24 octobre 2020

JDA-ASVEL: Non, pas comme ça…

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dans ce qui était la rencontre au sommet de cette 4ème journée de Jeep Elite, la JDA n’a malheureusement jamais existé face à la force de frappe villeurbannaise. Si l’ampleur du score reste acceptable (70-79), tout comme le nombre de points encaissés, c’est un premier revers pour les hommes de Legname qui devront surtout apprendre de cette défaite.

Impuissant hier soir, David Holston a livré l’une de ses pires prestations sous le maillot dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

L’ASVEL un cran au dessus toute la rencontre, une JDA qui n’a pas su hausser son niveau de jeu…

Le film du match se résume assez simplement tant la domination de l’ASVEL a été intense pendant 40 minutes. Finalement, les 3 premières minutes vont assez vite donner la tendance d’un match qui ressemble davantage à un bourbier. Rapidement menés 10-0, les hommes de Legname sont aussitôt rappelés vers leur banc pour le premier temps mort de ce dernier. Oui, la JDA va réagir et refaire une partie de son retard. Mais l’ASVEL a pris un avantage qu’elle ne lâchera plus. Surtout, la JDA n’y arrive pas. Gênée par son adversaire, c’est certain, mais aussi plus brouillonne qu’à l’accoutumé. A la pause, il n’y a pas photo. L’ASVEL mène tranquillement de 17 longueurs (47-30). Plusieurs joueurs ne sont pas du tout dans le coup à l’image des évaluations négatives de Sulaimon, Solomon et Ulmer après 20 minutes. Pendant quelques instants, le Palais se met à y croire de nouveau. La Jeanne attaque parfaitement le 3ème quart temps et revient même à moins de 10 points de l’ASVEL. Mais les rhodaniens gardent leur distance et mettent à chaque fois le panier qui casse la dynamique dijonnaise. Le 50-60 avant d’attaquer le dernier acte est rassurant et encore source d’espoir. Un dernier acte analogue qui voit la JDA se rapprocher mais jamais inquiéter Villeurbanne. Si Sulaimon ramène son équipe à 7 longeurs à un peu moins de 2 minutes de la fin sur un joli 3 points, Diot lui répond dans la foulée et casse les derniers espoirs d’une Jeanne qui échouera finalement à 9 longueurs…

Chassang, l’une des rares satisfactions de la soirée © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Explications et analyses

L’ASVEL: si la Jeanne n’a pas livré le match qu’elle souhaitais c’est déjà en grande partie à cause de son adversaire qui a très souvent joué avec beaucoup plus de vitesse et de justesse technique. Ils ont montré tout l’étendu de leurs talents alors même qu’ils ont dû se passer de Maledon et Payne…

Le début de rencontre plombe la JDA. Le pire scénario possible face à une telle équipe. Globalement, les Dijonnais ont livré un match moyen et une première mi-temps catastrophique où ils ont été trop spectateurs. Impossible de l’emporter dans ces conditions.

L’attaque, les passes décisives : La JDA n’était clairement pas d’attaque. La défense de l’ASVEL a terriblement gêné les meneurs amenant à des positions de shoots peu ouvertes. La Jeanne termine avec un vilain 55% de réussite à 2 points (69% pour l’ASVEL) et seulement 14 passes décisives contre 22 aux hommes de Mitrovic.

L’adresse extérieure: En ce début de saison, la Jeanne arrivait à s’appuyer sur son adresse à 3 points pour faire la différence. Ce soir, le 19% de réussite à 6,75m fait très mal. A titre de comparaison, il était de 53% contre Nanterre.

La question Solomon: Très longtemps à côté de ses pompes, il n’a pas apporté ce que l’on peut attendre de lui. A noter que son réveil en deuxième mi-temps a été intéressant.

David Holston: c’est par lui que vient souvent la lumière. Ce soir, son match reflète toutes les difficultés offensives de son équipe. Avec seulement 7 points et un 1 sur 7 à 3 points il réalise l’un de ses pires matchs depuis un moment. Longtemps, le Palais a attendu qu’il sorte de sa boite mais il n’aura jamais pu passer la seconde. Mais comment en vouloir à un joueur qui a si souvent porté l’équipe à lui tout seul…

Chassang: Dans une soirée aussi compliquée, comment ne pas souligner, encore une fois, l’apport de Chassang. Au combat des deux côtés du terrain (7 rebonds à lui tout seul), mobile, percutant en attaque, il a cumulé 11 points pour 16 d’évaluation.

La défense: si la JDA perd ce soir, au-delà de la qualité de son adversaire, c’est en grande partie par sa prestation offensive. Car la défense, tout au moins en deuxième mi-temps (32 points encaissés seulement) a été très bonne face à un tel adversaire. Les 79 points encaissés doivent être un motif de satisfaction.

Un soir de défaite ne peut être positif. Mais perdre contre l’ASVEL n’a rien de honteux, surtout avec cet écart. Et il faut forcément tirer des enseignements d’une telle rencontre, comme l’importance d’aller au combat dès le début et de jouer davantage en équipe. Il va être urgent que des joueurs importants comme Solomon ou Young se mettent au niveau. Mais la volonté affichée en deuxième mi-temps est de nature à positiver. Ce groupe peut et va faire mieux. L’enchainement des rencontres avec la Coupe d’Europe peut le fatiguer. Il peut aussi l’aider à se construire davantage.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.