28 septembre 2020

Haltérophilie : les Dijonnaises vice-championnes de France, les Dijonnais ratent l’accession en élite

Vice-championnes de Fra,ce; les Dijnnaises ont atteint leur objectif © HMDB 21

Les deux équipes du Haltérophilie Musculation Dijon Bourgogne 21 étaient en lice ce samedi pour le compte de la 4ème et dernière journée du championnat de France par équipe. Les filles atteignent leur objectif de vice-championnes. Diminués par l’absence de leur leader Deniss Joukov sur les deux dernières journées, les garçons échouent dans leurs espoirs de montée en élite.

Vice-championnes de France (récit par Vicky Graillot)

Lilou Miressi, Fraer Morrow, Romane Defrance et Vicky Graillot terminent le championnat par équipe 2019-2020 en beauté. Une victoire lors de la 4ème journée face à Fr​anconville (864.99 points) et Saint-Médard en Jalles (856.92 points) avec 882.98 points marqués. Un match difficile mais à notre portée s’annonçait face à Franconville : il fallait gagner pour faire deuxième du championnat puisque nous étions ex-aequo au nombre de victoire, le match devait nous départager. Après quatre journées de bagarre presque cinq, nous remportons ce titre de Vice-Championnes de France derrière l’imbattable équipe de Saint Maur satisfaites et soulagées. Nous avions commencé fort dès la première journée, nous devions tenir sur la durée et nous l’avons fait.

Fraer Morrow © Solène GOISQUE/NikoPhot archives

Lilou, cadette de l’équipe débute le match et réalise 52 kg à l’arraché et 67 à l’épaule jeté puis échoue de peu à son record personnel à 70 kg. Elle sera suivie par Romane, qui à son tour validera 64 kg à l’arraché et 86 kg à l’épaule et jeté. Francoville ayant de l’avance après l’arraché, assurer à l’épaule jeté était une nécessité que les filles ont sur gérer jusqu’à la dernière barre. Notamment Fraer, qui termine son match avec trois barres réussies validant 105 kg à l’épaule jeté tout près de son record personnel (107 kg) après avoir loupé 82 kg à l’arraché enregistrant ainsi 78 kg. Vicky finalise enfin le total de points de l’équipe avec 107 kg à l’épaule jeté offrant ainsi la victoire au HMDB21 féminin !

Les vice-championnes de France © Solène GOISQUE/NikoPhot archives

Une 4ème et dernière journée fatale aux Dijonnais (récit de Steven Graillot)

Dijon (2ème) se déplace chez le favori Villeneuve – Loubet (1er) et y rejoint Quimper (3ème) Sur le papier, ce match avait tout l’air d’une finale pour l’accession en TOP 9 (Le premier bénéficiant d’une accession directe, le deuxième devant avoir un meilleur score moyen que l’avant – dernier de la division TOP 9). Malheurusement, une fois de plus cette année, Dijon n’aligne pas son 5 majeur et doit composer avec une équipe remaniée emmenée par les frères Graillot, Vincent Costa, Charly Caillard, et le nouvel entrant, le jeune Yannis Bacherot remplaçant l’absence pour raisons professionnelles de Denis Joukov.

l’équipe dijonnaise pour cette 4ème journée © HMDB 21

Scénario du match :

Lors de l’annonce traditionnelle des barres de départ de chaque équipe, Dijon est derrière, les écarts laissent peu de chance, mais les 5 athlètes dijonnais sont déterminés à faire bonne impression, le discours de François GRAILLOT est clair : chaque athlète doit aller chercher son meilleur match pour ne pas avoir de regrets sur l’issue du championnat.

Arraché :

Yannis Bacherot entre dans la compétition en enregistrant 71kg à l’arraché avant de manquer 74kg à 1kg de son record personnel.

Pour Steven Graillot et Vincent Costa c’est un sans-faute, partant à la même barre de départ 100kg, ils enregistrent 110kg au 3ème essai, un retour en forme annoncé qui se confirme pour Costa qui revient sur ses meilleures barres progressivement, une barre record pour Steven qui le rapproche des minimas pour les France Elite (260kg au total en -73kg).

En ce qui concerne Jessy Graillot, c’est magique, chaque sortie, il va chercher un record de France Cadets, malgré un échec à 115kg, il va chercher la barre des 120kg et devient le nouveau recordman de France de l’arraché en -89kg…

Charly Caillard ferme le bal de l’arraché dijonnais avec un 3/3, 120/126/132, le néo – dijonnais est monté en puissance tout au long de la saison.

Jessy GRAILLOT © HMDB 21 archives

Epaulé – Jeté :

Yannis Bacherot jette 90 et 95kg avant de se présenter sur la barre symbolique des 100kg, malheureusement ce ne sera pas ce samedi, une belle première expérience en Nationale 1 pour Yannis qui se tourne désormais vers la Coupe de France Jeunes.

Vincent Costa réalise 130kg avant de se voir refuser 135kg au jeté, les “Graillot” Jessy et Steven démarrent à cette même barre, Steven demande 142kg et Jessy 145kg, c’est réussi ! Steven manque ensuite de battre son record personnel à 147kg, Jessy éblouissant ce samedi fait encore tomber un record de France et réalise la barre des 148k g, il s’adjuge l’arraché, l’épaulé – jeté et le total. « Il est inarrêtable cette saison, c’est motivant parce qu’ils réalisent ses barres comme un guerrier, il n’y a rien de facile, il va devenir une pièce incontournable de l’équipe, j’adore partir au combat avec lui, il vient me titiller de plus en plus au nombre de points marqués, mais c’est une fierté !» raconte son frère Steven.

Caillard réalise 145 et 150kg, il manque d’un rien de réaliser sa plus belle barre de la saison à 155kg.

Charly Caillard © Solène GOISQUE/NikoPhot archives

Partie remise à l’an prochain ?

François GRAILLOT est fier de ses troupes, même si l’ambition était de faire tomber le leader chez lui, Dijon a livré une belle bataille avec ses armes. Il souligne la naissance d’un groupe qui vit bien et l’ambition TOP 9 reste dans les têtes.

« Les hommes et les femmes en TOP9, ce serait un rêve », d’autant que les filles ont réussi dans le même temps l’exploit pour la 5ème année consécutive d’être sur le podium, avec une place de vice – championne de France.

Le HMDB 21 devient une structure de plus en plus solide avec la formation des jeunes au Palais des Sports, l’éclosion sur le plan national et international, le palmarès s’agrandit pour une structure qui fête ses 8ans en 2020.

Le soutien de nouveaux partenaires privés, des collectivités territoriales, la presse locale et le CREPS de Dijon permettent à l’haltérophilie dijonnaise de se hisser dans les disciplines olympiques phares de la ville, une aubaine à 4 ans des Jeux Olympiques à Paris.

François Graillot se satisfait de cette belle saison © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.