12 décembre 2019

Handball : JDA Hand – Brest : tonnerre sur Brest

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Fantastique !! Une magnifique équipe de la JDA Handball a fait souffler un vent de tempête sur la ligue Butagaz énergie ce vendredi soir en balayant le Brest Bretagne Handball invaincu jusqu’alors en 8 journées de championnat. Une victoire qui ne se discute pas et que les Dijonnaises ont largement mérité avec un état d’esprit impeccable et une défense intraitable 27-19.

RETROUVEZ 135 PHOTOS DE LA RENCONTRE ICI

Après la sévère défaite encaissée à Nice la semaine passée, on espérait une belle performance de la JDA face à Brest avec soyons honnêtes, une défaite honorable tant la montagne bretonne semblait impossible à gravir jusqu’au sommet pour les Bourguignonnes. Respect à elles, donc, qui ont prouvé qu’avec un coeur énorme et une abnégation de tout instant, les montagnes, cela se renverse !

Une défense béton, une attaque patiente...

Dès le début de rencontre, on sent les Dijonnaises concentrées sur le sujet. Brest vient d’entrée se cogner sur une défense agressive à souhait qui ne laisse pas un centimètre d’action à la porteuse de balle. Dyenaba Sylla ouvre la marque puis la JDA avec son travail de sape en défense fait déjouer l’adversaire qui accumule les pertes de balle, très inhabituelles pour lui. Munitions aussitôt exploitées en contre par Kimberley Bouchard ou Joanna Lathoud et Dijon prend les commandes. Les filles de Christophe Mazel ne les lâcheront plus mais ça on ne la sait évidemment pas encore (4-2, 7′). Attention les Brestoises ne sont pas des peintres, et elles aussi exploitent immédiatement les approximations locales avec la fusée Pauline Coatanéa sur son aile ou la solide Pauletta Foppa sur son poste de pivot, toutes deux internationales tricolores bien sûr (6-5, 15′). La défense dijonnaise, impressionnante, est au four et au moulin, le bras armé brestois N° 1, Ana Gros n’a pas le temps de se mettre en position, que Dyenaba Sylla ou Ekaterina Vetkova lui rende la vie impossible, empêchant son efficacité légendaire (elle finira à un “petit 4/8 pour elle).

Ana Gros a eu fort affaire avec la formaidable défense dijonnaise © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Même en infériorité numérique (exclusion de Fanny Metzger, puis quasiment dans la foulée, d’ékaterina Vetkova) Dijon continue son “oeuvre”. Kimberley Bouchard intercepte un ballon brûlant, Déborah Kpodar fait parler son jump et sa force de frappe, la réussite choisit le camp de l’audace avec des contres brestois qui trompent leur gardienne sur des tirs de Fanta Diagouraga et de Barbara Moretto, Léna Leborgne fait sa part du travail dans la cage et la JDA poursuit sa marche en avant (11-8, 25′). Christophe Mazel gère parfaitement son banc en donnant du temps aux jeunes qui répondent présentes et qui permettent aux cadres de souffler pour mieux revenir dans la bataille. A la pause, pas grand chose n’est à retirer dans la prestation dijonnaise, Joanna Lathoud se chargeant de clore en beauté ce premier acte sur une ultime réalisation (13-9, 30′) OUAH !

Joanna Lathoud capitaine exemplaire © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Fabuleuses jusqu’au bout

Cela va t-il tenir ? C’est la question que tout le monde se pose, vu la débauche énergétique proposée par Dijon et vu bien sûr le statut et le talent de l’adversaire. La reprise fait craindre le contraire. Dijon met quelques minutes avant de retrouver son rythme et si Christina Elm qui a pris place dans la cage locale rentre bien dans son match, l’attaque ne trouve plus la mire. Il n’en faut pas plus à Gros et cie pour revenir dans les rétros (13-12, 36′). On craint alors un renversement cruel. Mais Barbara Moretto rallume enfin la flamme (14-12, 38′). Nouvelle interception de Kimberley Bouchard pour une finition clinique d’Ekaterina Vetkova qui monte en puissance match après match sur son poste de pivot; énorme en défense, elle retrouve de l’efficacité offensive, offrant une solution intéressante au coeur des défenses adverses. Dijon a repris son travail de démolition en défense, Brest perd de nouveau de précieuses munitions, déjouant parfois de manière surprenante, Ana Gros prend deux minutes d’exclusion tout en concédant un pénalty, que Déborah Kpodar, encore précieuse hier soir convertit sans broncher, redonnant un matelas intéressant aux siennes (16-12, 42′).

a l’image de Manon Gravelle tout le monde a apporté sa pierre à l’édifice © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

On commence à croire en l’exploit tant cette JDA est épatante et le millier de spectateurs va se mettre à pousser avec ses joueuses. Si Dyenaba Sylla fait grimper l’écart à + 5 , Brest ne veut évidemment pas abdiquer . Laurent Bezeau prend un temps mort, Ana Gros envoie un missile dont elle a le secret, Amandine Tissier convertit un pénalty venant rappeler que rien n’est encore acquis (18-15, 48′). Mais c’est encore Dijon qui va remporter le money time, Manon Gravelle marque 2 buts importants quasiment coup sur coup, d’abord dans une position improbable en chutant puis dans un registre “Ana Gros” avec un missile chassant l’araignée de la lucarne de l’infortunée Sandra Toft (21-16, 51′). Cela commence à sentir bon, et quand la capitaine Joanna Lathoud, de nouveau très précieuse hier soir en défense comme en attaque (5/6), fait grimper l’écart à +6 (23-17, 55′) on pressent que la JDA ne lâchera plus sa proie. Et on pressent bien, Brest tente bien une défense tout terrain pour récupérer des ballons mais se met à la faute, Kpodar toujours elle convertit un nouveau pénalty, Julie Dazet marque de façon acrobatique, Kpodar encore et toujours sur pénalty (26-18, 58′). C’est gagné les Dijonnaises le savent, le banc ne tient plus en place, on commence à s’étreindre sur le terrain. Comme en première période la capitaine Joanna Lathoud ne laisser à personne le soin de clore le chef d’oeuvre avec un dernier but. 27-19 fabuleux, les Dijonnaises peuvent laisser libre court à leur joie et célébrer follement, elles l’ont amplement mérité.

Explosion de joie du banc dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Même si Brest est sans doute usé par les campagnes continentales et n’a pas, loin de là, produit une énorme prestation, le mérite en revient évidemment aux Dijonnaises et au staff qui ont parfaitement préparé la rencontre et récité un superbe handball, se prouvant au passage qu’elles sont capables de bousculer beaucoup de monde dans cette ligue Butagaz…. Nul doute Qu’Isabella Gullden, de retour dans le collectif brestois après une maternité espérait tout autre chose pour sa première apparition de la saison.

217 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.