16 décembre 2019

Chalon-JDA: Maîtres du Colisée

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La JDA se déplaçait au Colisée ce samedi soir pour un classique du championnat face à l’Elan Chalon. C’est un très gros match de basket auquel on a assisté. Avec des temps forts pour chacune des équipes, de la tension, du stress, de l’envie, bref, ce fut un vrai derby. Un derby très serré pendant 30 minutes et enlevé magistralement par la Jeanne dans le dernier quart temps. Score final 90-78 pour des Dijonnais, une nouvelle au-dessus de leur rival et qui commencent à gentiment planer sur la Bourgogne.

Solomon s’est encore fait plaisir au dunk, souvent caviardisé par Holston © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Une véritable ambiance de derby, 3 quart temps à couper le souffle

Nous l’avions souligné, le classement respectif de chaque équipe ne veut pas dire grand chose au moment d’aborder un derby. Ce sont 5000 personnes qui ont rejoint les gradins avec beaucoup de Dijonnais, dont le Kop Sud. En avant match, au fil des minutes, la température monte rapidement et l’on ne peut nier la belle ambiance de la salle et des supporters chalonnais (encore) derrière leur équipe. Le tifo un brin chambreur du kop chalonnais finit de planter le décor et de gonfler à bloc les rangs des deux équipes – “Veux-tu jouer à un jeu? La partie commence maintenant”, montrant un lapin poursuivi par un Elan. Comme espéré et avec un 5 remanié (Sulaimon notamment en lieu et place d’Axel Julien), les Dijonnais vont rapidement tenter d’étouffer leur rival à qui il ne fallait surtout pas donner confiance. Chose faite après un premier missile d’Holston à 3 points, suivi de deux paniers de Chassang et Ulmer. 7-0 après un peu plus de 2 minutes. Le début de match parfait. Mais rentre alors en scène Johnson pour Chalon qui met son équipe en ordre de marche en y allant lui aussi de son 3 points… le premier d’une longue série. Le match est lancé et le combat peut démarrer. Mais ce premier acte sera bien à l’avantage d’un Holston qui démarre très tôt son récital (voir après). 10 minutes au bout desquelles la Jeanne mène 24-16. Mais il y a match et les 10 minutes qui suivent vont venir le prouver. Chalon est bien mieux et la JDA balbutie soudainement son basket.

Comme l’an-passé, le capitaine Axel Julien et les siens sont venus à bout de Chalon sur son parquet © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Axel Julien en détonateur après un 17-2 encaissé dans le deuxième quart temps

En fait, les Dijonnais sont très bien jusqu’à 8ème minute du deuxième quart temps et après des paniers d’Axel Julien et Solomon donnant 9 points d’avance (30-21). Et après? La JDA nous fait le coup de la panne. Après un dunk de Roberts et surtout 5 points en une minute de l’ancien dijonnais Myles Hesson, Chalon revient à 2 longueurs (30-32). Les mauvais choix dijonnais s’enchainent, et l’énervement gagne les hommes de Legname (faute technique pour Holston). Après Robinson, c’est Hesson qui remet deux points avant un 3 points de Johnson assommant. Incroyable, en 5 minutes, la JDA a encaissé un 17-2. Le moment choisi pour le capitaine Axel Julien de se lancer dans une action en solo dont il a le secret, passant en revue toute la défense chalonnaise avant de conclure sur un tir arrière près du cercle. L’hémorragie est stoppée et loin de sombrer, ce panier va permettre à la JDA de repartir de l’avant. L’un des tournants de cette rencontre. Le Colisée redescend légèrement en température, d’autant qu’Ulmer fait le nécessaire pour ramener la Jeanne à égalité (38-38). Si à la mi-temps Chalon mène de deux petits points (42-40), tout est à faire après une mi-temps où chaque équipe aura eu son momentum. Dans une ambiance irrespirable, les eux clubs vont encore ce tenir en respect 10 minutes. Johnson, très talentueux et meilleur chalonnais hier soir est insolent de réussite et est tout juste contrarié par Holston, Sulaimon et Chassang notamment. Après 30 minutes de jeu, c’est l’égalité parfaite! 62-62.

MVP! MVP! MVP! Un match énorme de David Holston qui termine avec 38 d’évaluation! © Hervé OBRECHT/NikoPhot

David Holston met Chalon à la rue

10 minutes. 10 minutes et ce nouveau derby rendra son verdict. C’est le moment d’être clutch. David Holston décide alors d’endosser son maillot de MVP. Alors que les Dijonnais ont intelligemment provoqué deux fautes en l’espace de 12 secondes, Holston, sur une offrande de Julien, plante un 3 points d’entrée! 65-62! Ce dernier quart temps ne pouvait mieux démarrer. Solomon enchaine deux gros dunks, caviardisé par Holston et l’écart commence à se creuser (64-69). Mais Chalon ne lâche rien et revient encore grâce à Jonhson et Billy (68-71) après 3 minutes de jeu. Vous attendiez le tournant de la rencontre? Le voici: il reste 6 minutes à jouer quand, après des ratés de Leloup (pas en réussite au scoring hier soir) et Camara, Holston plante un énorme 3 points! Les rangs dijonnais explosent de joie alors que l’Elan a pris un coup derrière les oreilles. 74-68. Un mini-break qui oblige Philippe Hervé à prendre un temps mort. Si Thornton pense remettre Chalon sur les rails avec son 2 points, Loum lui répond pour redonner 6 longueurs d’avance (76-70 pour la JDA à 5’29 de la fin). L’intensité défensive de la JDA est très bonne et en face, Chalon n’y arrive plus à court d’idée collective. Les derniers frissons dijonnais viendront encore une fois d’une individualité, encore une fois de Johnson qui sur un nouveau tir primé ramènera Chalon tout près à 3 minutes de la fin (76-80). Mais les Dijonnais ont décidé de ne rien lâcher et sur une offrande de Leloup, Solomon claque un nouveau dunk pour refaire un écart (76-82). Alors que Robinson échoue encore à 3 points pour l’Elan, les hommes de Legname vont mettre à profit les deux dernière minutes pour terminer le travail. Sulaimon, épaulé par Solomon et Holston, va porter la Jeanne vers un nouveau succès. Un écart final de 12 points, un peu trompeur au regard de la physionomie de la rencontre mais largement mérité. L’explosion de joie des supporters dijonnais est d’ailleurs à la hauteur de la performance. Le Colisée se vide dans le silence, ou presque, porté par les chants dijonnais…

