29 septembre 2020

JDA-Limoges: La marque des grands?

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Ce samedi soir, la JDA recevait le CSP Limoges pour le compte de la 13ème journée de Jeep Elite. Une belle occasion de conforter sa 3ème place face à une équipe en plein doute. Malgré un début canon, ce fut un match à rebondissements, dur, tendu. La JDA est allée arracher un succès dans les derniers instants de la rencontre après avoir vu la victoire lui échapper. Un 79-73 en forme de soulagement et qui est aussi très révélateur de cette JDA 2019-2020.

Brown ici à la lutte avec Ulmer aura fait très mal avec 18 points et 3 passes décisives © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La JDA a les occasions de tuer la rencontre, mais doit attendre la dernière minute pour s’imposer

C’est un début de match comme on les aime. Sous l’impulsion d’un Holston des grands soirs qui rentre 3 paniers à 3 points de suite, d’un dunk rageur de Loum et de plusieurs balles perdues côté CSP, on se dit que la JDA va faire sa loi et enfoncer le CSP comme elle l’avait fait avec Le Mans. La blessure du meilleur Limougeaud, Conkling ne fait que renforcer ce sentiment. Et pourtant, ces premières minutes sont trompeuses: déjà parce que les paniers à 3 points du début de rencontre aussi beaux soient-ils, mettent surtout en exergue l’incapacité des hommes de Legname à trouver des failles à l’intérieur. La belle défense du CSP est à souligner et la Jeanne montre rapidement des signes de faiblesse quand la réussite à longue distance la fuit. Résultat, Limoges qui va notamment bénéficier de l’entrée famélique de Kulvietis, revient dès le premier quart temps. Si un dunk de Solomon donne 10 points à la Jeanne à 2 minute de la fin du premier acte, Limoges grâce à Boutsiele et Mbala entre autres, revient à un tout petit point (21-20 après 10 minutes). Tout est à refaire. Et la JDA va le refaire. Cette fois, les deux dernières minutes du quart temps seront dijonnaises. La JDA mène d’un point (35-34), avant d’infliger un 7-1 pour mener de 7 longueurs à la pause (42-35). De quoi aborder sereinement la seconde mi-temps. Enfin, le croit-on…

Le génial lutin de la JDA a encore réussit une prestation majuscule © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Holston MVP, Sulaimon ce héro

Au retour des vestiaires, la fusée JDA semble définitivement décoller. Holston remet deux points d’entrée sur lancers francs pour donner 9 longueurs d’avance. L’entame parfaite. Sauf que Brown, très bon ce samedi soir, plante deux tirs à 3 points consécutifs qui climatisent le Palais et permettent surtout à Limoges de revenir à 3 petits points. Rien de grave, si ce n’est qu’offensivement Dijon n’y est pas. A 50% de réussite à 3 points à la pause, la JDA continue de shooter de loin mais n’y arrive plus. Il faudra attendre près de 4 minutes pour voir de nouveau la JDA marquer (sur un deux points d’Holston). Puis de nouveau 4 minutes par l’intermédiaire de Solomon sur une magnifique passe d’Axel Julien. Un dunk qui permet tout juste à la JDA de revenir à un point (48-49). La défense dijonnaise fait bloc et Sulaimon plante une grosse banderille à 3 points pour faire repasser son équipe devant! 51-49! Ulmer redonne même 4 unités sur lancers francs avant que le poison de Lang ne vienne réduire l’écart juste avant la fin de la période (53-51 à 10 minutes du terme). Le dernier quart temps est celui des doutes. Le CSP met deux gros shoots à 3 points d’entrée par l’intermédiaire de Brown et Lang et la JDA est de nouveau menée à 8’38 de la fin (53-57). Le bras de fer s’engage alors. Les défenses prennent le pas sur les attaques et chaque équipe se répond coup pour coup. Quand la JDA reprend 3 points d’avance à 4’39 du terme par Leloup, on y croit enfin. Et Limoges revient encore et repasse devant. Un nouveau 3 points de Sulaimon redonne l’avantage à la Jeanne! 66-65! Mais sur un lancer de Boutsiele c’est bien le CSP qui mène (66-69) à 1’33 de la fin.

