oui. Notamment parce que Guingamp et Caen connaitront notre résultat à l’avance, mais c’est à double-tranchant : si le DFCO gagne, la pression sera sur la côte ouest française, mais si le Dijon réalise une nouvelle contre-performance, nul doute que les Bretons et les Normands chercheront à en profiter… Dans un autre sens, pas réellement. A ce stade très avancé de la compétition, de toute façon, il faut des résultats, quel que soit celui des autres. Il faut être nombriliste et ne pas se mettre de pression en regardant le classement. Antoine Kombouaré est plutôt dans cette optique. Il n’accorde pas d’importance aux matchs de ses concurrents directs, même s’il doit certainement y jeter un coup d’œil. Il compte seulement sur ses joueurs pour renouveler la performance réalisée face à Amiens, mais avec ce but en plus qui pourrait donner de la confiance et de l’air aux Dijonnais. C’est d’ailleurs ce qu’attendent les supporters du club bourguignon depuis un moment. En effet, le DFCO a le deuxième bilan le plus mauvais à domicile, ce qui contraste avec celui de la saison dernière… Il y a pire encore, si l’on occulte le but de Sliti face à Reims sur penalty, les supporters dijonnais attendent un but dans le jeu depuis le 8 février 2019 avec ce but de Marié face à l’Olympique de Marseille ! Et là encore, le DFCO avait concédé une nouvelle défaite (1-2)… Si on le répète jamais assez, il est grand temps d’inverser la tendance pour les hommes d’Antoine Kombouaré. Et c’est ce soir que ça doit commencer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.