21 octobre 2020

Handball : encore “convalescent” le DMH s’incline à Cesson avant de recevoir Valence

On avait quitté le Dijon Métropole Handball sur une large défaite du côté de Saran en proie aux interrogations sur ses prestations défensives notamment. Des progrès dans le secteur ont pu être constatés à Cesson, mais c’est cette fois plus la préciîtation offensive qui a coulé Dijon, battu 25-22. Il est grand temps de retrouver de la continuité au moment d’accueillir Valence.

Dijon en queue de classement

Après 3 journée de Proligue , le Dijon Métropole Handball occupe une peu glorieuse 13ème place au classement, bien loin de ses ambitions. Il convient cependant de nuancer quelque peu ce constat, Dijon ayant joué et perdu deux de ses trois matchs à l’extérieur chez les deux formations descendues de LIDL Starligue l’an dernier et il y a deux ans. Si ce n’est donc pas infamant de s’incliner à Saran et à Cesson, c’est plus la manière qui inquiète.

On ne va pas revenir sur les carences défensives criantes vues dans le Loiret; celles-ci ont été analysées durant toute la semaine passée avec du résultat. Concéder 25 buts à Cesson chez lui est plutôt une performance correcte, d’autant plus, qu’une fois n’est pas coutume, les pourcentage d’arrêts des gardiens dijonnais ne sont pas bons sur cette rencontre (inférieur à 20%)

La défense était en progrès du côté de Cesson © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Grosse panne offensive

Non cette fois-ci la déception vient surtout de la prestation offensive et surtout de ce trou de quasiment 1/2 heure entre la 16ème et la 42ème minute durant lequel les Bourguignons ne marqueront que deux buts tout en encaissant 9. Pourtant tout commence bien dans ce match; deux réalisation de Johan Boisedu et une de Virgile Carrière (auteur d’un bon 5/5 sur ce match) placent les Dijonnais devant (0-3, 5′). Si Youenn Cardinal et Igor Anic, permettent aux Bretons de réagir, le DMH est en place durant ce premier quart d’heure et maintient un écart intéressant (6-10,16′).

On est en place, on propose un jeu cohérent, on construit bien nos actions, en prenant notre temps et on trouve de bonnes solutions; on récite offensivement, c’est propre“résume ainsi ce premier quart d’heure le coach dijonnais Ulrich Chaduteaud. Et puis sans que l’on ne sache trop pourquoi, les Dijonnais tombent dans la précipitation, prennent des shoots en demi positions peu favorables, enchaînent les pertes de balle et se font punir en contre. Résultat : un cinglant 7-1 encaissé avant la pause qui permet aux locaux d’être devant aux citrons 13-11 !! De quoi remuer les méninges dijonnaises

Johan Boisedu et Dijon ont connu un gros trou d’air offensif © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Chaduteaud : “retrouver de la continuité”

Problème cela ne s’arrange guère après le repos puisque Dijon encaisse un 5-1 en 12 minutes, avec un Florian Delacroix notamment et toujours un Youenn Cardinal très efficaces (18-12, 42′). Le mal est fait. Si les partenaires de Pierrick Naudin retrouvent enfin leurs esprits et entament un retour qui leur redonne espoir (23-21, 55′) avec une efficacité offensive retrouvée; 9 buts en 13 minutes contre 2 sur les 26 précédentes. Il est malheureusement trop tard et le DMH s’incline au final (25-22) en ayant une fois de plus des regrets.

Il faut vraiment que l’on retrouve de la continuité” continue Ulrich Chaduteaud, “le projet de jeu a certes un peu évolué pour intégrer Johan, mais on doit absolument arrêter de se précipiter n’importe comment. A Saran je nous avait trouvé mauvais, là c’est plus en demi teinte, mais on doit pouvoir trouver cette fameuse continuité et continuer à produire ce que l’on fait très bien durant le premier quart d’heure. Le début de championnat n’est pas rassurant et les prestations montrées ne nous permettent pas d’être dans les meilleures conditions, mais à nous de trouver les solutions, on en a évidemment les moyens“.

Ulrich Chaduteaud et Samuel Pécaud (à gauche) ont encore du pain sur la planche © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Attention à Valence

Pas trop le temps de gamberger côté Dijon puisque dès ce mercredi soir se profile Valence au Palais des sports. Invités de dernière minute à cette Proligue après des relégations administratives, les Valentinois ont entamé leur championnat sans aucune pression et plutôt bien débuté puisqu’il occupent la 3ème place avec deux succès à la clef face à Besançon et surtout à Massy, pour une courte défaite chez eux face à Limoges un autre “gros”. Des Valentinois qui ont vu débarquer à l’intersaison plusieurs joueurs de Lidl Starligue rompus aux dures joutes hexagonales comme l’ailier droit de poche de 38 ans Sylvain Kieffer, ou encore l’arrière ex tremblaisien Sassi Boultif, 38 ans lui aussi mais aussi le jeune prometteur pivot ex nîmois et international u21 Tom Poyet sans oublier l’ex gardien cristollien Julien Salmon.

Certes le DMH avait dominé cette formation assez largement en amical en pré saison, mais Ulrich Chaduteaud prévient immédiatement. “Cela n’aura rien à voir avec ce match amical. C’est même sans doute le match le plus compliqué à aborder pour nous depuis le début de saison. On a une obligation absolue de résultat. Eux n’on strictement rien à perdre et ils jouent libérés après leurs bonnes performances de début de saison, tout le contraire de nous. Ne nous y trompons pas nous devrons réaliser une très grosse prestation pour espérer l’emporter.”

Sylvain Kieffer ici en amical à Dijon et Valence réalise de bons débuts de championnat © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.