16 décembre 2019

Chalon-JDA: Pour le bonheur et pour l’honneur

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un derby reste un derby, un match forcément spécial, qui plus est entre la JDA et l’Elan Chalon, comme nous le relations l’an-passé (https://dijon-sportnews.fr/2018/11/10/derby-chalon-jda-aller-au-colisee-les-armes-a-la-main/160472/). Oui, il y a un an, quasiment jour pour jour, les hommes de Legname se déplaçaient déjà au Colisée en championnat. Un déplacement et une victoire qui s’inscrivait alors dans une belle série face au rival. Depuis deux ans, la Jeanne s’est imposé 3 fois en 4 rencontres de championnat et 4 fois en 5 si l’on tient compte de la Coupe de France. Une dynamique qu’Axel Julien et les siens auront à cœur de poursuivre face au rival régional ce samedi soir au Colisée.

Le meneur Robinson, est toujours là et sera l’une des armes principales de Chalon. Comme l’an-passé, David Holston notamment devra sen occuper © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Des trajectoires opposées à tous les niveaux

Bien entendu, à regarder le classement actuel et la dynamique de chaque équipe, on pourrait conclure à un déplacement facile. Oui, Chalon est actuellement 16ème et premier relégable quand la JDA truste encore le top 4. Oui Chalon n’a remporté qu’un seul match à domicile (Nanterre lors de la première journée), chutant notamment face à des équipes “prenables” comme Chalon-Reims et plus récemment Boulazac (6ème journée). La défaite lors de la précédente journée, sur le parquet de l’ASVEL n’a rien d’une surprise, sauf qu’elle a tourné à la fessée avec un jeu très médiocre (défaite 90-75). En face, la JDA semble marcher sur l’eau depuis le début de saison et ce en dépit de rencontres mal-embarquées, de l’enchainement des matchs et des premiers pépins physiques (Sulaimon blessé qui n’a pu disputer 3 rencontres). Toute compétition confondue (Coupe, Championnat, BCL), la JDA ne s’est inclinée qu’une seule fois, face à l’ogre villeurbannais (défaite de 9 points). Plus globalement, le rythme imprimé par le club de Thierry Degorce, tend à l’optimisme. Longtemps dominés dans les derbies et sur la scène national par le rival chalonnais, Dijon a pris la mesure de Saône-et-Loiriens qui sortent de deux saisons très compliquées, sans qualification pour la leaders-cup et les play-off et donc sans coupe d’Europe malgré l’insistance assez déplacée de Choulet, entraineur de l’époque. La JDA, à l’inverse, enchaine les victoires dans les derbies, s’est régulièrement qualifiée pour la Leaders Cup, est allé en demi-finales des Play-off l’an passé et a entamé une deuxième campagne européenne de suite, avec succès pour le moment. Oui, depuis deux saisons, la Bourgogne est noire et blanche. Dans le jeu comme dans l’état d’esprit.

Lors de la victoire au match retour, la saison passée. Chassang et Leloup, retrouveront cette fois le Colisée et voudront encore performer © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un derby reste un derby. Se souvenir des saisons 2016/2016 et 2017/2018 et se rappeler à celui de Myles Hesson

Mais l’erreur serait bel et bien de s’arrêter à ces statistiques et de faire le match avant qu’il ne soit joué. Nous pouvons tout dire, tout écrire, la vérité viendra du parquet. Un parquet qui a souvent réservé des surprises dans ces matchs passionnés. Lors de la saison 2016/2017, la JDA vit une saison galère. Le déplacement au Colisée est alors placé à haut risque au moment où Chalon occupe les premiers rôles et qu’il était venu s’imposer largement au Palais à l’aller. Face à une équipe chalonnaise qui décrochera finalement le titre – Et merde ;) – Dijon ne l’emportera pas mais aura fait douter le rival une grosse partie de la rencontre, dominant les 3 premiers quart temps (72-68 à la fin du 3ème pour Dijon) et ne craquant que dans les 10 dernières minutes. La saison qui suit, c’est Chalon qui est au bout de sa vie. Au fond du classement, les chalonnais accueillent une JDA en forme et qui comptait alors sur le retour d’Holston. Un contexte très similaire à celui d’aujourd’hui et qui voyait malheureusement des Chalonnais gonflés à bloc par ce derby s’imposer. Des Chalonnais remontés et des Dijonnais probablement trop faciles. Prudence donc, alors que la JDA croisera l’un de ses anciens, Myles Hesson, passé par la Jeanne lors de la saison 2015/2016; Axel Julien et David Holston qui déjà dans le groupe à l’époque, tenteront de stopper celui qui vient en sauveur de Chalon. Encore un joueur qui aura joué pour les deux clubs bourguignons. C’est aussi cela qui pimente un peu plus les derbies.

