18 septembre 2020

Rugby : le Stade Dijonnais repart de l’avant en dominant Rumilly

Joie dijonnaise en fin de rencontre

Après deux défaites concédées à l’extérieur, le Stade Dijonnais se devait de relever la tête en accueillant sur sa pelouse de Bourillot le troisième de la poule Rumilly. Mission accomplie avec une large victoire et un bonus offensif en poche 38-13.

RETROUVEZ PLUS DE 300 PHOTOS DU MATCH ICI

On a retrouvé “notre” Stade Dijonnais ! même si tout n’a pas été parfait ce dimanche, les stadistes ont dominé leur sujet pour finalement l’emporter assez largement. On a surtout revu des garçons à l’aise ballon en main. Joueurs et staff avaient honnêtement fait leur méa culpa sur les manques des derniers matchs et notamment sur le trop grand nombre de ballons rendus rapidement à l’adversaire par volonté d’occuper le camp adverse. En exploitant mieux les munitions sans s’en débarrasser trop rapidement les Dijonnais ont retrouvé ce qui fait leur force, la multiplication des temps de jeu et le déplacement de l’ovale leur permettant de trouver des failles dans les défenses adverses.

Mathieu Majeau décale Lucas Liabot pour le premier essai dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Le Stade prend l’ascendant

On ne se remet pas en 5 minutes de deux revers de rang (chose qui n’était plus arrivé aux Stadistes depuis belle lurette) et l’entame est donc un peu hésitante, même si l’on voit bien que l’envie est là. Sur un premier mouvement intéressant les locaux récupèrent une pénalité et Anthony Fuertes préféré à Ignacio Miérès à l’ouverture enquille (3-0, 7′). Attention Rumilly, ce ne sont pas des peintres et il le montre dans la foulée étant à deux doigts d’encaisser un essai suite à une percée rageuse des savoyards stoppée à un mètre de la ligne fatidique. Dijon s’en tire avec une pénalité que l’ouvreur visiteur Théo Entraygues transforme (3-3, 10′). L’avertissement est aussitôt compris par les hommes de Renaud Gourdon. Sur un ballon de récupération, Axel Ducellier transmet le long de la ligne de touche à Harlon Klaasen. Le centre sud africain de Dijon, cadre parfaitement l’ailier rumillien, le déborde et perce sur 20 mètres, thomas Sylvestre est au relais, l’action se recentre avec Anthony Fuertes qui transmet à l’impeccable Mathieu Majeau (auteur d’un gros match en 3ème ligne) qui fixe un défenseur avant d’envoyer le capitaine Lucas Liabot pour le premier essai de l’après-midi. Du bel ouvrage dans le pur style dijonnais. (10-3, 19′). Dijon est globalement dominateur, la mêlée avec une première ligne Tchapnga, Nehme, Bécasseau prend l’ascendant sur sa rivale. Le pilier géorgien de Rumilly Daviti Okriashvili est ainsi prié de reganer le banc durant 10 minutes suite à plusieurs fautes. Dans la foulée le 8 de devant dijonnais enfonce le pion et l’arbitre accorde l’essai de pénalité qui s’impose. Dijon a fait une bonne partie deu travail à la pause (17-6, 40′).

l’ailier Axel Ducellier fausse compagnie à son vis à vis pour inscrire le 3ème essai dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Une fin en apothéose

Ceci d’autant plus que les Stadistes ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Plutôt en difficulté au retour des vestiaires ces derniers temps, ils remettent là l’ouvrage sur le métier et marquent une nouvelle fois de belle manière, Axel Ducellier étant parfaitement décalé sur son aile pour finir le travail en coin. Antony Fuertes transforme impeccablement et Dijon se détache (24-6, 48′). Mais Rumilly a des ressources et si le public pensait peut être la cause entendue, il est vite comme les joueurs rappelés à l’ordre. Les avants savoyards se rebiffent, enclenchent une cocotte qui enfonce le Stade sur 15 mètres avant de propulser le talonneur sud africain Hanro Visagie dans l’embut local (24-13, 52′). On est à un tournant du match où l’on sent que tout est encore possible. Dijon reprend l’ovale en main, tente de jolies choses mais manque de précision. On se prend à craindre un contre savoyard, mais le Stade parvient sans trop de difficulté à contrer les velléités des visiteurs. Finalement la délivrance définitive arrivera d’Harlon Klaasen, bien servi après un gros travail de Maxime Jadot semant trois défenseur au passage, pour la conclusion d’un nouveau superbe mouvement dijonnais (31-13, 72′). L’essai du bonus offensif. Cherry on the cake le magnifique dernier essai dijonnais, initié par une relance de Julien Caramel et conclue par une course de 50 m du capitaine Lucas Liabot semant les défenseurs savoyards les uns après les autres sous le regard joyeux d’Harlon Klaasen présent au soutien si besoin était (38-13, 79′).

Les accélérations d’Harlon Klaasen ont fait mal à Rumilly © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Et maintenant Massy

Alors oui tout n’a pas été parfait, oui le stade a encore connu des moments d’approximation, mais on a retrouvé des joueurs conquérants, une envie de bien utiliser le ballon de le conserver, le faire vivre et de se montrer dangereux; et ça le stade sait faire ! 5 essais face à Rumilly ce n’est pas rien quand même et ça plait au public. Cela permet de creuser le trou sur le troisième Vienne (+7pts) et de pouvoir aborder plus tranquillement le déplacement chez le leader incontesté Massy. Ce sera le vendredi 29 novembre devant les caméras de télévision.

5ème essai pour Dijon par le capitaine Lucas Liabot auteur d’un doublé ce dimanche © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.