16 décembre 2019

Jeep Elite (J9): Sans panache face à Monaco

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dans une soirée quasiment à sens unique, la JDA n’a pas réalisé l’exploit tant attendu. Face à une armada monégasque impressionnante, la JDA a surtout déjoué et n’a jamais vraiment joué. Une défaite 85-71, compréhensible au vu du calendrier mais qui laisse aussi apparaitre des lacunes plus profondes qu’il faudra très vite corriger avec les échéances qui arrivent.

David Holston a marqué 11 points et a surtout rapidement regagner le banc afin de se préserver pour les prochains matchs, tant la défaite semblait promise tôt dans le match © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un match à sens unique qui laisse la même impression que face à Saragosse

Menée 18-22 après 10 minutes un peu contre le cours du match, la JDA est néanmoins dans le coup et arrive à répondre à une équipe qui, si elle est fait preuve d’une belle adresse à 3 points n’est pas infaillible. Elle le sera encore 2 minutes de plus après un joli panier de Loum (25-22 pour la Jeanne). Puis, plus rien. La JDA se met subitement à déjouer: trop laxiste en défense, elle est surtout à court d’idée en attaque et où le peu de temps de jeu de Solomon, pourtant dans son match, interroge. Ulmer, Leloup, Julien ou encore Young sont à côté de leur match et Holston, un temps associé à Axel Julien va rapidement laisser la mène à ce dernier. L’écart est tel que Laurent Legname va laisser son génial lutin sur le banc une bonne partie du dernier quart temps histoire de préparer les futures rencontres et donner l’occasion à Julien de se rassurer. Holston ne jouera d’ailleurs que 28 minutes. Le Palais aura poussé jusqu’au bout, mais ce match aura rapidement laissé une impression de déjà vu. Celle de mardi soir à Saragosse: une équipe volontaire, mais en panne de créativité, maladroite et qui n’aura jamais su exploiter les rares moments de faiblesses de Monaco et su faire la différence au moment où on la pensait en mesure de revenir. L’attitude limite d’Obradovic et les coups de sifflets étonnants des arbitres n’aideront pas, pas plus qu’ils ne peuvent expliquer la déroute de ce samedi soir. Car ce fut un soir sans dont le score est finalement trompeur, les monégasques s’arrêtant de jouer dans les dernières minutes.

Axel Julien, peu dans le coup hier, aura surtout profiter des dernières minutes pour se montrer © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Analyse et explications:

Une attaque en berne: encaisser 85 points à la maison c’est beaucoup, mais n’en mettre que 71 c’est insuffisant et rédhibitoire. Les 37 rebonds concédés dont 10 offensifs ont fait très mal. Le 23% de réussite à 3 points est indigent…

Manque de créativité/trop de 3 points: disons-le clairement, voir la JDA tenter 26 tirs à 3 points, ce n’est pas la JDA. C’est en tout cas bien trop quand en plus vous manquez d’adresse. Cela traduit globalement un manque de jeu, de créativité et qui a poussé la Jeanne a tenté des shoots longues distances souvent désespérés. A la mi-temps, la JDA en était à 2/13 à 3 points dont un de…Solomon. La JDA a seulement pris 6 tirs de plus à 2 points…

La défense monégasque: Oui, la JDA n’y était pas dans l’animation offensive. Mais il faut aussi reconnaitre que Monaco a su parfaitement défendre, justifiant son statut de meilleure défense de la ligue. Obradovic, bien qu’énervant, a clairement gagné le match des coachs et dont les temps morts lui ont donné l’occasion d’adapter ses systèmes, avec efficacité…

La fatigue et trop de joueurs à côté: La JDA a déjoué mais semblait aussi très marquée physiquement. Le voyage à Saragosse a clairement laissé des traces. Voir de nombreux shoots heurté la planche témoigne d’un vrai manque de fraîcheur physique. Dans cette sale soirée, les mauvaises performances de Leloup, Ulmer, Sulaimon, Young mais aussi Julien sont à souligner. Beaucoup ont multiplié les mauvais choix. Ulmer semblait souvent perdu sur le terrain, Young prenait souvent ses shoots dans des positions compliquées ou ratait de faciles lay-ups, Julien avec 4 balles perdues est le dijonnais qui en a perdu le plus, Leloup termine avec 0 point et Sulaimon a repris ses mauvaises habitudes en tentant trop souvent des actions en solo impossibles.

Ce n’était pas la soirée de la JDA. Si souvent brillante face aux gros l’an-passé, la Jeanne n’a pas su hisser son niveau de jeu ce samedi soir pour espérer l’emporter (comme face à l’ASVEL). Mais il faut être lucide, face à n’importe quelle équipe de Jeep Elite, la JDA aurait très certainement perdu ce samedi. A bout de souffle, les Dijonnais, comme en BCL mardi semblaient bien trop marqués physiquement pour prétendre à un autre sort. S’il ne faut pas s’alarmer alors que la JDA occupe encore la 5ème place du classement, l’heure est toutefois à la remobilisation. Un calendrier dantesque attend la Jeanne (Bonn, Cholet, Roanne, Le Mans et Besiktas d’ici le 03/12) et les prochaines semaines vont être décisives. La bonne nouvelle: la bande d’Axel Julien reste sur Dijon et pourra se reposer en attendant Bonn en BCL ce mardi soir.

Sulaimon, l’une des déceptions de la soirée hier malgré sa volonté défensive © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.