30 novembre 2020

Handball : “sale” soirée de reprise pour le DMH à Sélestat

Après la longue trêve internationale, durant laquelle le Dijon Métropole Handball avait bien travaillé et remporté ses deux confrontations amicales face à Tremblay et Saran, le club dijonnais retrouvait les dures joutes de Proligue, pour la première journée de la phase retour, avec un déplacement à Sélestat. Rien ne s’est malheureusement passé comme l’espéraient les Bourguignons qui, outre la défaite (25-23) ramènent d’Alsace deux blessés dont Pierrick Naudin pour lequel la saison est malheureusement terminée.

La Guigne

On ne pouvait guère imaginer scénario plus catastrophe pour les club cher à Thierry Desserey. 2’30 de jeu et comme le décrit le coach dijonnais Ulrich Chaduteaud : ” Un joueurs alsacien retombe sur le genou de Pierrick, et on voit immédiatement que c’est grave”. Le capitaine dijonnais est évacué sur une civière. Les craintes ont malheureusement été confirmées par les examens : rupture du ligament croisés et saison terminée pour l’infortuné Pierrick. De quoi couper les jambes au DMH qui arrivait en Alsace, remonté, en bonne forme physique et morale après une grosse préparation. Et ça continue, pas le temps d’encaisser ce coup dur, que c’est au tour de Virgile Carrière (l’un des Dijonnais les plus constant lors de la première moitié de saison) de se donner une entorse de la cheville 4′ et de devoir quitter ses camarades. Si la blessure est moins sérieuse, elle pourrait tout de même tenir l’ailier à l’arrêt deux ou tois semaines. Dans l’immédiat ce sont deux éléments importants qui manquent d’entrée de jeu à Dijon.

La saison de Pierrick Naudin est malheureusement terminée © Hervé OBRECHT/NikoPhot archives

Dans le coup durant 20 minutes

Pourtant Dijon qui avait d’entrée pris le score (0-2, 4′), va faire jeu égal avec son adversaire durant une grand partie de la première période durant laquelle le chassé croisé sera quasi permanent (9-9, 22′). A ce moment intervient un premier moment d’énervement que regrette amèrement Ulrich Chaduteaud : “mentalement on est trop tendre, touchés par les événements de début de match, on s’énerve, on est tendu, on s’en prend à l’arbitrage et on se déconcentre”. Dès lors Sélestat profite d’une supériorité numérique pour passer un 3-0 et faire le premier vrai break du match (12-9, 26′). A la pause les Dijonnais sont pourtant toujours à portée et peuvent continuer d’espérer (13-11, 30′). A noter déjà 10 arrêts de Vladimier Périsic le gardien De Sélestat sur ce premier acte.

Vladimir Périsic aura réalisé une grosse partie dans la cage alsacienne © Hervé OBRECHT/NikoPhot archives

La seconde période, commence comme la première par un doublé dijonnais de Johan Boisedu et Lilian Pasquet qui ramènent Dijon à Hauteur (13-13, 35′). Le quart d’heure suivant va par contre être cauchemardesque pour Dijon avec un deuxième épisode d’énervement et de manque de concentration qui agace tant le coach dijonnais “Certains joueurs ne sont pas à leur niveau, encore une fois pas assez concentrés et beaucoup trop nerveux”. 9-2 sur cette période pour les locaux et un match quasi plié à l’entrée des 10 dernières minutes (22-15, 50′). “Quand on voit notre fin de match, il y a de quoi avoir des regrets”, souligne encore Chaduteaud, “dès lors que l’on retrouve, calme et concentration, on leur pose de gros problèmes et l’on revient au score (25-23, 60′), mais il est trop tard. Il faut vraiment que l’ensemble des joueurs soit investi, à son niveau et concentré sur ce qu’il doit faire. Cela n’a pas été le cas ce soir et c’est dommageable”. Périsic aura continué son show en seconde période 17 arrêts à 44%, tandis que l’ailier droit international Belge Thomas Cauwenberghs se sera illustré à l’autre bout du terrain avec un joli 10/11. Vraiment pas la soirée rêvée pour les Dijonnais, toujours 10ème et qui vont vite devoir prendre des points pour se donner un peu d’air, en prenant les matchs les uns après les autres (à commencer par celui de Nice). Pour le moment c’est cela l’actualité.

Calme, concentration , investissement voilà ce qu’attend particulièrement Ulrich Chaduteaud de ses troupes © Hervé OBRECHT/NikoPhot archives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.