18 février 2020

Ligue 1. DFCO – FCN : La frustration au rendez-vous…

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Samedi soir, le Dijon Football Côte d’Or recevait le Football Club de Nantes pour espérer se relancer après un non-match face à Nîmes. Les Dijonnais ont concédé un match nul (3-3) ô combien frustrant, après avoir mené par trois fois au score et avoir vu les Nantais les rejoindre en toute fin de rencontre…

Durement touché, Alfred Gomis sera indisponible au minimum deux mois… © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un premier acte mouvementé !

Comme face à Brest, le début de match du DFCO est retentissant. Quelque chose qui devient une habitude à Gaston-Gérard, mais qui n’est pas franchement observable à l’extérieur. Dijon prend Nantes à la gorge et cherche à prendre les devants de la rencontre le plus rapidement possible. Très remuants, les attaquants dijonnais créent des espaces dans tous les secteurs de jeu, Ce sera pourtant Nantes qui créera la première situation chaude du match. Sur un ballon mal dégagé, il faudra une intervention de dernière seconde de Lautoa pour éviter qu’Emond ouvre le score. L’entrain dijonnais n’en est pas affecté et sera récompensé au quart d’heure de jeu. Sur une longue touche côté droit, Tavares transmet à Mavididi qui contrôle et frappe en pivot. Aidé par un contre nantais, l’homme en forme du DFCO en ce moment permet à son équipe de prendre les devants (1-0, 15′). Le match va alors s’emballer. Cinq minutes plus tard, l’excellent attaquant nantais Moses Simon va profiter d’un alignement douteux de la défense dijonnais pour aller tromper Alfred Gomis (1-1, 20′). Et comme un malheur n’arrive pas seul, le gardien dijonnais se blesse lors de cette action. Les examens confirmeront une rupture du ligament croisé postérieur : absence estimée à au moins deux mois. Coup dur pour le DFCO. Dijon reprend la tête du match à la 24ème minute lorsque Tavares va conclure une remise de Mavididi d’une demi-volée sur laquelle Albal Lafont ne pourra pas faire grand chose (2-1). Opportunistes, les nantais vont une nouvelle fois recoller au score. Victime d’une légère poussette dans le dos, Alphonse sera l’auteur d’une superbe tête plongeante au premier poteau et trompera l’ensemble de ses partenaires (2-2, 34′). Lautoa croira redonner l’avantage à son équipe mais son but sera finalement signalé hors-jeu quelques minutes plus tard… Les deux équipes rentrent aux vestiaires dos-à-dos, un goût amer néanmoins côté dijonnais.

Un nul à la saveur particulière.

Stephy Mavididi est l’homme en forme du côté dijonnais en ce début d’année 2020. © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La seconde période verra logiquement le rythme retomber. Alors que les résultats sur les autres pelouses ne sont pas forcément favorables au DFCO, les hommes de Stéphane Jobard poussent pour arracher cette victoire qui leur ferait tant de bien. Les Dijonnais prennent tous les risques au point de s’exposer aux contre-attaques nantaises, laissant le soin à Écuélé-Manga et Lautoa de gérer les plus rares assauts canaris. Dijon fera le siège des buts d’Alban Lafont dans les dix dernières minutes alors que Chouiar, Tavares et Mavididi font des misères aux défenseurs du FC Nantes. Finalement, le DFCO trouvera le chemin des filets à la 90ème minute. Baldé tente une retournée, qui déviée par un défenseur, revient dans les pieds de Mavididi. L’attaquant anglais réagit vite et s’empresse de reprendre à bout portant pour ce que l’on pensait le but de la victoire. Mais le destin peut se montrer parfois bien cruel. Après avoir concédé le nul dans les ultimes minutes de la rencontre avant la trêve hivernale face à Metz, le DFCO va une nouvelle fois craquer au bout du temps additionnel. Sur un dernier coup-franc lointain et pas forcément dangereux, Girotto passe devant Écuélé-Manga à l’entrée de la surface de réparation et lobbe de la tête un Runarsson dont le placement laisse à désirer. Dijon concède un nul cruel si l’on jette un coup d’œil à la physionomie de la rencontre et voit Nîmes, en très grande forme, revenir à une seule petite longueur… Place à la Coupe de France et la réception difficile du Paris Saint-Germain avant de tenter d’aller se refaire une santé du côté de Bordeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.