12 novembre 2019

CCRB-JDA: Cette JDA en a!

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dans un match âpre, tendu, face à une équipe dont on avait évoqué les qualités, la JDA, avec 8 pros seulement (Sulaimon encore forfait), est allée chercher un très beau succès sur le parquet de Chalon-Reims après prolongation (88-86). C’est tout simplement la 3ème victoire de suite en championnat, celle-ci acquise dans des conditions très particulières.

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Axel Julien MVP et en mode all-star, a longtemps porté son équipe avant d’être épaulé par Young

Quelle fut longue à se dessiner cette victoire! Alors que les Dijonnais devaient de nouveau faire sans Sulaimon et que plusieurs joueurs se montraient très vite hors du coup (voir analyse ci-après), ils ont réussit à l’emporter. Toute la partie fut globalement très serrée. Si la rencontre s’engage sur un rythme assez défensif, ce qui n’est pas pour déplaire à la JDA, chaque équipe se rend coup pour coup. Alors que Chalon-Reims remporte le premier quart temps (16-14), les hommes de Legname, emmenés par un excellent Axel Julien, retourne aux vestiaires avec un petit point d’avance (33-32). Le problème mais aussi l’espoir après 20 minutes de jeu, c’est de constater que seul le capitaine dijonnais est vraiment dans le coup. Il est crédité de 13 points et 16 d’évaluation alors qu’aucun autre dijonnais ne dépasse les 4 d’évaluation à l’exception de Chassang, une nouvelle fois dans le 5 majeur. La Jeanne réussit un bon 3ème quart temps au cours duquel Young va particulièrement se montrer (11 points inscrits sur cette période dont 2 tirs à 3 points). 55-51 en faveur de la JDA. C’est bien mais pas suffisant sachant que la Jeanne a raté plusieurs fois l’occasion de se détacher après avoir mené par séquences de 8 points.

Premier choc au Palais pour la JDA face à Nanterre ce vendredi soir © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Holston, 12 points ce samedi soir, était proche de plier l’affaire à la fin du dernier quart temps. Une tentative ratée mais sans conséquence © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La JDA s’impose au finish avec un Holston héro malheureux en fin de dernier quart temps

Si Chalon-Reims n’abdique pas, ce sont bien les Dijonnais qui ont la main pour l’emporter dans le dernier acte. Il reste 1 minute à jouer. La JDA est menée de deux points (75-73). Moment choisi par Holston pour planter un 3 points! 76-75! Dans la foulée, à 30 secondes de la fin, le génial lutin obtient une faute et deux lancers. S’il met les deux, c’est quasiment gagné. Problème: un seul sera inscrit (77-75). Le CCRB, par Morin va égaliser à 14 secondes de la fin (77-77). Malgré un temps mort dijonnais donnant l’occasion de poser un dernier système, Holston, malheureux, rate son 3 points. Prolongation. Si elle s’engage mal avec un dunk d’entrée de Morin, Young, bien servi par Leloup trouve la cible à 3 points pour lui répondre. Maille permet au CCRB de repasser devant, avant que Chassang n’obtienne un “and one” et ne donne aux Dijonnais 3 longueurs d’avance (85-82). Fakuade ramène Reims à une longueur sur deux lancers francs (84-85), Young dans la raquette redonne 3 points d’avance (87-84). Après des ratés d’Holston et Chassang, Morin, encore lui, permet au CCRB de recoller (86-87) et obtient un lancer bonus. C’est tendu, très tendu. Mais celui qui aura été l’un des meilleurs du CCRB ce samedi soir, rate son lancer! Il reste 26 seconde. Young qui a pris le rebond se retrouve sur la ligne après avoir été victime d’une faute. A l’image de Morin, le Dijonnais tremble et ne rentre qu’un seul de ses lancers! Bis repetita d’il y a 5 minutes ? Non, car Fakuade et Maille vont coup sur coup rater leurs tentatives à 3 et 2 points avant que Julien ne prenne un ultime rebond défensif. Tout un symbole pour le meilleur dijonnais du soir et MVP de la rencontre.

Young et ses 22 points a été l’un des artisans du succès dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Explications et analyses:

La JDA l’emporte avec une moins bonne réussite aux tirs: derrière dans la réussite à 2 points (48,6% contre 50% à Reims), comme à 3 points (36,1% contre 38,5%), la JDA doit son salut à plus de shoots (71 contre 70), plus de 3 points inscrits (13 contre 10) et davantage de lancers francs (20 à 17) avec une meilleure réussite.

Oh capitaine, mon capitaine: Axel Julien, n’est pas seulement le MVP de la rencontre. Il a été longtemps le seul à être dans son match. Si la JDA l’emporte c’est parce qu’il a permis à son équipe de rester dans la rencontre, en particulier en première mi-temps. Il cumulera 27 points, 8 passes décisives, pour 33 d’évaluation. Il termine avec un impressionnant 73% de réussite! Du très grand Axel, proche de sa performance à Strasbourg en quart de finale retour des play-off.

Trop de 3 points, pas assez de jeu collectif: Avec plus de 30 tentatives en 40 minutes (36 avec la prolongation), la JDA a clairement abusé des shoots longue distance, jouant contre nature. Les 15 petites passes décisives de la JDA montrent la difficulté que les hommes de Legname ont eu dans l’animation offensive.

Victoire avec 4 joueurs entre 0 et 6 d’évaluation : Leloup qui a notamment shooté pas moins de 10 fois à 3 points (pour un seul tir réussit), Ulmer, complètement à côté, Loum et Solomon trop discrets…autant de joueurs qui n’y étaient pas alors qu’ils avaient sorti de belles perfs récemment. Voir la JDA s’imposer sans beaucoup s’appuyer sur eux est d’autant plus fort.

We are Young! Michael Young semble clairement monter en puissance. Après son gros match de mercredi, il a récidivé ce samedi soir avec pas moins de 22 points et un joli 4/7 à 3 points. L’intérieur dijonnais a été l’une des pièces maitresses de la victoire et semble plus globalement prendre une nouvelle dimension une fois les systèmes de Legname assimilés.

Non, cette rencontre en terre champenoise ne restera pas comme la plus belle de la saison. Mais ce succès à l’arraché, avec un Sulaimon absent et plusieurs joueurs en dehors de leurs standards restera comme un fait marquant de ce début de championnat. Comme une grande, la JDA l’emporte sans être géniale mais un cœur énorme et cette capacité à faire mal au bon moment. Le signe d’une grande équipe?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.