28 octobre 2020

Ligue 1. FCN-DFCO : L’une des dernières chances ?

© Nicolas GOISQUE/Hervé OBRECHT/NikoPhot

Après sa défaite face au Stade Malherbe de Caen (1-0), le Dijon Football Côte d’Or s’est mis dans une position plus qu’inconfortable de club virtuellement relégué en Ligue 2. Dimanche, Dijon se déplace chez un Football Club de Nantes qui ne sera pas facile à jouer. Mais le DFCO n’a plus le choix, que ce soit facile ou non, il faudra rapporter des points de la Loire-Atlantique, sans quoi, la division inférieure tendra les bras aux Dijonnais.

Une situation particulièrement nauséabonde.

A l’aller, les Dijonnais s’étaient imposés 2 but à 0 à Gaston-Gérard, mais depuis, la donne a bien changé… (C) NICOLAS GOISQUE /

En concédant sa vingtième défaite de la saison à Caen, le DFCO, alors qu’il aurait pu se mettre dans une situation particulièrement confortable, a en fait fait tout le contraire. A l’avant-dernière place du championnat à quatre journées du terme de la saison, Dijon semble bien mal embarqué pour assurer sa survie dans l’élite du football français. S’il reste encore quatre matchs à disputer et qu’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, force est de constater que ce cru 2018-2019 est des plus mauvais de l’histoire du DFCO et laisse un goût de bouchon dans la bouche. Si le vin n’est pas encore totalement tiré, les Rouges devront aller au combat dimanche à Nantes. Seulement, ce n’est pas le meilleur moment pour jouer les Canaris comme l’a justement souligné Antoine Kombouaré dans sa conférence de presse d’avant-match. En effet, les Nantais restent sur quatre victoires consécutives en championnat avec douze points pris sur douze dont une victoire 3 buts à 2 dernièrement face au Paris Saint-Germain, une autre face à l’Olympique Lyonnais (2-1), et une troisième face à l’Olympique de Marseille (1-2). Si ces succès sont à nuancer du fait de la mauvaise forme actuelle des cadors de notre championnat, la performance est tout de même réellement belle. Avec cette superbe série, les Nantais pointent à la douzième place du classement et possèdent treize moins d’avance sur Caen. Mathématiquement sauvés, les Canaris jouent maintenant pour le plaisir, ce qui ne sera pas le cas du DFCO. Il faudra aller à la Baujoire pour faire un coup, à l’image de ce qu’a réussi Caen il y a deux semaines face à Nice. Dijon a malgré tout encore son destin entre ses pieds.

Au combat sans Balmont.

Balmont ne fera pas le déplacement à Nantes. © Nicolas GOISQUE/Hervé OBRECHT/NikoPhot

Avant le déplacement à Nantes, on retrouve les absents habituels de longue durée que sont Abeid et Rosier. Viennent s’ajouter à l’infirmerie Jordan Marié, déjà absent la semaine dernière, mais aussi Florent Balmont, touché aux ischios-jambiers pour une durée estimée à dix ou quinze jours, et Alphonse, blessé au mollet. Si Kombouaré déclare qu’il sait à quoi s’attendre en se rendant à Nantes, c’est aux joueurs de savoir se faire violence tout en ne reproduisant pas la performance de la semaine dernière en Normandie. Dijon se déplacera donc pour affronter une équipe marque en ce moment (dix buts lors des quatre dernières journées) mais qui a aussi pas mal encaissé de buts (45) soit trois de moins que le DFCO. C’est aussi en cela que les deux dernières saisons de Dijon souffrent d’un énorme contraste. Cinquième meilleure attaque de Ligue 1 l’année dernière, le DFCO a marqué deux fois moins de buts cette année… Alors qu’il a largement moins encaissé. Un malaise criant prouvant que, si Dijon sait mieux défendre, il ne sait plus attaquer. A domicile, les hommes de “coach Vahid” ne sont pas imprenables, puisqu’ils ont perdu par cinq fois sur leur pelouse (face à Nîmes, Nice, Rennes, Monaco et Lille). Cet obstacle sur la route du maintien n’est toutefois pas insurmontable, à condition de livrer une réelle bataille sur le terrain. A l’aller, Dijon s’était imposé 2 buts à 0 grâce à un double de Tavares, depuis, l’attaquant dijonnais est en sommeil. Une occasion rêvée pour le Goléador de se réveiller ?

Le groupe dijonnais contre Nantes

Gardiens de but : Allain, Rúnarsson. Défenseurs : Aguerd, Bouka Moutou, Chafik, Coulibaly, Haddadi, Lautoa, Yambéré. Milieux de terrain : Amalfitano, Kwon, Loiodice, Sammaritano, Sliti. Attaquants : Jeannot, Kaba, Saïd, Tavares.

Blessés : Abeid (quadriceps), Alphonse (mollet), Balmont (Ischio-jambiers), Marié (ischio-jambiers), Rosier (métatarse). Choix de l’entraîneur : Keita, Ntumba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.