16 septembre 2019

PO/Match 1: Made in Dijon!

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

A l’occasion du match 1 des 1/4 de play-offs, la JDA a fessé la SIG. Un match plein des Dijonnais qui ont marché sur la quasi-intégralité de la rencontre, ne laissant que 15 minutes de répit à leur adversaire. Dans une ambiance énorme, la JDA prend donc l’avantage dans cette série (1-0). Un avantage qu’elle voudra convertir en qualification dès ce lundi soir à l’occasion du match 2 en Alsace.

Une ambiance folle, des joueurs complètement dingues!

Alors qu’à une heure du coup d’envoi ce sont plutôt les supporters strasbourgeois qui se faisaient entendre dans le Palais des Sport, ce dernier va se garnir au fil des minutes et se retrouver tout de blanc vêtu, le club ayant distribué à l’entrée les traditionnels t-shirts des Play-offs. Rapidement la température monte dans les tribunes et dans la lignée du match contre Le Mans, c’est une pure ambiance de play-offs qui s’installe. Le premier quart-temps est très serré et le moindre panier dijonnais est célébré comme s’il s’agissait du panier de la victoire. A l’issue d’un très gros combat la Jeanne mène de 2 petits points (21-19). Dix minutes qui laissent penser que nous allons assister au match serré que l’on pouvait imaginer. Un mano à mano qui se poursuit dans un deuxième quart-temps, qui va même voir la SIG prendre l’avantage à moins de 5 minutes de la fin grâce à Pietrus (28-29). Mais ce sera la dernière fois de la soirée…car dans la foulée, la JDA va ni plus ni moins claquer un 14-0! Une série impulsée par les intérieurs dijonnais: Loum, Ware, Pearson et Chassang vont en marquer 10, complétés par Julien et un dunk stratosphérique d’Emegano au buzzer! 42-29 à la pause. La SIG est sonnée et elle sera bientôt KO debout. Loin d’assister à une révolte de Strasbourg, c’est la JDA qui va enfoncer le clou. La pression défensive qu’elle met est juste dingue et l’attaque est au top. Pearson fait un travail immense dans la raquette et Holston, discret jusque là commence à se montrer. La JDA insiste, intercepte de nombreux ballons, exploite à fond le jeu de transition et est transcendée aux rebonds. Il n’y a plus de match. A l’issue d’un 3ème quart-temps d’anthologie remporté 29-11, les hommes de Legname mène de 31 points (71-40)! Les 10 dernières minutes seront plus équilibrées mais aussi très électriques. Fall, très agressif tout au long du match et conspué par le public sera rejoint dans son état d’esprit par Pietrus et Collins dont la très vilaine faute sur Holston sera révélatrice de la grosse frustration de joueurs d’un Collet médusé et sans solutions. A un peu plus de 5 minutes de la fin et dans un Palais à la fête, Laurent Legname préparait déjà le match 2 en faisant rentrer le jeune Weber (imité par ses compères Dorez et Archinard). Le 5 majeur peut se reposer et admirer. Score final 94-62. Une énorme défense, de la folie, de l’envie, oui c’était du basket made in Dijon!

Le collectif dijonnais: de la dynamite dont Axel Julien était l’artificier / La SIG a shooté 1,6 fois plus que la JDA à 3 points et en a inscrit 2 fois moins.

Cela revient depuis un moment, mais le collectif dijonnais est encore à souligner. Plein d’envie et de détermination, c’est tout un groupe, soudé, uni, qui a marché sur ce qui ressemblait plus à une somme d’individualités, aussi talentueuses soient-elles. Un état d’esprit encore une fois porté par un Axel Julien survolté et auteur d’actions de grandes classes. Il a notamment mené de gros rsuhs, passant en revue toute l’équipe strasbourgeoise avant de conclure au cercle. A l’inverse d’un Holston en mode diesel hier (seulement 3 points et 2 d’évaluation à la mi-temps), Julien aura été dans le coup pendant toute la rencontre. S’il a été un détonateur, tout le groupe a fait son match. Six joueurs terminent à 10 points ou plus. Holston a planté 12 points en deuxième mi-temps et a fait le show à 3 points (3 sur 4) tout en trouvant des solutions à l’intérieur justifiant son récent titre de MVP de la saison. Sur chacun de ses lancers francs, le public va d’ailleurs scander des “MVP, MVP”. Avec plus de 41% des points dijonnais, le banc a apporté énormément. La combativité de Loum ou Chassang par exemple a été énorme tout en scorant 11 points chacun. Emegano a enflammé le Palais sur deux dunks venus d’ailleurs et s’est montré très bon en défense. La bonne agressivité dijonnaise a été fantastique. La JDA aura pris 40 rebonds contre 28 à la SIG alors qu’elle a un déficit de taille. Une belle agressivité qui aura forcé la SIG à shooter à 3 points. 27 tentatives au total pour 4 petites réalisations…une autre des explications à la victoire dijonnaise.

Attention au match 2 où les Strasbourgeois seront forcément revanchards.

Peu importe le score fleuve de ce samedi soir, la JDA n’a pris qu’un point à l’occasion de ce match 1. Elle a fait le boulot mais devra confirmer dès lundi soir. Et ce ne sera pas une promenade de santé. Pour la SIG, l’un des plus gros budgets de la ligue, l’heure pourrait être à la revanche. Les gros egos qui composent cette équipe voudront très certainement se racheter devant leur public. Dire qu’il faudra se méfier n’est pas qu’un effet de style et ce pour deux raisons majeures: nous sommes en play-offs et il n’y a rien de rationnel. La vérité d’un match n’est pas toujours celle du suivant. Encore cette année, Nanterre qui avait fessé Pau à domicile (101-65) vendredi soir s’est incliné de 12 points dans le Béarn ce dimanche. La seconde réside dans l’analyse de ce match 1. La très faible réussite aux shoots de la SIG, notamment à 3 points était anormalement faible. Il est inenvisageable que Strasbourg ne fasse pas mieux que ses 15% à 6,75m, surtout à domicile où les joueurs ont davantage leurs repères. De la à prendre peur pour la bande d’Axel Julien? Non, car la JDA sur ce match 1 a prouvé qu’elle avait les clés pour perturber la SIG. Elle a pu aussi faire reposer ses cadres et préserver notamment le revenant Gavin Ware (15 minutes seulement). La JDA a aussi les moyens de faire mal en mettant Strasbourg sous pression dès le début de rencontre. Si les Strasbourgeois auront envie de relever la tête, ils sont repartis touchés moralement de Dijon et pourrait rendre les armes rapidement en fonction du scénario du match. Sur ce point, les Dijonnais ont la réponse entre leurs mains.

Magiques, héroïques, fabuleux, stratosphériques…les superlatifs peuvent manquer pour qualifier les Dijonnais après ce succès plein d’autorité et rappelant que le basket est bien un sport collectif. Mais ce match doit au plus vite être mis aux oubliettes. Les hommes de Legname doivent considérer ce match 2 comme si rien ne s’était passé samedi. Ils doivent se rendre à Strasbourg avec humilité donc mais malgré tout avec ambition. Ce lundi elle sera toute simple: s’imposer et valider de suite son ticket pour les 1/2 finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.