16 septembre 2019

Jeep Elite (J30) : La JDA tout en maîtrise à Antibes

27-10-2018 palais des sports jean michel geoffroy à dijon, 7ème journée de jeep élite, jda dijon basket contre antibes sharks côte d'azur, gavin ware tim blue

Après une flamboyante victoire sur Fos-sur-Mer à domicile en début de semaine, la JDA se rendait à Antibes chez le dernier du championnat. Ce déplacement sur la Côte d’Azur avait tout du match piège, mais les Dijonnais menés par un David Holston des grands soirs et un Ryan Pearson inarrêtable n’ont pas tremblé pour remporter leur 19ème victoire de la saison, la 3ème d’affilée sur le score de 71-84 et s’accroche au Top 5 de Jeep Elite.

Rédigé par Etienne LE VAN KY

Incertain pour ce Match, Alexandre Chassang était bien de la partie © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Une entame contrôlée

Incertains pour la rencontre après leurs blessures face à Fos mardi dernier, Alexandre Chassang et Gavin Ware sont bien présents, et ce dernier démarre la rencontre dans le cinq de départ comme à l’accoutumée. Le pivot américain est tout de suite cherché par ses coéquipiers dès les premières possessions du match. Après un premier essai infructueux, c’est lui rentre le premier panier de son équipe sur un tir à mi-distance après avoir travaillé son adversaire au poste bas. Ensuite, un tir à 3 points insolent d’Axel Julien et une passe magique d’Holston pour le dunk facile de Ware achève de mettre la JDA sur les bons rails. Cependant les Sharks portés par le loyal Tim Blue ne se laissent pas faire en ce début de match. Les antibois tiennent le choc et la JDA répond coup sur coup, parvient à provoquer les fautes et va souvent au bout de ses possessions. S’ils ne mènent que de 2 points à la fin du premier quart temps, les Bourguignons restent sereins. Ryan Pearson en sortie de banc fait très mal aux Sharks, en pesant offensivement et défensivement : il boucle la première mi-temps avec 12 points et 5/6 au tir, dont 2/3 derrière la ligne à 3 points. L’ailier fort explique son succès par ses mots après la rencontre : « mes coéquipiers m’ont placé dans les meilleures dispositions, m’ont aidé à entrer dans ma zone de confort dès le début du match ». De son côté, David Holston est impérial, il martyrise les défenseurs avec ses crossovers à répétition et distribue le jeu à la perfection comme le montre ses 8 passes décisives à la pause. Le meilleur antibois sur le terrain, Isaia Cordinier, se montre très actif des deux côtés du terrain mais ne parvient pas à compenser les trop nombreuses pertes de balle de son équipe. La JDA se montre sans pitié sur transition et étouffe les attaquants adverses par sa défense retrouvée. En menant 40-32 à la pause, la Jeanne fait le travail et domine son adversaire de la tête et des épaules.

Tim Blue et les sharks ont dû s’avaouer vaincus !!
© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

La Jeanne largue les amarres

Mais au début du 3e quart-temps, les Sharks ressortent la tête de l’eau : dans un temps fort, ils infligent un 6-0 aux dijonnais pour revenir à seulement 4 points. Pas de panique : Pearson vient encore à la rescousse. Il remet d’abord son équipe dans le droit chemin en inscrivant un panier très contesté dans la peinture et en obtenant la faute, avant de se retrouver à la conclusion d’une action amorcé par une interception d’Holston dès la remise en jeu antiboise. Quelques minutes plus tard, la JDA reprend une confortable avance de onze points. Puis le capitaine Axel Julien met le feu au banc dijonnais en inscrivant 2 tirs primés sur 2 tentatives consécutives, et son équipe prend le large, +13. David Holston continue de faire ce qu’il fait ce qu’il veut de ses adversaires, il trouve des espaces et rentre ses shoots. Encore une performance XXL pour le meneur de poche, qui enrengistre son 3ème double-double consécutifs avec 13 points et autant de passes décisives, pour 25 d’évaluation. Il sera élu MVP de la rencontre. Au moment d’aborder le dernier quart-temps, le tableau d’affichage indique 66-50 pour Dijon, qui s’est déjà assuré une fin de match tranquille. L’inarrêtable Pearson continue de passer à travers la défense des Sharks comme dans du beurre et Holston continue sa magie. Comme l’a dit Nikola Antic, le coach antibois, dans un soupir désabusé : « même quand il y avait quelqu’un sur eux, ils arrivaient à marquer ». La JDA gère son avance, atteindre jusqu’à 23 points à 61-84. C’est alors que les azuréens vont tout donner devant leur public et inscrire les 10 derniers points de la rencontre qui va se terminer sur le score de 71-84. Le semblant de remontada est sans conséquence, mais elle gêne l’objectif du coach dijonnais Laurent Legname, qui était de « faire tomber le nombre de points encaissés sous la barre des 70pts ».

Une nouvelle fois David Holston termine MVP d’un match
© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Mais les Dijonnais peuvent célébrer : ils ont aisément évité le piège et ont maîtrisé le match sans problèmes, en gérant les temps faibles et en exploitant au maximum les temps forts. Comme à son habitude, la Jeanne s’est appuyée sur son collectif, avec la moitié de ses points inscrit par le banc et des temps de jeu compris entre 18 et 29 minutes, si l’on exclut le jeune Louis Weber, entré à la mène en toute fin de rencontre. « Un match maîtrisé » pour Laurent Legname, car même si Antibes a eu des temps forts, la JDA n’a jamais été sérieusement inquiété. Bien que farouches en début de match, les Sharks n’ont pas fait le poids longtemps. « On a bien réussi à s’adapter » explique Legname qui salue aussi un bon passage de Terence Kinsey (10 points, 4 passes décisives, 2/2 à 3 points). Cependant, le coach voit quelques points perfectibles à son équipe : « on a raté quelques shoots ouverts notamment à 2 points, et on n’a pas totalement retrouvé nos standards défensifs » Des standards défensifs qu’il faudra retrouvé pour atteindre la plus haute place possible au classement en vue des play-offs. « Derrière ça pousse », avertit le coach bourguignon, « pour aller en play-offs, il faudra au moins 20 victoires ». Toute l’équipe a maintenant les yeux rivés sur le derby qui aura lieu à Dijon face aux rivaux de Chalon-sur-Saône, qui « viennent sans pression et sont capables de très gros matchs » selon les dires de Legname. « Dans les derbys, on oublie le classement »

Rédigé par Etienne LE VAN KY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.