Ne se préoccuper que de son jeu

Oui, ce déplacement dans le 71 peut avoir tout du match piège. Mais ce n’est pas une raison pour douter. Pas là-bas, pas maintenant. Car si tout peut arriver dans un derby, la logique sportive est souvent respectée. A ce jeu là, Dijon peut rallier le Colisée en toute confiance. Celle conférée par ses résultats mais aussi celle de son jeu qui prend forme et de la capacité de chaque joueur à sortir un grand match et à pallier la méforme de certains autres. C’est un groupe qui va venir défier Chalon. Un groupe qui dispose d’une belle palette offensive et qui sait toujours hisser les barbelés en défense. Un groupe dont l’état d’esprit lui permet cette année de remporter des matchs indécis dans les dernières minutes, à domicile, comme à l’extérieur. Face à une équipe chalonnaise qui n’est autre que la moins bonne attaque de la ligue, la JDA, et sa défense parmi les meilleures du championnat a tout pour la faire déjouer. Les systèmes de Laurent Legname commencent à être bien assimilés par les nouveaux et voir Solomon rentrer de plus en plus de shoots mi-distance par exemple, renforce l’idée que le danger peut venir de partout. Ainsi, 4 joueurs de la JDA sont en moyenne au dessus des 10 points (Holston, Julien, Young et Sulaimon) contre seulement 2 côté chalonnais (Thornton et Johnson).

Si Holston ou Julien sont attendus, Solomon a les moyens de faire exploser la raquette chalonnaise © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les clés du match pour la JDA:

S’imposer dans le jeu collectif : Avec seulement 15,3 passes décisives de moyenne / match, Chalon est l’avant dernier de la ligue dans ce domaine. Des difficultés dont Robinson en est le symbole; dominant dans cet exercice l’an-passé, le meneur chalonnais n’est “que” 9ème sur ce début de saison, devancé par David Holston et à peine devant Axel Julien. A l’inverse, la JDA pourra encore s’appuyer sur ses deux magnifiques chefs d’orchestre.

Focus sur Robison, quasiment le seul meneur de Chalon: Robinson, meneur de métier n’est tout simplement secondé par Hugo Besson, encore espoir l’an-dernier. Robinson est moins bien au scoring (moins de 10 points de moyenne) par rapport à la saison passée, mais est encore seul dépositaire du jeu chalonnais. Couper la relation 1/4 ou 1/5 permettrait d’anéantir les attaques chalonnaises. Le voir rapidement enquiller les fautes…

Le Duo Holston / Julien: à l’inverse, la JDA pourra s’appuyer sur deux meneurs capables également d’évoluer ensemble avec Julien en poste 2. Une vraie complémentarité et une force pour faire dégoupiller la défense chalonnaise.

Surveiller Johnson et Thornton: les deux meilleurs marqueurs de Chalon et les deux seuls au-dessus des 10 points en moyenne. Johnson qui évoluait à Levallois est bien connu pour son explosivité.

Les rebonds: Si la JDA est en net progrès dans ce domaine, elle est au même niveau que Chalon sur ce début de saison. 36,3 pour la JDA et 35,6 pour Chalon. Remporter cette bataille face à des gros rebondeurs comme Gelabale ou Johnson sera déterminant. Solomon ou Chassang auront un gros travail pour s’imposer.

La fraîcheur: Oui, la JDA est sur un rythme effréné depuis plusieurs semaines à raison d’un match tous les 3 jours. La capacité des hommes de Legname à gérer cette fatigue sera un élément déterminant, même si, bonne nouvelle, Dijon aura bénéficié de 4 jours de récupération en ayant joué mardi soir.

L’intensité: Last but not least et au-delà de l’état de forme, la combativité, la bonne agressivité, se battre sur chaque ballon. Voilà ce qui doit animer la JDA pour l’emporter. Attaquer le match pied au plancher et ne pas laisser Chalon prendre confiance.

C’est le jour “J”. La soirée tant attendue par les supporters des deux camps. A l’occasion de leur plus court déplacement de l’année, la JDA voudra surfer sur sa forme actuelle pour aller chercher LE match de l’année. Une rencontre forcément compliquée quelque soit le contexte, d’autant que Le Portel, vainqueur de Levallois rajoute de la pression sur les épaules chalonnaises, plus que sur celles de la JDA. Mais une rencontre où l’on attendra forcément une implication sans faille, où chaque joueur devra jouer chaque minute comme s’il s’agissait de la dernière de leur carrière. C’est avant tout à ce prix que la JDA prendra ce derby et fera la joie et la fierté de tous les amoureux du club.

Entre-deux à 20h au Colisée!

Sulaimon a fait son retour en BCL avec un bon match. De nouveau opérationnel il peut être un vrai atout © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.