16 décembre 2019

JDA-Monaco: Comme on se retrouve…

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Monaco. Un club forcément à part dans l’histoire récente de la JDA. L’une des rares équipes à être venue s’imposer au Palais des Sports l’an-passé en saison régulière. Mais Monaco est surtout l’équipe qui a éliminé la JDA en 1/2 finale des play-offs après une épopée dingue. A l’occasion de ces 1/2, la JDA avait montré un très beau visage. Si proches et si loin à la fois, les hommes de Laurent Legname auront forcément un goût de revanche ce samedi soir face au Rocher à l’occasion de la 9ème journée de championnat mais auront surtout un défi immense à relever.

Ici lors du match 3 des play-off la saison dernière, Holston devant Bost, dont il faudra se méfier à tous points de vue © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Monaco, 1ère masse salariale de la ligue et qui fait venir un double champion NBA en cours de saison…

Affronter Monaco ces derniers temps, c’est tout simplement faire face à ce qui se fait de mieux…sur le plan financier. 2ème budget de la ligue mais surtout 1ère masse salariale, Monaco survole les débats. Si les Monégasques ne sont pas complètement souverains en ce début de championnat, l’effectif pléthorique et qualitatif dont ils disposent à de quoi faire peur. D’autant qu’ils viennent de se payer le luxe d’effectuer les premiers mouvements dans leur équipe en faisant venir Norris Cole, meneur américain, ancien pensionnaire de NBA et double champion avec le Heat de Miami en 2012 et 2013. S’il n’a bien entendu plus le niveau qu’il avait en NBA (qu’il a quittée en 2016), il est encore un joueur d’exception pour celui qui jouait encore en Euroleague il y a 2 ans avec le Maccabi. Plus globalement, Monaco compte sur lui pour perfectionner sa mène alors qu’il éprouve quelques difficultés dans ce domaine. Ses 11 points et 6 passes décisives lors de la large victoire de Monaco en Eurocup il y a 4 jours confirment qu’il est un renfort de choix dont il faudra se méfier. Et dire qu’il ne s’agit à ce stade d’un joueur qui devrait jouer en sortie de banc…De quoi ajouter, s’il en fallait encore, une bonne dose de piment à ce match. Car Monaco est encore dans tous les esprits: ce match 1 des 1/2 finales frustrant, perdu après prolongation, les multiples provocations d’Obradovic, les trash-talking permanents de Dee Bost, ce match 3 perdu au Palais après avoir largement dominé les débats dans une ambiance de dingue….

Jérémy Leloup est moins bien au scoring depuis plusieurs matchs mais pourrait profiter de cette rencontre pour se montrer © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Mais un Rocher que la JDA peut faire voler en éclat dans un duel entre la meilleure défense du championnat (Monaco) et la deuxième meilleure attaque (Dijon)

Oui, l’arrivée de Cole tombe probablement au plus mauvais moment pour la JDA. Mais Monaco est-il pour autant intouchable? Non, car il a déjà connu deux fois la défaite en championnat, au Mans, pourtant amputé de deux joueurs majeurs et plus surprenant, à Boulazac. Monaco s’est renforcé à l’intersaison mais a aussi perdu. La plus grosse perte étant probablement Kikanovic. La tour de contrôle monégasque n’est plus là et le jeu intérieur de Monaco s’en ressent. Des monégasques qui ont ainsi beaucoup plus de mal dans la raquette et n’arrivent pour le moment pas à compenser avec leurs shoots extérieurs (seulement 13ème de la ligue à 3 points). Tout cela donne une adresse très moyenne, la 11ème du championnat avec 46,9% de réussite. Si l’arrivée de Cole peur changer la donne, il y a clairement des faiblesses à exploiter….pour peu que la JDA mette la pression nécessaire pour faire déjouer Monaco. Le point commun des deux défaites monégasques? Une très grosse pression défensive de Boulazac et du Mans et une équipe d’Obradovic qui ne dépasse pas dans les deux cas les 70 points. Alors que la JDA affiche la 4ème défense du championnat, elle dispose d’atouts pour parvenir à ses fins. Mais à une grosse défense il faudra aussi y associer une mobilisation générale en attaque. Car si Monaco est un peu moins bien sur le plan offensif, il présente à l’aube de cette 9ème journée la meilleure défense du championnat avec moins de 68 points encaissées de moyenne. Mais là encore la JDA aura des arguments offensifs, elle qui avec près de 85 points de moyenne présente tout simplement la deuxième meilleure attaque de Jeep Elite! Si tous les Dijonnais sont au diapason, ils peuvent faire mal.

Kikanovic n’est plus là pour Monaco. Un secteur intérieur plus fragile qu’il faudra exploiter © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les clés du match pour la JDA:

Jouer sans crainte et leur “rentrer dedans” dès la première seconde: L’un des enseignements du match contre l’ASVEL fut une première mi-temps où les Dijonnais semblaient tétanisés et un peu trop spectateurs. Il faudra bousculer les monégasques d’entrée.

Jouer à l’intérieur et alterner le jeu: C’est la clef pour aller chercher une victoire. Il y aura de la place dans la raquette pour Solomon ou Chassang. Attention à ne pas trop shooter à 3 points.

Le Rebond: la JDA et Monaco présentent des statistiques très proches dans ce domaine. La bataille du rebond sera déterminante. Le match contre Saragosse en est un bon exemple.

La gestion du cas Dee Bost : s’il est talentueux, ce joueur est constamment dans la provocation. Holston avait eu du mal à garder ses nerfs l’an-passé; Lui comme ses coéquipiers devront être plus malins et ne pas tomber dans son piège.

Prendre le risque de laisser des shoots à 3 points : Comme nous le soulignions, Monaco n’a plus la même force dans la raquette. Son adresse à 3 points n’est pas exceptionnel. Leur meilleur joueur dans ce domaine, Clemmons n’est que 58ème au classement en termes d’adresse à 3 points.

Un collectif attendu: cela parait basique. Mais face à une équipe comme Monaco, impossible de l’emporter avec seulement 6 ou 7 joueurs dans le coup. Il faudra impérativement que les 9 joueurs sortent une grosse performance pour espérer l’emporter.

C’est un défi immense qui attend la JDA. Mais son début de saison, associé aux quelques points faibles monégasques peuvent laisser espérer. La rencontre se jouera beaucoup dans les têtes, sur l’état d’esprit, l’envie et la conviction que c’est possible. Dans ces conditions, la revanche de l’an-dernier pourrait bien avoir lieu au Palais. A Axel Julien et les siens d’aller la chercher!

Entre-deux ce samedi soir à 20h30 au Palais et sur RMC Sport 2!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.