19 septembre 2019

Jeep Elite (J29): La JDA était d’attaque!

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Quelques jours après son match à Levallois, la Jeanne retrouvait son Palais des Sports face à Fos sur Mer avec la ferme intention de bonifier le succès acquis dans les Hauts de Seine. Malgré un début de rencontre compliqué, elle a parfaitement assumé son rang et engrangé son 18ème succès de la saison avec un carton offensif, 112-85! Elle se rapproche un peu plus des play-off et peut même encore espérer le Top 4. En souhaitant toutefois que les blessures de Ware et Chassang ne soient pas trop graves.

20 premières minutes difficiles…

Comme nous le soulignions dans notre article d’avant-match et comme évoqué par Laurent Legname en conférence de presse d’après-match (source https://www.jdadijon.com/2019/04/24/la-declaration-apres-jda-dijon-fos-sur-mer/), cette rencontre face à Fos avait tout du match piège. A l’euphorie de la victoire à Levallois, s’ajoutait une possible décontraction face à une équipe qui lutte pout son maintien et qui n’avait rien à perdre en Côte-d’Or. La première mi-temps va venir confirmer cette crainte. Sans complexe, les sudistes attaquent la rencontre sur un 3 points et vont faire preuve d’une belle adresse notamment avec Lewis et Choquet. Le meneur de Fos va d’ailleurs poser beaucoup de difficultés à David Holston. Dijon ne semble pas encore bien rentré dans son match, notamment sur l’aspect défensif et va vite se retrouvé mené 11-17, obligeant Legname à prendre un temps mort (4’40). Avec la rentrée tonitruante de Chassang et le passage de Julien en poste 1 qui va amener beaucoup de rythme et de rage, les Dijonnais reviennent bien dans la rencontre et clôturent le premier quart temps en menant de 2 points (25-23). Mais le deuxième acte va être de nouveau compliqué. Les fautes sifflées à l’encontre de la JDA pleuvent, les lancers francs en faveur de Fos s’enchainent et la belle activité des visiteurs gênent terriblement la bande d’Axel Julien. Surtout, Fos compile beaucoup de points et dans des standards auxquels la Jeanne est peu habituée (46 points encaissés en une mi-temps). Une fois n’est pas coutume, c’est l’attaque (grâce notamment à Holston et Pearson) qui va permettre à la JDA d’être devant à la pause et ce malgré un nouveau joli 3 points de Choquet au buzzer (49-46). Plombée notamment par un manque d’impact aux rebonds (10 contre 21 à Fos à la mi-temps), la Jeanne doit retrouver une défense plus efficace pour faire la différence.

Avant le show sur les 20 suivantes!

Au retour des vestiaires, on attend des Dijonnais qu’ils réalisent un gros 3ème quart temps, comme ils savent si bien le faire (encore dernièrement à Levallois). La paire Hoston / Julien reconstituée et une raquette Chassang / Pearson diablement efficace ne vont pas décevoir et permettre à la JDA de très vite creuser l’écart. A la faveur d’un 9-3 en un peu plus de 3 minutes de jeu, elle prend 9 points d’avance (58-49). Le 3 points de Julien à 55-49 sur un magnifique jeu de transition avec Holston et Leloup à la baguette va faire lever un Palais des Sport qui commence enfin à respirer. Fos prend logiquement un temps mort. Mais la JDA a bel et bien mis la main sur la rencontre et va enfoncer le clou en s’appuyant notamment sur Pearson qui s’est décidé à jouer enfin à l’intérieur et qui va y faire des ravages. Il sera très largement imité par un Alexandre Chassang intenable, réalisant un match sublime et gratifiant le Palais de quelques dunks. Holston, comme toujours, ne sera pas étranger à cette performance, caviardisant ses coéquipiers et en y allant toujours de ses paniers. Le 34-15 infligé par la JDA à ses visiteurs va être fatal. Les 10 dernières minutes vont être plus équilibrées (remportées 29-24 par la JDA), mais elles vont surtout être le point d’orgue de la soirée: la JDA, sérieuse jusqu’au bout va donner du temps de jeu aux 3 espoirs: Dorez, Archinard et Weber. Ce dernier profitant même de 11 minutes sur le parquet et les 3 ont scoré! Dorez termine avec 5 points, Archinard 3 et Weber 2. Mais le jeune meneur aura aussi trouvé le temps de donné 6 passes décisives (pour 8 d’évaluation au total)! Dans son viseur, il aura notamment trouvé Loum, auteur d’une belle partie lui aussi. Le Palais aura d’ailleurs fêté chaque point des jeunes pousses dijonnaises, tout comme le banc, euphorique à chaque réalisation. Preuve encore une fois de l’état d’esprit exceptionnel qui règne dans cette équipe. Tous les joueurs auront ainsi marqué, et la JDA aura noircit toutes les lignes de points du tableau de marques tout en cumulant plusieurs records du club (source Page Facebook JDA): celui de la meilleur évaluation collective (156), celui du nombre de passes décisives sur une rencontre (35) et celui du pourcentage de réussite sur 40 minutes (69,8%). Au-delà de ces stats, le coach Dijonnais a pu aussi équilibrer le temps de jeu au regard de la domination dijonnaise. Holston n’a joué que 21 minutes, Julien 20, Leloup 23 et Pearson 25. A l’inverse, Loum ou Kinsey ont pu en profiter pour s’adjuger 22 et 20 minutes de jeu. Kinsey, dont le jeu défensif et le 100% aux shoots sont à souligner. Avec 13 d’évaluation, il totalise son meilleur bilan en championnat depuis son arrivée. Mais le point noir de la soirée est que la répartition du de temps a aussi été forcée par les blessures: victime d’un coup au genou, Ware ne sera resté que 9 minutes sur le parquet et Chassang, touché à la cheville a dû céder sa place après avoir cumulé 21 minutes. Le retour concernant la durée des probables indisponibilités des deux intérieurs sera à scruter de près. Rappelons que l’an passé, la blessure de Jacques Alingué au mois de mai avait largement plombé la fin de saison de la JDA et de ses play-off en particulier.

S’il faudra encore retenir, entre autres, le double-double de David Holston (14 points et 11 passes décisives et MVP de la rencontre) et les énormes perfs de Chassang (19 points) et Pearson (22 points), c’est encore le collectif dijonnais qu’il faut souligner avec Axel Julien en meneur d’hommes. L’état d’esprit toujours aussi beau et une cohésion totale à laquelle il faut ajouter une maturité de plus en plus affirmée. Loin de s’énerver, de déjouer après le début de match et les nombreux points inhabituellement encaissés, ils ont su s’adapter et s’appuyer sur leur attaque pour manger petit à petit leur adversaire. Aujourd’hui, la JDA est seule 5ème après la défaite de Strasbourg, elle compte deux victoires d’avance sur le 9ème Le Mans et le 8ème Bourg en Bresse surpris mardi soir dans sa salle par Gravelines et n’est “qu’à” deux victoires de Pau 4ème (tenant compte du point average défavorable). Elle peut donc continuer à voir toujours plus haut. A court terme, il faudra cependant regarder vers le bas et plus précisément du côté de la Côté d’Azur où elle se rendra samedi soir pour y affronter Antibes lanterne rouge de la ligue. Un nouveau piège à éviter pour espérer engranger un 3ème succès de rang. Mais nul doute que la JDA y arrivera préparée et conquérante, portée par un jeu et une attitude qui en font certainement aujourd’hui une grande équipe. 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.