Sulaimon a été déterminant avec 3 trois points dont l’un dans les derniers instants du match© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un final à couper le souffle

Solomon permet à la JDA de recoller (68-69) avant la troisième bandrille de Sulaimon qui d’un énorme 3 points fait exploser le Palais et permet à la JDA de mener de deux longueurs! 71-69! Il reste 1’22 à jouer. La tension est à son comble. Il faut faire un stop ou tout au moins éviter de prendre un 3 points. La défense dijonnaise est appliquée mais ne peut empêcher ce diable de Brown d’égaliser. 71-71. Il reste 1’07 à jouer et la possession est dijonnaise. Le spectre de Roanne ou de Szombathely refait surface. Les Dijonnais sauront ils gérer cette possession, en auront-ils la force et la lucidité? L’attaque de la JDA est brouillonne. Comme d’habitude dans pareilles situation, la patate chaude est transmise à Holston qui sur un shoot à 3 points est victime de la faute! Un petit Roanne inversé…Le génial meneur ne rate pas l’occasion et met tous ses lancers dans un Palais qui hurle “MVP, MVP”. 74-71 à 43 secondes de la fin. Tout le monde retient son souffle et exulte quand la tentative à 3 points de Ginyard échoue sur le cercle. Holston provoque alors une nouvelle faute et remet deux points! 76-71 à 20” de la fin. Mais après une tentative ratée du CSP, la JDA perd la balle et permet au CSP de revenir à 3 points (76-73). Décidemment…Néanmoins, une faute technique et une anti-sportive permettront à la JDA de clore (enfin) les débats, non sans perdre un dernier ballon…Mais au courage, la JDA est allée chercher un succès qui témoigne de sa capacité à gagner des rencontres même mal embarquée et sans déployer un jeu très séduisant.

Malgré un secteur intérieur en difficulté, Solomon a encore compilé 13 points © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Explications et analyses:

La défense de Limoges/le manque de créativité en attaque: ce samedi soir la Jeanne s’est heurté à une défense de Limoges qui s’est bien adaptée; le jeu de Legname avait bien été étudié et les relations 1-4 / 1-5 se sont avérées compliquées. Résultat, beaucoup de passe autour de l’arc, peu de shoots ouverts et un taux de 50% de réussite à 2 points (très faible). A noter également un manque de spontanéité et d’agressivité à l’intérieur. Chassang ou Solomon notamment, tergiversant régulièrement face au cercle et/ou cherchant la passe de trop.

Seuls 3 joueurs à 10 points ou plus: C’est seulement la deuxième fois cette saison (après Monaco). Preuve des difficultés collectives dijonnaises.

La défense de la JDA: A défaut d’adresse, les Dijonnais ont pu compter sur leur énergie défensive pour rester en vie. Et quand ils ont pu enfin mettre ce panier en plus…Une victoire très “made in Dijon” finalement.

Les lancers-francs font la différence: La JDA et le CSP ont mis 9 tirs à 3 points chacun. Le CSP a mis 17 tirs à 2 points et la JDA 16. Au final tout s’est joué sur les lancers. La JDA en a pris 6 de plus (23 à 17) avec un taux de réussite de 87% contre 70,6% au CSP. Les anti-sportives sifflées contre le CSP, bien que logiques, ont aidé.

La provocation: Dans le dernier acte, la JDA l’a emporté en allant (enfin) provoqué son adversaire. Sous la houlette de Julien, Leloup et Holston notamment les Dijonnais sont allés chercher des fautes puis des lancers précieux.

Kulvietis/la fatigue: Voir le nouveau venu aussi perdu et maladroit faisait de la peine. Cela mettait surtout en évidence son manque de rythme. En 3 minutes il termine avec -2 d’évaluation et son entrée a coïncidé avec le retour de Limoges en début de rencontre. Au final, la JDA a encore joué à 8 et cela a forcément joué sur les organismes.

Holston: Il met son équipe sur orbite et en assure ensuite l’atterrissage parfait. Avec 25 points, 6 passes décisives pour 23 d’évaluation, il a été le facteur X de cette rencontre, comme nous le pensions (voir notre article d’avant match).

Sulaimon: Alors que la JDA était dans le dur, il fallait qu’un joueur prenne ses responsabilités. Les 3 points inscrits par Sulaimon dans le dernier quart ont été à chaque fois un tournant. En particulier le dernier. Il fallait les prendre et les réussir sous une énorme pression. Sulaimon a été déterminant. 13 points au total.

Oui, la JDA a réalisé une prestation très moyenne et non ce n’était pas son plus beau visage. L’opposition qui lui était proposée n’aurait pas dû lui poser autant de problèmes. Mais la JDA a su faire le dos rond, batailler. Tout en s’appuyant sur des joueurs clés, chacun des hommes de Legname a apporté ce petit plus pour faire triompher l’équipe, à l’image d’un Leloup qui ne met qu’un panier mais d’une importance capitale ou d’un Julien maladroit mais dont le 3 points et les passes décisives (6 au total) ont pesé. Malgré la fatigue, un match assez médiocre, le stress des derniers instants, le fighting spirit et les bons derniers choix ont fait la différence. C’est tout ce qui compte. Et n’est-ce pas la marque des grandes équipes de l’emporter dans ces conditions? Reste qu’à l’issue de cette journée, la Jeanne est tranquillement installée à la 3ème place, avec une victoire d’avance sur Boulogne-Levallois, son futur adversaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.