12 novembre 2019

Basket : BCL (J4): PA KO

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La JDA recevait la PAOK pour le compte de la 4ème journée de BCL. Dans un match piège face à un “gros” en difficulté et en quête de rachat, les Dijonnais s’en sont sortis de peu. Grâce à David Holston qui a pris un gros coup de chaud à 1 minute de la fin, la Jeanne a crucifié des Grecs KO debout (81-76). Le sans faute en BCL se poursuit. Déjà une sacrée perf!

Axel Julien, sur sa lancée a été très bon hier. Il a notamment distillé 10 passes décisives © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La JDA domine avant d’être proche de la défaite

C’est un match assez frustrant auquel on a assisté pendant très longtemps. Pendant quasiment toute la rencontre, la JDA domine, fait quelques écarts, mais n’arrive pas à tuer la rencontre. La Jeanne semble plutôt au-dessus, déroule son jeu collectif (80% de réussite à 2 points après le premier quart-temps) s’appuyant parfaitement sur le duo Julien/Holston, Chassang et Solomon à l’intérieur et un Sulaimon déjà dedans pour son retour à la compétition. Mais face à eux, les Grecs ne lâchent pas à l’image d’un Sarikopoulos qui fait mal dans la peinture. La JDA va ainsi remporter le premier quart temps de 3 points (19-16) et atteindre la mi-temps avec 8 points d’avance, tout juste pénalisés par deux anti-sportives, certes logiques mais forcément handicapantes. On s’attend alors à voir la Jeanne dérouler au retour des vestiaires comme elle en a pris si souvent l’habitude. Mais le PAOK revient bien dans le match dès le début du 3ème quart temps. Si la JDA résiste et reprend même 10 points d’avance sur un panier à 8 mètres de Julien, elle va perdre un peu pied au fil des minutes et voir son avance fondre. Dominés 26-19 dans le 3ème, les Dijonnais n’ont plus qu’un point d’avance (60-59).

Si Sarikopoulos a fait un grand match, c’est bien Holston qui a donné la leçon en fin de rencontre © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Et David Holston mis tout le monde d’accord…

Et le PAOK passe très vite devant (63-60 à 8 minutes de la fin et 65-60 à 6 minutes de la fin). Les Dijonnais qui n’inscrivent rien pendant 4 minutes, semblent complètement bloqués, ne trouvent plus aucune solution en attaque et ne se maintiennent que grâce à leur défense. Un dunk de Solomon vient stopper l’hémorragie. De nouveau à 5 longueurs (62-67), la JDA s’en remet sur un 3 points magistral de Leloup dans une très mauvaise position. Le panier de l’espoir. Alors qu’Holston qui échoue à 3 points s’agace, Leloup remet ça à 2’30 de la fin pour faire passer la JDA devant! (70-69). Les Grecs y vont aussi de leur 3 point (72-70 pour le PAOK à moins de deux minutes de la fin). Holston acte 1: il dégoupille à 3 points d’un magnifique tir à 1’20 de la fin! 73-72 pour la JDA! Sarikopoulos redonne un point d’avance aux Grecs dans la foulée (73-74)? Holston acte 2: tout seul, il se crée son tir et remet un 3 points! 76-74! Mais le PAOK égalise…76-76 à 50 secondes de la fin…Holston acte 3: tout seul encore il va chercher un 3ème panier à 3 points de suite!! 79-76 à 25′ de la fin! C’est juste dingue! La PAOK sur leur dernière possession n’y arrive pas et c’est même Leloup qui ira rajouter deux lancers francs à 4 secondes de la fin, scellant définitivement le succès dijonnais…

Leloup n’a pas réalisé son meilleur match, mais ses deux paniers à 3 points en fin de rencontre, pleins de sang froid, ont montré la voie © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Analyse et explications:

Holston: évidemment la star de la rencontre. Oui, il a raté des shoots mais ses 3 derniers paniers à 3 points relèvent du génie. De la glace dans les veines pour le génial lutin dijonnais.

Leloup: Ses 8 points et 8 d’évaluation ne font pas rêver. En revanche, avant le show Holston, c’est bien lui qui rentre deux énormes 3 points et qui remet préalablement la JDA dans le coup.

Le collectif: 5 joueurs à 10 points ou plus dont un Axel Julien excellent avec ses 12 points et 10 passes décisives.

Les 3 points: Toujours dans leurs standards, les Dijonnais ont eu 40% de réussite à longue distance contre 22% aux grecs. S’ils ont beaucoup tenté (25 tentatives), leur adresse a clairement aidé à l’emporter.

Les rebonds: Si la JDA a eu autant de mal, elle le doit en grande partie à ses difficultés au rebond (35 à 24 pour les Grecs). Les 9 rebonds offensifs à 2 en faveur du PAOK ont fait mal.

Deux matchs compliqués à négocier en 3 jours et deux victoires. Cette faculté à l’emporter malgré la fatigue et les embuches est décidemment intéressante. Mieux, elle conforte sa première place et compte 2 victoires d’avance sur le 5ème, Bonn. Le prochain match à Saragosse pourrait déjà être décisif. Avec aucun joueur ayant joué plus de 30 minutes, 4 jours pour récupérer et un mental gonflé à bloc, cette JDA fait plaisir et arrivera en confiance samedi, au Colisée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.