Laurent Legname a © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Analyse et Explications:

Une équipe a affronté des individualités dans une équipe: Une statistique est révélatrice. La JDA a tout simplement compilé 26 passes décisives. C’est monstrueux! Si les 18 passes décisives de Chalon ne sont pas ridicules, l’écart est important. L’impression dégagée, que tout ne passait que par des gros tirs de Johnson tranchait avec un Holston scoreur mais aussi passeur (9 passes décisives). Le sentiment d’un collectif bien plus huilé s’est aussi retrouvé en défense. Enfin, l’évaluation globale de la JDA, 121 est énorme!

La réussite à 2 points: Le jeu collectif de la Jeanne se retrouve aussi dans la réussite aux shoots. Avec 70,5% de réussite à deux points contre seulement 44,7% à Chalon, la JDA a gagné cette rencontre grâce à sa capacité à construire ses attaques et à trouver de belles positions de shoots proches du cercle. Une belle adresse qui a compensé un petit match à 3 points. 7/25 contre 9/24 à Chalon.

David Holston et son intelligence de jeu: Comment ne pas s’attarder sur celui qui a illuminé le Colisée. Excellent dans tous les compartiments du jeu, il termine avec une évaluation stratosphérique de 38. Il a magnifiquement été présent au scoring avec 28 points sans forcer ses shoots, terminant à près de 79% de réussite! Avec un incroyable 5/7 à 3 points il a inscrit 71% des 3 points de la JDA et écœuré tout le Colisée. Mais, en toute intelligence, il a alterné son jeu et délivré de nombreux caviars (9 passes décisives!). En feu, il a, à plusieurs reprises, donné l’illusion qu’il allait de nouveau shooter pour finalement servir idéalement ses partenaires. Du très, très, très grand Holston.

Solomon et Sulaimon: Solomon semble avoir enfin parfaitement assimilé le jeu dijonnais et gagné en automatismes avec les meneurs; ses déplacements intelligents pour se retrouver à plusieurs reprises seul dans la raquette et claquer son dunk en sont un révélateurs. Et en plus, il continue de marquer à mi-distance! Très combatif, il a capté par ailleurs 9 rebonds. Il termine avec 16 d’évaluation. Et que dire de Sulaimon…Sa combativité et sa vivacité ont fait mouche. Il a capté 9 rebonds, a été le Dijonnais qui a provoqué le plus de fautes (5 au total) et délivré 4 passes décisives. Ajoutés à ses 8 points, il termine avec 19 d’éval.

L’absence de mène côté Chalon et un Robinson à côté de ses baskets: Chalon ne dispose que d’un meneur de métier en la personne de Robinson. Très bon l’an-passé, il apparait aujourd’hui perdu. Ce samedi soir, s’il a délivré 7 passes décisives, il a tout raté aux shoots. Il n’a inscrit aucun point dans le jeu, ses tous petits 4 points l’étant sur lancers francs. Ca a juré face à son homologue, David Holston. Si la défense de la JDA explique aussi ces stats, la Jeanne a clairement profité aussi de la méforme du Chalonnai, car s’il n’avait rentré que 2 ou 3 shoots, la physionomie du match aurait changé.

Le coaching: C’est une petite leçon qu’a donné Laurent Legname à Philippe Hervé. Dans ses choix de joueurs comme dans ses systèmes. A titre d’exemple, Laurent Legname, à juste titre, a gagné son pari de laisser Loum 22 minutes sur le parquet. En face, au regard de sa performance, on se demande comment Camara a pu jouer 17 minutes. Des choix forts et es rotations bien mieux gérées par Legname qui est allé exploiter la force de chacun de ses joueurs. Leloup n’a clairement pas fait son meilleur match hier. Mais le coach dijonnais l’a laissé 20 minutes et repositionné à des moments chauds pour faire jouer ses qualités de défenseurs. Si Legname a très certainement assumé de laisser quelques shoots ouverts à longue distance, sa défense avec ses prises à deux ont verrouillé le secteur intérieur. A l’inverse, la défense chalonnaise, entre individuelle et en zone n’a jamais trouvé son rythme et a laissé de gros boulevards dans la raquette.

Quelle magnifique soirée. Encore un derby pour la JDA, le 5ème en 6 rencontres sur ces 3 dernières années. Mais ce qui se dégage avant tout de ce match, c’est la sérénité de cette équipe, cette capacité à respecter son plan de jeu, à ne jamais vraiment s’affoler et à gagner des matchs couperets avec sang-froid. Cette équipe est belle. Son supplément d’âme peut par ailleurs l’emmener très loin. En attendant, après ce succès, les Dijonnais se positionnent sur le podium de la Jeep Elite quand Chalon s’enfance à la 17ème place. Tout un symbole. Celui que les maitres bourguignons sont aujourd’hui à Dijon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.