18 octobre 2019

Rugby : Stade Dijonnais – Mâcon : le stade reçu 5/5

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Faire oublier l’ASVEL : validé, préserver l’invincibilité à domicile : validé, avoir une bonne conquête : validé, proposer du jeu : validé, gagner si possible avec le bonus : validé !! En dominant le rival régional Mâcon sans aucune discussion 29-5 , le Stade Dijonnais lance sa saison.

Tout a été parfait me direz vous ? Certes non et on s’est par exemple sérieusement ennuyé durant toute une seconde période insipide, hachée à souhait par un arbitrage très tatillon, notamment sur d’interminables mêlées….. Et durant laquelle le temps de jeu sous une température caniculaire s’est résumé à peanuts. Tout juste aura t-elle été illuminée par ce magnifique 4ème essai d’Axel Ducellier après plusieurs temps de jeu dijonnais et un ballon vite et judicieusement déplacé pour prendre l’adversaire de vitesse; quelque chose qui ressemble de très près à ce vers quoi veut tendre le projet de jeu si cher au staff.

Le Stade et Fatafehi ont posé leur patte d’entrée sur le match © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Passons donc sur le reste de ce second acte soporifique, pour revenir à la genèse de cette rencontre, plus porteuse d’enseignements et bien plus intéressante. On savait le stade motivé et désireux d’effacer le faux pas “ASVEL”. Et bien cela ne traîne pas ! Mâcon est acculé dans son camps, privé quasiment sur la première action de son pilier droit Maxime Rallier pour ce qui ressemble fort à une belle entorse de la cheville, il cède rapidement, Alipate fatafehi, lancé comme un obus par un beau mouvement des lignes arrières stadiste emporte tout sur son passage, dans son style caractéristique et finit derrière la ligne; anthony fuertes capitalise en transformant (7-0, 10′). On ne voit que Dijon, et le second essai arrive un quart d’heure plus tard, oeuvre du talon Aurélien Blanc, débarqué à l’intersaison de…..Mâcon, poussé dans l’embut de ses anciennes couleurs par un pack d’avants soudés et conquérants (14-0, 24′).

3 essais en 25 minutes et Mâcon le genou à terre© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

On en reste pas là, dix minutes plus tard, les “gros enfonce le clou, dominateur en mêlé ils enclenchent à nouveau; Mâcon, contraint à la faute à quelque mètres de sa ligne est sanctionné d’un essai de pénalité (21-0, 33′). En à peine plus d’une demi heure, le stade a remis les pendules à l’heure et rassuré tout son monde. Pragmatisme, efficacité, tout cela face à de bien pâle maconnais, plutôt méconnaissables par rapport à ce qu’on leur connait (la saison ne fait que commencer certes) et don tla seule étincelle viendra en toute fin de période avec un petit côté judicieusement joué après une mêlée et l’arrière Théo Lopez qui passe entre Alexandre Frelin et Jean Claude Fourie pour inscrire les seul 5 petits points de siens de la journée, son ouvreur Romain Aleyrangues se manquant totalement sur ses deux tentatives du jour.

Satisfaction pour Renaud Gourdon et le staff en fin de rencontre © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Au final on ne garder donc que ces 40 premières minutes abouties, même si la pause fraîcheur rendue nécessaire par la chaleur accablante semble avoir quelque peu coupé l’élan stadiste. Malgré la seconde période lénifiante, l’heure était à la satisfaction dans les rangs stadistes (cf réactions ci dessous) et les regards déjà tourné vers Issoire.

1 thought on “Rugby : Stade Dijonnais – Mâcon : le stade reçu 5/5

  1. Certe il y a la victoire que personne ne contestera pour autant j’ai vu une équipe de Macôn que j’ai trouvé apathique et lente sur ses attaques mais si on y regarde bien en mêlé par moment ils nous ont bousculé et sur l’ensemble du match les mêlés étaient équilibrées par contre en touche nous avons eu les mêmes soucis que l’an dernier là il va falloir vraiment travailler…on a perdu beaucoup de ballon quand même sur nos propres lancés…
    La chaleur a eu raison de FATALEI s’il arrive à perdre un peu de poids il va devenir dévastateur…
    nos centres ont bien fait le boulot et surtout j’ai vu un AOUANALLAH énorme et un très bon ailier CARAMEL
    La saison démarre et j’ai vu déjà de très belles choses en attaque sur le jeu de mouvement c’est propre.
    Il me tarde de voir les recrus qui n’ont pas encore joué…

    Jone sevou – 2éme ligne de Carcassonne (PRO D2)

    Berenguel – 3éme ligne aile de Dax (équipe de France à 7)

    Mieres – demi d’ouverture de Marmande ‘F1°

    Lagarde – ailier de Perpignan (équipe de France à 7)

    Autagavaia – arrière de Nevers (pro D2)
    Je pense que quand tout le monde sera sur le pont on devrait voir une très belle &quipe qui va encore nous donner de bons…très bons moments à vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.