24 septembre 2020

S. Perrin et ses coéquipiers – victorieux au 24 heures de Dubai

Stéphane Perrin ©Petr Fryba 2

La trêve des confiseurs à peine terminée que la saison d’endurance 2020 était lancée à l’occasion des 24h DUBAI. Ce rendez vous est le plus important du championnat 24H Séries avec pas moins de 80 équipages répartis entre GT et voitures de tourisme.  A cet occasion, Stéphane PERRIN avait réussi à reconstituer le solide équipage passé si près de la victoire l’an dernier. Pari réussi avec la victoire sur cette épreuve. Communiqué SP Consulting

On retrouvait autour deStéphane, Vincent RADERMECKER, Gilles MAGNUS et l’ex champion cycliste Tom BOONEN. La nouveauté était la présence de Matthew TASKINEN, dėjà vu aux 24H des COTA USA en fin d année 2019.
Les ambitions étaient clairement affichées: nos compères arrivaient à Dubai avec la victoire comme objectif. 

Des essais studieux sous la chaleur

Durant les premiers essais sous la chaleur et un soleil de plomb, la voiture manquait un peu de performance, l’accent était mis sur la préparation de la course sachant que des conditions plus fraîches et humides étaient annoncées pour la celle-ci. La voiture pointait dans le top 5 à chaque séance dans une catégorie plus relevée que jamais. De plus, le comportement de la voiture ‘améliorait à chacune d’entre elle.

6 ème place en qualification La séance d’essais qualificative confirmait le petit déficit de performance pure sur un tour. Vincent RADERMECKER signait le sixième chrono, 5 ème TCR à moins de 8 dixième de la Pole, à sa place au vue du niveau très élevé de la concurrence. 

Stéphanne Perrin © Gilou Delvenne.com

Course: la victoire émerge de l’apocalypse dubaicote

Le départ est donné sur un sol sec, une couverture nuageuse et un temps plus frais suite aux averses de la nuit. Vincent RADERMECKER prend un très bon envol et pointe à la 4 ème place dans le peloton de tête très compact. A l’heure de course, seulement 7s. séparent les 7 premiers.  Au terme de son relais, Vincent rend la voiture 6 ème toujours au contact. Grâce à un solide relais et une bonne stratégie consistant à rester en pneus slicks sous les premières averses, Stéphane PERRIN prenait le leadership à la nuit tombée.  Le choix était de rester le plus longtemps en piste sous ces conditions plus que délicates. La course était émaillée par de nombreux incidents sur une piste humide par endroit. Gilles MAGNUS, réalisait un superbe relais dans ces conditions et augmentait l’avance de l’Audi #188.  La pluie redoublait et c’était à Tom BOONEN de repartir chaussé de pneus pluie. Il continuait à consolider l’écart qui était maintenant de presque 2 tours après 7 heures de course. 

Stéphane Perrin ©Petr Fryba

C’est alors qu’ un premier déluge s’abattait sur le circuit de Dubai, et comme il ne pleut que très rarement dans cet endroit du globe et le circuit n’étant pas pourvu de moyen de drainage, la piste devenait très rapidement impraticable. Tom se plaignait de phénomène d’aquaplaning en ligne droite. Pire, dans certains virages, il y avait de l’eau jusqu’au portières des voitures.  Dans ces conditions,  à 22h17 la direction de course décidait d’arrêter la course en attendant une amélioration. Les prévisions n’étaient guère réjouissantes. Le restart était repoussé d’heure en heure jusqu’à 4 h du matin.  C est à cette heure, qu’un nouveau déluge s’abattait sur le circuit, inondant littéralement celui-ci et tous les stands, générant une coupure d’électricité.  Dans ces conditions, à 7 h du matin il était décidé que la course ne reprendrait pas et que le classement était officialisé, synonyme de victoire pour l’Audi d’AC Motorsport . La première pour l’équipe après 4 seconde place l’an dernier.

Stéphane Perrin ©Petr Fryba

La réaction de Stéphane

” Waouhh! C’est un sentiment incroyable, je suis très heureux de ce résultat, nous avons fait une course solide sans faute dans ces conditions si difficiles, un grand coup de chapeau à mes équipiers et à toute l’équipe qui ont réalisé un travail fantastique. On aurait préféré gagner aux termes des 24H mais nous construisions notre succès heure après heure et l’écart déjà constitué après 7 heures de course montre que celle ci ne souffre d’aucune contestation. On était passé si près l’an dernier… Ce qui est le plus incroyable, c’est qu’avec Arnaud (Quédé), nous nous étions donnés trois ans pour gagner Dubai et le championnat, cela fait trois ans, la première partie du contrat est remplie. Nous pouvons tous être fiers de cela, de la montagne de travail accompli durant ce temps, partir d’une feuille blanche et arriver à ce résultat. Personnellement, je savoure doublement après ce qui s’est passé l’an dernier à Barcelone. ” 

Stéphane Perrin ©Petr Fryba



102 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.