7 décembre 2019

Jeep Elite: La Jeanne veut conquérir Orléans

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Malgré la défait face à l’ASVEL dimanche dernier, la JDA, qui a été à la relance en BCL (victoire au Palais mercredi), voudra reprendre sa marche en avant en championnat ce samedi soir face à Orléans. Une ambition légitime pour un groupe qui se déplace chez un promu et qui a montré de bonnes choses en milieu de semaine. Mais ce voyage ne sera pas si simple à négocier, sur un parquet qui avait vu la JDA se sauver il y a deux saisons.

Laurent Legname voudra une nouvelle fois guider ses joueurs vers la victoire lui qui n’a pas oublié son dernier match à Orléans © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Ce 13 mai 2017…

Retrouver Orléans ce soir c’est aussi faire un petit retour dans la saison 2016-2017. Saison la plus galère pour la JDA sous l’égide du duo “Borg – Legname”. Une saison où l’on a bien cru que les Dijonnais allaient se retrouver en Pro B. Le 13 mai 2017, la JDA est juste au-dessus de la zone de relégation, devant notamment Orléans avec une petite victoire d’avance sur cette équipe, à deux journées de la fin. Alors qu’en phase aller la Jeanne avait eu la très mauvaise idée de s’incliner à domicile contre les Orléanais, il les retrouvent pour un match décisif sur chez eux. L’angoisse est palpable des deux côtés. En cas de victoire les hommes de Legname assureraient leur maintien et condamneraient l’OLB à la relégation. Si Orléans l’emporte, tout se jouerait lors de l’ultime journée. Une pression que va mieux gérer la JDA. Largement en tête à la pause (+28 points / 30-58), La Jeanne, non sans de belles frayeurs arrivera à gérer les 20 dernière minutes pour finalement l’emporter 86-76. De cette rencontre, les deux survivants du groupe dijonnais ne sont autres que Holston et Julien. S’ils n’avaient pas sorti la rencontre de leur vie au scoring, ils avaient assommé leur adversaire à coup de passes décisives (17 à eux deux) et doivent encore avoir en tête une soirée finalement aussi magique que libératrice. Un souvenir forcément encore très prégnant à Orléans qui allait alors connaitre la Pro B un peu plus de 10 ans après l’avoir quittée. Une probable cicatrice qui donnera très certainement un goût de revanche à cette rencontre.

Pas en spectateurs
Gros duel en perspective pour Holston, MVP et Jefferson MVP de Pro B © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Orléans, plus qu’un promu et un début de saison en trompe l’œil

Avec la 13ème masse salariale de la ligue, Orléans a retrouvé la Jeep Elite avec des ambitions certaines. A titre de comparaison la JDA possède la 11ème du championnat 6% au dessus de celle d’Orléans. Après 2 saisons à l’étage du dessous, l’OLB cherche ainsi clairement à assurer un maintien rapide. A l’image d’Holston, MVP qui est resté “chez lui”, Orléans a su notamment garder le MVP de Pro B, l’US Brandon Jefferson. Le meneur tournait en moyenne l’an-passé à près de 17 points, 5,4 rebonds pour quasiment 18 d’évaluation. Le moins que l’on puisse dire c’est que son adaptation à la Jeep Elite est pour le moment réussie avec 17 points de moyenne pour 14,5 d’évaluation. Le recrutement de joueurs aguerris et talentueux à l’image de Christopher Evans, passé par Monaco (20 d’évaluation de moyenne), donne de l’allure à cette équipe. Si son début de championnat est marqué par 3 défaites en 4 rencontres, dont une chez l’autre promu, Roanne, il faut le relativiser. Orléans n’a reçu dans sa salle qu’une seule fois (victoire contre Pau) et s’est donc déplacé à 3 reprises dont sur deux parquets compliqués (Levallois et Bourg-en-Bresse). Orléans, qui retrouve sa salle voudra forcément engranger une victoire. Dans ce contexte, charge aux dijonnais de surfer sur leur succès en BCL et de mettre en pratique le collectif entrevu.

Ulmer joueur déterminant ce soir? Axel Julien sera à la relance mais il en a les moyens © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les clefs du match pour la JDA

Le début de rencontre: la JDA, en particulier à l’extérieur, devra absolument rentrer dans son match dès la première minute. Comme en 2017?

Jefferson, Evans, Halilovic: Ils cumulent à eux trois, 60% des points orléanais et 50% des passes décisives! Tout ou presque passe par ces 3 joueurs. Les maitriser sera donc la clé principale et priverait l’OLB de leurs principaux dangers.

Trouver ses intérieurs et Solomon en particulier: Enfin! Mercredi la JDA a vu Solomon briller, bien trouvé par ses coéquipiers. Sa relation avec Ulmer était très intéressante. A reproduire.

Axel Julien/David Holston: Laurent Legname n’a pas énormément associé ces deux joueurs en même temps. Face à un adversaire qui voudra en particulier empêcher Holston de faire jouer ses partenaires (source FB OLB), le relais de Julien en meneur peut être la clef. Axel Julien se doit par ailleurs une revanche à lui-même. Il peut profiter de cette rencontre pour y parvenir.

La gestion des tirs à 3 points: Orléans possède une attaque très cohérente avec plus de 83 points de moyenne. Elle s’appuie en particulier sur beaucoup de tentatives à 3 points (26 tirs de moyenne contre 22 à la JDA) avec une réussite de 39%. Une stat très correcte mais qui n’a rien d’extraordinaire. L’objectif: bloquer la raquette et pousser Orléans à des shoots longue distance compliqués.

Le rebond: La JDA part a priori avec un avantage dans ce domaine. Elle prend en moyenne depuis le début de championnat 6 rebonds de plus par match que son adversaire du soir. Ce sera clé pour verrouiller sa défense et se donner des secondes chances en attaque. Se méfier d’Halilovic côté Orléanais (6,3 rebonds de moyenne / match).

L’attaque: avec 88 points encaissés par match en moyenne, la défense orléanaise est prenable. A la JDA de mettre la cohérence et l’alternance nécessaire pour en profiter.

Ulmer: par séquence, ce joueur a montré des choses intéressantes mercredi. On y voit le possible déclic pour l’américain dont le profil peut mettre à mal Orléans. Joueur clutch sur cette rencontre?

En ce 19 octobre la JDA devra, comme toujours, arriver avec un maximum d’envie pour satisfaire à ses ambitions. Le maitre mot sera la cohérence et ce des deux côté du terrain face à cet adversaire dont il faut se méfier mais qui est prenable. Prenant à revers l’Histoire, ce serait un joli coup que de voir la Jeanne d’Arc battre les Orléanais et prendre, le temps d’un soir, possession de leur territoire.

Entre-deux ce samedi à 20h au Palais des Sports d’Orléans!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.