26 août 2019

Ligue 1. DFCO – ASSE : Une première décevante.

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Auteur de dix premières minutes désastreuses, le Dijon Football Côte d’Or a laisse échapper le match malgré une bonne réaction. Le DFCO concède donc sa première défaite de la saison, mais peut nourrir de réels espoirs pour la suite de la saison en ayant retrouvé quelques certitudes dans le jeu.

Dix premières minutes abominables.

Bousculé dès l’entame de match par Saint-Étienne, le DFCO n’a pas réussi à refaire son retard. © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Nous sommes peut-être un peu durs à juger les dix premières minutes comme étant abominables, elles ont tout du moins été indigestes. Le DFCO met le pied sur la rencontre et campe dans le camp des Verts, la première occasion sera même à mettre à l’actif de Mama Baldé, recrue estivale dijonnaise, qui obligera Ruffier à la parade. Ce sont les Verts qui vont finalement ouvrir la marque par l’intermédiaire d’Hamouma. Après une perte de balle d’Ecuele-Manga le milieu offensif stéphanois est servi, et, en pivot, lobe astucieusement Runarsson (0-1, 5′). Les affaires sont loin de s’arranger pour les Rouges puisque que les pensionnaires de l’Etrat vont doubler la mise sur l’action qui va suivre. Sur un centre venu de la droite, Aholou envoie une belle tête dans le petit filet de Runarsson qui ne pourra rien faire (0-2, 11′). Le DFCO, mené au score de deux buts, va tenter de réagir notamment par Mama Baldé, et, petit à petit, les Rouges vont reprendre le contrôle du cuir, Saint-Étienne étant plus dans la gestion. Seulement, les attaquants dijonnais vont se heurter à un Ruffier des grands soirs, sortant toutes les tentatives de la ligne offensive du DFCO. Le public va reprendre espoir lorsque, à la demi-heure de jeu, sur une tête d’Ecuele-Manga, Debuchy se rend coupable d’une main dans la surface de réparation. Penalty logique et transformé par Julio Tavares qui bat cette fois-ci Stéphane Ruffier (1-2, 33′). Dijon recolle un peu au score, et peut légitimement croire revenir en seconde période.

Ruffier ou le roc stéphanois.

Stéphane Ruffier, l’homme du match de samedi soir. © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dès l’entame de seconde période, ce sont les Verts qui vont se mettre en avant par l’intermédiaire de Debuchy. L’international français arme une grosse volée que Runarsson claquera magnifiquement de la main opposée alors que le ballon prenait le chamin de sa lucarne (48′) ! Du côté dijonnais, on essaye de mettre du rythme, notamment avec Jules Keita, entré à la pause à la place de Mama Baldé. L’attaquant de poche du DFCO essaye les combinaisons et multiplie les percussions, mais la défense stéphanoise ne cède pas. Logiquement, l’AS Saint-Étienne va reprendre la main sur la partie, le DFCO étant sans doute usé par les multiples efforts pour revenir au score. La possession s’avérera finalement stérile pour les hommes de Ghislain Printant et la plus grosse occasion de cette fin de match sera à mettre à l’actif de Tavares. Sur un service de Keita, l’attaquant cap-verdien se présente seul face à Ruffier, mais manque son face-à-face d’une frappe trop molle pour inquiéter le gardien de la maison verte. La balle revient finalement sur Tavares qui tentera une bicyclette, mais, alors que celle-ci lobe Ruffier, la défense revenue à temps va le suppléer (77′). Bryan Soumaré, fraîchement entré en jeu, tentera une lourde frappe lointaine qui passera à quelques centimètres des buts de Ruffier. Point positif, le DFCO retrouve un jeu qui lui a tant fait défaut la saison dernière. Dijon s’incline à domicile sur la plus petite des marges, mais peut espérer faire encore mieux dans les prochains matchs. Cap sur un déplacement à Toulouse le weekend prochain !

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.