17 septembre 2019

Mission accomplie pour le DMH à Nice

07-12-2018, palais des sports jean-michel geoffroy de dijon, proligue 12ème journée , dijon métropole handball - cavigal nice sport handball, vincent maguy déborde alvaro del valle

En déplacement sur la Côte d’Azur, le Dijon Métropole Handball devait l’emporter pour encore espérer coiffer Créteil sur le fil pour la seconde place et à défaut assurer définitivement la troisième place de Proligue. C’est chose faite au terme d’un match débridé, durant lequel les Dijonnais auront été bousculés en première période avant de maîtriser presque totalement la seconde (34-37)

Chartres, le leader de la Proligue, déjà promu en Lidl Starligue pour la saison prochaine, ayant fait le boulot en dominant Créteil 31-27, il y aura donc de l’enjeu lors de l’ultime journée de saison régulière, durant laquelle Dijon qui recevra…..Chartres, tentera de coiffer sur le fil Créteil qui pour sa part accueillera Massy : enjeu : lea deuxième place qualifiant directement pour le final four de St Brieuc.

Jordi Deumal et Nice ont attaqué la rencontre tambour battant © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Nice joue son va-tout

On en est pas encore là et dans un premier temps, il fallait pour les troupes d’Ulrich Chaduteaud et Samuel Pécaud, s’imposer à Nice, une équipe qui joue son maintien en Proligue et qui n’était pas décidé à se faire marcher dessus. On avait présenté les atouts de cette formation et notamment sa puissance offensive et d’entrée de jeu on allait être servi. La mobylette espagnole Jordi Deumal se mettait en action sur son aile gauche et le pivot Raphael Tourraton (10/12 hier soir) propulsait leur équipe en tête (6-2, 6′). Si Jan Sobol et Pierrick Naudin sont assez efficaces en ce début de rencontre avec deux buts chacun, Nice va pour le moment plus vite et montre le plus d’envie (9-5, 10′). Mais comme c’est devenu régulièrement le cas, Dijon ne s’affole pas et refait tranquillement son retard pour revenir à hauteur au 1/4 d’heure de jeu avec un 5-1 passé en 4 minutes (10-10, 15′). Mieux, Pierrick Naudin encore impeccable, notamment aux pénaltys et ses copains passent en tête (11-13 pui 12-14, 20′). Nice, pire défense de Proligue, montre effectivement de sérieuses carences dans ce secteur, qu’il tente de compenser par une attaque nettement plus performante. Dijon n’ayant pas encore trouvé la bonne carburation défensive, les buts s’enchaînent et à la pause, rien n’est fait même si les visiteurs possèdent une petite unité d’avance, à l’issue d’une période qui aura tout de même vu 35 buts inscrits (17-18, 30′).

7/8 pour Marc Poletti encore très précieux hier soir © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Dijon s’envole puis s’endort quelque peu

Le coup fatal va être porté par le DMH au retour des vestiaires. Marc Poletti est en feu et ses coéquipiers bien dans le tempo. 6-1 passé aux azuréens en 5 minute et le break est fait (18-24, 35′). Dépassé la défense locale commet des fautes grossières et subit des exclusions temporaires. Dijon en profite pour enfoncer le clou (20-28, 42′). Cela semble d’ores et déjà plié. D’autant que 10 minutes plus tard, Nice n’a pas repris une miette, les Bourguignons maintenant l’avance avec le duo Pierrick Naudin/Marc Poletti efficace (7 buts chacun ce vendredi) et une paire d’ailiers qui ne l’est pas moins (6 réalisations pour Jan Sobol et 5 pour Edaurdo Reig Guillen) (26-34, 51′). On se dit que Dijon se dirige alors vers un victoire tranquille. Mais les Niçois ont de la fierté. Ils repartent courageusement à l’assaut des cages bourguignonnes face à des dijonnais qui le plus dur ayant été fait se relâchent quelque peu. Le résultat ne se fait pas attendre. Dijon encaisse un cinglant 8-2 qui relancent totalement des locaux alors euphoriques (34-36 , 57′). Il reste pile 3 minutes à jouer et Nice peut alors y croire. Malheureusement pour les locaux, Dijon sentant le danger, resserre les rangs, et Nice restera muet sur les 3 dernières minutes, Virgile Carrière scorant l’ultime but de cette rencontre aux 71 buts marqués !!! (34-37, 60′).

Les ailiers Edaurdo Reig Guillen (ici à l’image) et Jan Sobol offrent des solutions très intéressantes en contre-attaque notamment
© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

La seconde place encore accessible

L’essentiel est fait pour Dijon. Il faudra tout de même montré plus de rigueur défensive et une concentration bien plus constante vendredi prochain face au leader Chartres, pour espérer l’emporter, tout en étant gros supporteur massicois. Al’heure d’aujourd’hui tout est encore possible pour une qualification directe au final four.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.