26 août 2019

25h VW Fun Cup L’équipage S. Perrin 9ème après une spectaculaire remontada

A peine revenu des 24h de Portimao avec une belle 2ème place à la clé, Stéphane Perrin et Mathieu Detry se retrouvaient dans les Ardennes belges pour disputer les 25h VW Fun Cup sur le légendaire circuit de SPA (11-14/07/2019) .

Ils y retrouvaient leur fidèle équipier pour le championnat d’Europe Sébastien Incardonna  mais également  Simon Mirguet, appelé en dernière minute. Celui-ci avait déjà partagé le volant lors de deux précédentes éditions notamment lors de leur podium en 2016.

© Gilou Delvenne

Essais en demi-teinte

Après la chaleur portugaise, c’était la fraicheur et l’humidité belge qui étaient au rendez-vous pour ce weekend, pas sans conséquence sur la santé de Stéphane, fiévreux. Côté performance, l’équipage arrivait avec certaines interrogations concernant le rendement de son moteur et ces craintes étaient partiellement levées lors des essais qualificatifs car Mathieu accrochait le Top 15, synonyme de Super Pole.  Mais lors de celle-ci, où chaque pilote s’élance seul contre le chrono, le manque de vitesse de pointe était criant et Mathieu signait le 11ème temps.

Course

C’est sous un ciel menaçant mais sur une piste sèche que les 129 Fun Cup s’élançaient sur les coups de 16h11. Mathieu prenait un départ prudent et restait au contact du peloton de tête sans prendre de risque surtout que la pluie était annoncée. Au terme de l’heure et quart de course, une première neutralisation faisait entrer la Safety Car en piste, Mathieu laissait le volant à Sébastien.

A peine reparti, une pluie torrentielle s’abattait sur Francorchamps. La piste ressemblait plus à une piscine géante qu’à un circuit automobile. A la relance, très à l’aise, Sébastien trouvait le bon rythme, de quoi remonter dans le top 10 du classement. Dans ces conditions délicates, sur une piste s’asséchant légèrement sur la trajectoire, il était facile de partir à la faute au milieu de ce peloton de 129 Fun Cup. Voulant dépasser un concurrent retardataire hors trajectoire, Sébastien bloquait ses roues sur la partie grasse de la piste et ne pouvait éviter le concurrent devant lui. Le choc n’était pas très violent mais les dégâts importants. Le radiateur était percé, il fallait le changer tout comme le capot.

© Gilou Delvenne

Grâce à une superbe intervention de toute l’équipe de Jac Motors, la voiture reprenait la piste avec Stéphane au volant en 91ème position avec 4 tours de retard sur les leaders. Tous les espoirs de podium s’étaient envolés, il fallait maintenant tenter de sauver des points pour le championnat.

De nouveau, les conditions étaient difficiles avec des averses éparses qui détrempaient les parties du circuit les unes après les autres. Des conditions difficiles dans lesquelles la concentration des pilotes était mise à l’épreuve. Stéphane excellait dans ces conditions et rendait la voiture en 48ème place au terme de son relais. Mais nos compères savaient que le plus dur restait à venir. Au terme de la nuit, la voiture pointait à la 27ème place toujours à 4 tours des leaders mais les pilotes étaient confrontés à un pneu avant gauche très dégradé et des plaquettes de frein en fin de vie.

Le team prenait la décision de changer ces pièces et la 269 rétrogradait de nouveau dans le classement au-delà du top 30. Au moins, la voiture était comme neuve mais  toujours avec son déficit de vitesse de pointe.

Au petit matin, l’ordre était d’attaquer un maximum pour les 12 dernières heures de course. C’est ce que fit avec panache notre quatuor et couplé à une bonne stratégie, cela  permettait de finir ces 25h à une honorable 9ème place, à 4 tours des leaders.

Et oui, la 269 avait bien le rythme, l’équipe, les pilotes pour prétendre au moins au podium mais avec des si …

© Gilou Delvenne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.