27 mai 2020

Handball : le DMH pas si loin du compte à Limoges

En déplacement chez le leader Limougeaud ce vendredi soir pour le compte de la 12ème journée de Proligue, le Dijon Métropole Handball a longtemps fait la course en tête. Malheureusement u trou d’air à l’entrée du dernier quart d’heure lui a été fatal (23-19).

Il suffit de regarder le score pour comprendre que l’on assisté à un gros match de défense hier soir. Pour achever de s’en convaincre, un regard sur les statistiques des gardiens suffit 47% d’arrêts pour Yassine Idrissi le Limougeaud, 40% pour Wassim Helal le Dijonnais et quand on sait qu’arrêts de gardien rime souvent avec grosse défense !

Très bons débuts du DMH

C’est Dijon qui démarre le mieux et qui inscrit le premier but sur un classique maison, une contre-attaque de l’ailier gauche Virgile Carrière. Autre classique dans la foulée avec un pénalty obtenu par Pierrick Naudin et transformé par Marc Poletti (0-2, 4′). Si Limoges recolle rapidement avec notamment deux buts en contre-attaque, la aussi un spécialité maison (3-3, 8′), le DMH est en place et réalise 20 première minutes très cohérentes. En défense tout d’abord avec un très bon repli défensif face à une équipe jouant à 200 à l’heure mais qui a été gêné par cette discipline bourguignonne. En attaque également avec 10 buts inscrits en 20 minutes face à la meilleure défense de Proligue ce qui n’est pas rien. A la finition on retrouve le plus souvent les ailiers, Virgile Carrière ou Jan Sobol mais aussi le virevoltant Vincent Maguy, auteur d’un bon match hier soir (6/9 au final), les autres joueurs de la base arrière étant clairement plus en difficulté. Du coup Dijon fait la course en tête. La grosse défense dijonnaise, complété par les arrête de Wassim Helal (8 sur cette première période dont deux pénalty) permettent même de faire un petit break (6-10, 21′). Malheureusement une petite baisse de régime en fin de première période et un Yassine Idrissi qui prend feu dans la cage locale (9 arrêt en première mi-temps pour l’international marocain permettent à Limoges, essentiellement sur contre-attaque de recoller quelque peu à la pause à la pause (9-11, 30′) que Dijon atteint tout de même avec deux longueurs d’avance.

Vincent Maguy a plutôt bien tiré son épingle du jeu fac aux grands gabarits limougeauds © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Trou d’air fatal

Une seconde période qui redémarre sous le signe des défenses. Une agressivité défensive qui déclenche de nombreuses pertes de balles des deux côtés. Le repli défensif étant de surcroît efficace pour les deux protagonistes, les arrêts de gardien toujours nombreux, il faut attendre 4 bonnes minutes pour voir un premier but dans ce deuxième acte (10-11, 35′). Sur ce même scénario, Dijon parvient à conserver l’avantage d’un ou deux buts jusqu’à la 45ème minute (10-12, 36′; 12-14, 40′; 14-14, 45′), n’inscrivant cependant que trois buts en 1/4 d’heure avec une nouvelle fois, les ailiers Carrière et Sobol. Et puis le DMH va connaître son seul vrai pasage à vide défensif durant 10 minutes. Les locaux s’appuient alors énormément sur leur massif pivot international espagnol Juan Andreu. Le beau bébé de 1m97 pour 117 kilos va ainsi obtenir 3 pénaltys en 10 minutes et inscrire deux buts personnels, la défense dijonnaise ne parvenant plus à lui passer devant. Le score passe en 5 minutes de 17-17 à 22-17 au plus mauvais moment (55′). Dijon retrouve ses esprits, mais il est malheureusement trop tard et le leader s’impose, non sans avoir souffert (23-19, 60′).

La nouvelle belle prestation de Wassim Hélal n’aura pas suffit © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Chaduteaud “les trous d’air se payent cash, face à de tels adversaires

C’est une mauvaise opération comptable évidemment pour Dijon qui recule à la 11ème place au classement qui voit Nice et Saran lui repasser devant mais surtout le 6ème Nancy lui reprendre 3 points d’avance. La victoire contre le second Massy, qui reçoit Cherbourg ce soir, n’en devient que plus obligatoire, jeudi prochain au palais des sports.

Ulrich Chaduteaud, le coach dijonnais, faisait un consta lucide après la rencontre : “ Il y a 50 minutes durant lesquelles on est bien. On a été bon défensivement tout le match sauf durant ces fameuses 10 minutes entre la 45ème et 55ème, durant lesquelles Juan Andreu nous poses notamment de gros problèmes. Dans le même temps on est en difficulté offensive, on bégaye en attaque placée face à une grosse défense et un gardien énorme. On les a embêté en montrant des choses cohérentes, notamment avec un bon repli défensif qui nous a permis de bien contenir leur excellent jeu rapide et aussi 20 très bonnes première minutes offensives avant d’être plus en difficulté sur ce plan, et quand tu as des trous d’air face à de telles équipes, tu les payes cash. Sur ce match, ils étaient meilleurs que nous, on aurait pu obtenir mieux en étant parfait, je trouve que l’on reste tout de mêm dans une belle dynamique”

Ulrich Chaduteaud reconnait la supériorité limougeaude © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.